Accueil » Publications » Le Bulletin Vert » Les éditoriaux » Editorial du Bulletin 491
  APMEP   Editorial du Bulletin 491

Article du bulletin 491

Un système dynamique, tout à fait intéressant.

Eric BARBAZO

- 15 décembre 2010 -

Ce qui m’a le plus frappé d’abord, c’est une extraordinaire prise de conscience de l’importance des affaires de l’enseignement aussi bien chez les élèves que chez les étudiants, les maîtres ou les parents. Des questions que chacun aurait dû se poser depuis longtemps, on acceptait d’en discuter publiquement.
Gilbert Walusinski, juillet 1968

« Centenaire et toujours vert ! ». C’est avec une phrase issue d’un des excellents dessins dont notre collègue Pol le Gall nous régale régulièrement, que j’affirme ici que l’A.P.M.E.P. n’est pas du tout en perte de vitesse, loin s’en faut. Trois indicateurs nous montrent même le contraire : les Journées Nationales, le Colloque centenaire et le texte d’orientation.

Organisées cette année à Paris, nos Journées Nationales vont vraisemblablement marquer l’année du centenaire d’une manière très positive. Ce Bulletin étant bouclé avant la date des journées, on ne peut pas encore annoncer de chiffre définitif. Mais l’affluence semble cependant très forte. Le nombre d’un millier de congressistes pourrait être atteint. Mais au-delà du seul chiffre de participants, une autre donnée apparaît, très intéressante et encourageante pour l’avenir. Il y a eu près d’une centaine de nouvelles adhésions, prises en même temps que l’inscription aux Journées. C’est donc encourageant au moment où l’entrée dans le métier de nos collègues néo-recrutés est très difficile. Il faut certainement continuer sur cette voie. Le temps des Journées est excellent pour faire connaître l’A.P.M.E.P. Le dossier Jeunes professeurs mis en ligne sur notre site et l’affiche envoyée dans le dernier BGV et distribuée par l’intermédiaire de nos adhérents, renforcent notre campagne d’adhésion. Les effectifs ne sont pas inéluctablement destinés à décroitre et le contact direct, dans les salles des professeurs, entre adhérents et non-adhérents peut contribuer à infléchir la courbe. Cette campagne d’adhésions doit rester une activité de presque tous les instants, au niveau national et dans les Régionales.

Un autre élément montre un dynamisme à revendiquer. Le Colloque consacré à la célébration de notre centenaire compte à ce jour plus de trois cents inscrits. Le pari de l’organiser sur un jour ouvrable, hors vacances scolaires, était risqué. C’est d’ores et déjà une belle réussite grâce à tous ceux qui ont répondu présents, anciens et nouveaux. Là aussi, la satisfaction ne s’arrête pas au seul nombre de participants. Le Colloque centenaire a montré une implication très forte des Régionales qui ont contribué à cet évènement, en répondant d’une manière incroyablement efficace à la souscription nationale lancée l’an passé. Chacune, avec ses moyens financiers propres, à participé à un geste de solidarité nationale sans précédent qui montre très clairement l’attachement des adhérents à la structure nationale de l’association. Que tous en soient chaleureusement remerciés. L’aide financière des Régionales ne sera pas seulement utilisée pour organiser matériellement le colloque. Elle servira notamment à mettre en place une couverture médiatique dont a particulièrement besoin l’enseignement des mathématiques, souvent malmené par les journalistes. Notre action au sein du Forum des Sociétés savantes et Associations de spécialistes nous a ouvert les pages du quotidien Le Monde au printemps dernier. Début octobre, le journal Libération a également publié un article de notre part.
L’A.P.M.E.P. sera forte si elle est reconnue comme un interlocuteur médiatique, sur le plan national. Espérons que le colloque et les Journées Nationales nous permettront d’accentuer cet impact auprès du public à qui il faut aussi expliquer les enjeux de notre enseignement.

Enfin, l’adoption du texte d’orientation montre que l’engagement individuel de nombreux adhérents n’est pas en perte de vitesse, loin de là. Avec plus de sept cents votants, le texte mobilise une proportion d’adhérents bien plus importante que la Charte de Chambéry n’en avait rassemblés en 1968 [1]. Réunir autant de monde sur un texte de fond, aux idées à long terme et non sur d’immédiates revendications, prouve que notre association possède de la ressource en militantisme et en engagement pour les mois et les années à venir.

L’A.P.M.E.P. est bel et bien un système dynamique dont beaucoup d’indicateurs nous permettent d’espérer qu’elle peut renouer avec une expansion du nombre de ses adhérents. Il faut continuer à s’y intéresser.


[1] Le nombre de votants en 1968 (Bulletin n° 263) est environ le même qu’en 2010, alors que les effectifs sont presque trois fois plus importants à cette époque. Les résultats définitifs du texte de 2010 seront donnés lors de l’assemblée générale de Paris


 Accueil   Plan du site   Haut de la page   Page précédente