Accueil » Publications » Le Bulletin Vert » Spécial journées » Du 2D au 3D : Imagerie stéréoscopique (...)
  APMEP   Du 2D au 3D : Imagerie stéréoscopique et estimation du relief

Article du bulletin 454

Julien Sénégas [1]

Introduction

Le mois de mai 2002 a vu la mise sur orbite du satellite SPOT 5 (Satellite Pour l’Observation de la Terre) avec pour objectif « de constituer en cinq ans un modèle numérique de terrain mondial de 30 à 50 millions de km 2 correspondant au tiers des terres émergées » (Jean-Marc Nasr, PDG de SPOT Image, Libération, 3 mai 2002).
Un Modèle Numérique de Terrain (MNT) est une carte où la variable exprimée est l’altitude au point considéré. Si un point de la surface est représenté par ses coordonnées $(x, y, z)$, il s’agit donc dans une description mathématique de l’application $(x, y) \rightarrow z(x, y)$.
Le travail présenté ici répond à une problématique soumise par ISTAR (Imagerie STéréoscopique Appliquée au Relief) : comment chiffrer l’incertitude associée à un modèle numérique de terrain calculé à partir d’un couple stéréoscopique donné ?

Plan de l’article

  • Problématique générale
  • Le point de vue bayésien
  • Vers les méthodes de Monte-Carlo
  • Sur le choix du modèle
  • Apports
  • Bibliographie

- Télécharger l’article en pdf dans son intégralité

(Article mis en ligne par Catherine Ranson)

[1] Adresse actuelle : Philips Forschungslaboratorien, Roentgenstrasse 24, 22335 Hambourg, Allemagne. E-mail : julien.senegas@philips.com


 Accueil   Plan du site   Haut de la page   Page précédente