accueil
Accueil » Publications » Le BGV » Editorial du BGV n°175

Editorial du BGV n°175

Beaucoup de bruit pour rien ?

Bernard Egger

Les résultats de l’enquête PISA ont engendré un malentendu. Finalement la France est-elle bonne ou mauvaise en maths ? Si l’on regarde du côté des récompenses internationales, on a de quoi être optimiste, mais ce que révèle le rapport PISA, c’est le nombre important d’élèves en grande difficulté et l’écart nettement plus marqué que dans d’autres pays entre les meilleurs et les plus faibles. Comme de bien entendu, nous nous trouvons dans la moyenne (nouvelle preuve de la fragilité de cette notion).
Les journalistes s’inquiètent : cet échec relatif est-il dû aux méthodes d’enseignements ? Pourrait-on engager une formation continue efficace qui améliorerait la situation ? Doit-on encore faire confiance à l’école publique ? Que sais-je encore ?

Mais de quel échec parle-t-on ? À quelques réglages près (manque d’enseignants, d’informaticiens…), notre école apporte à la société suffisamment de praticiens des mathématiques. La série S est très fournie et même si, sans doute, trop d’élèves se dirigent vers les études de médecine au détriment d’orientations « plus naturelles » comme la physique ou les mathématiques, la situation est loin d’être catastrophique. Le vivier des candidats à l’enseignement est en baisse. La faute à des salaires trop bas, à des conditions de travail difficiles dans certains établissements de fin de carrière, à un métier dont les contours sont de plus en plus mal définis. La faute aussi à la concurrence d’autres professions mieux rémunérées, moins difficiles. Il y a probablement des solutions institutionnelles qui permettraient d’améliorer les choses. Rendre le métier de professeur plus attractif relève largement de la puissance publique.

Nous avons une grande majorité d’enseignants de qualité, bien formés dans leur discipline, dévoués. Certes, il existe, comme dans toutes professions, des cas particuliers, dont l’absentéisme important sert d’argument à tel ou tel ministre, peu impliqués auprès de leurs élèves, ou particulièrement fragiles dans leur domaine… Pour les utilisateurs de l’école, c’est-à-dire à peu près tout le monde à un moment ou un autre, il est plus facile de repérer le professeur en difficulté ou manquant d’investissement qu’un notaire incompétent (je suis sûr qu’il y en a).

Notre système scolaire fournit des élites de qualité, attestées par l’excellence dans certains domaines. Bien sûr, comme je le faisais remarquer dans mon précédent éditorial, il est sans doute plus élitiste que méritocratique, la reproduction chère à Bourdieu n’ayant pas pris une ride. Dans les sociétés modernes, l’école est devenue peu ou prou le juge de paix de la hiérarchie sociale. Dès lors, il n’est pas facile d’éviter que les « classes dominantes » d’aujourd’hui cherchent à utiliser les moyens en leur pouvoir pour maintenir leur domination. Je connais beaucoup d’enseignants très fiers de la réussite scolaire de leurs enfants. Ils l’attribuent à l’intelligence de leurs petits chéris. Bien peu évoquent à ce sujet le capital culturel, ou l’appétence « génétique » pour l’école. Quand un enfant des « classes dominantes » (dans lesquelles il est difficile de ne pas mettre les enseignants) réussit le concours d’une grande école d’ingénieurs ou de management, quand il entre à Sciences-Po Paris ou à Normale Sup, son mérite est intact : il n’a en aucune façon volé sa place, il ne l’a pas obtenue malhonnêtement. Pour ses parents, ses professeurs, le système est bien méritocratique.

Alors PISA, c’est beaucoup de bruit pour rien ? Il faut y regarder de plus près.

Il y a un impératif vital dans toute société : transmettre aux adultes de demain ce qui leur permettra de s’adapter au monde dans lequel ils vont vivre. Dans le passé, le père enseignait au fils, la mère à la fille, les vieux aux jeunes, la reproduction était la règle, la mobilité sociale plutôt rare.
Pour de multiples raisons, notre société a confié largement à l’école la tâche d’instruire et même d’éduquer ses enfants.
Au XIXème siècle, ou même au début du XXème, le « savoir lire, écrire et compter » n’était sans doute pas une nécessité pour la grande majorité des individus. La force ou la résistance physique étaient de bien meilleurs atouts sociaux. Ils vivaient dans un monde relativement « clos », dans lequel les distances étaient grandes, l’information et la communication étant loin d’avoir leurs places actuelles.
Tout a été bouleversé par l’explosion technologique. Le travail pénible ou répétitif est de plus en plus confié à des machines. Ce qui est important ce n’est pas de faucher les blés ou de cueillir du coton, mais de concevoir et de piloter les machines qui le feront à notre place, en moyenne de façon plus efficace. Hommes et femmes deviennent égaux devant cette tâche. Le monde est dans nos ordinateurs, le savoir n’est plus dans les bibliothèques. Google a déjà numérisé cinq millions de livres (si vous lisez un livre par jour pendant cinquante ans, vous n’en aurez lu qu’un peu plus de dix-huit mille…).
Que faut-il pour être un individu (maintenant plus que jamais homme ou femme) « socialement adapté » au XXIème siècle ? Ne pas savoir lire, écrire et compter mène presque à coup sûr à l’exclusion sociale. Mais il faut aussi savoir se servir d’un ordinateur, trouver les renseignements pertinents sur Internet (ne serait-ce que pour connaître les horaires des cinémas, ou acheter son billet de train…), être capable de comprendre et d’analyser les flux d’information que l’on reçoit en permanence. Dans un monde ouvert, communiquer devient aussi un impératif pour vivre dans cette société. En ce qui concerne les mathématiques, avoir une formation statistique, apprendre à interpréter un graphique, être capable de raisonnements abstraits deviennent de plus en plus des nécessités. Dès lors, plus que jamais l’école va se trouver au cœur du processus de formation de l’individu social. Dans un monde en perpétuelle mutation (surtout technologique), elle est sans doute mieux armée en moyenne que les familles pour donner à chacun les moyens de s’adapter à des « compétences » en perpétuel renouvellement. D’ailleurs, jamais il ne lui a été autant demandé. Ne lui reproche-t-on pas son retard dans une utilisation des « nouvelles technologies » (il y en a toujours de nouvelles…) ? Ne revendique-t-on pas comme une avancée sociale capitale la « formation tout au long de la vie » ? Mais dans ces conditions, l’échec d’un grand nombre d’élèves devient un problème social crucial. Il condamne bon nombre d’entre eux à une marginalisation de fait, à une exclusion de la société. Ce qui est socialement inconcevable. Il ne s’agit pas donc de savoir comment on pourrait faire mieux réussir les enfants des « classes défavorisées », mais bien de définir ce que doit être l’école pour jouer pleinement le rôle primordial que nos sociétés lui donnent de fait. Il s’agit de définir un « savoir » et des « savoir faire » minima que devrait posséder un individu dans cette société.

Le problème n’est pas nouveau et il existe déjà au moins formellement ce contenu minimum que tout individu devrait posséder : c’est le socle commun. Son ambition est énorme : donner à tous (c’est-à-dire à 100 % d’une classe d’âge) les moyens d’accéder à des compétences et des connaissances considérées comme indispensables pour vivre dans cette société, pour y évoluer par le biais d’une formation tout au long de la vie, pour s’adapter aux changements incessants qui caractérisent notre monde, pour avoir la possibilité d’une vraie mobilité sociale et professionnelle qui deviendra la norme avec l’allongement de la durée de la vie.

S’il est un message de PISA qu’il faut écouter, c’est qu’il y a une certaine urgence à changer de cap. Le fonctionnement de notre école (fonctionnement qui n’est évidemment pas propre à la France) conduit à une situation socialement inacceptable. Que peut-on faire dans l’immédiat ? Sans doute bâtir la formation des jeunes autour d’un socle rénové, accessible à tous. Sélectionner les meilleurs, l’école sait faire. Mais l’enjeu est ici différent. Il suppose des programmes disciplinaires repensés autour des objectifs du socle. Il suppose aussi des méthodes d’enseignement adaptées qui laisseraient une plus grande part à l’initiative de l’apprenant, mais aussi du professeur. Il suppose enfin une évaluation différente, qui ne serait plus principalement réglée par l’orientation.

Cette école devra relever un autre défi. La France a besoin de préserver cette excellence qui existe dans de nombreux domaines. Cela demande de penser l’articulation entre une école capable de donner un bagage minimum exigeant pour tous et un enseignement permettant l’expression de qualités plus particulières nécessaires pour atteindre le plus haut niveau.

Bernard Egger

 Accueil   Plan du site   Haut de la page   Page précédente