Accueil » Publications » Le Bulletin Vert » Les éditoriaux » Editorial du Bulletin 505
  APMEP   Editorial du Bulletin 505

Article du bulletin 505

Un séminaire réussi.

Eric BARBAZO

- 23 septembre 2013 -

Le séminaire de l’APMEP qui s’est tenu les 8 et 9 juin dernier a été une belle réussite. Le sujet était centré sur l’expertise que développe l’APMEP depuis qu’elle existe. Véritable coopérative pédagogique depuis très longtemps, l’APMEP a produit de nombreuses ressources dont ont bénéficié l’ensemble des professeurs de mathématiques de tous les niveaux d’enseignement. Sous formes de fiches, de dictionnaires, d’annales, de brochures, de livres, de dossiers thématiques, ces ressources ont été multiples et variées. Elles constituent un corpus qui confère à l’APMEP son rôle de référent à côté d’autres acteurs reconnus également. Mais depuis l’essor d’Internet, on peut dire que les choses évoluent très rapidement. Avec les tablettes et les Smartphones, l’accélération est encore plus rapide. Le net est un puits sans fond, dans lequel on trouve toutes sortes de documents, écrits, audio ou vidéo, réalisés par des auteurs parfois difficiles à identifier. La production de ressources a donc changé d’échelle et avec elle, la qualité et la fiabilité n’ont pas suivi de manière automatique. La question de la qualité et de la légitimité des ressources se pose alors d’une manière plus aigüe. D’un monde où les acteurs étaient reconnus, identifiés, (toutes les revues scientifiques des sociétés savantes, des IREM, de l’APMEP, et d’autres encore), on est entré dans un univers où le document est facile à trouver, immédiatement utilisable, souvent gratuit mais rarement filtré ou soumis à un quelconque contrôle scientifique.

La question de notre séminaire était donc de réfléchir à cette situation que doit appréhender l’APMEP, comme toutes les autres associations de spécialistes. Deux associations ont répondu à notre invitation : l’Union des Professeurs de Physique et de Chimie et l’Association des Professeurs de Philosophie de l’Enseignement Public dont le représentant est également le responsable de la Conférence des présidents des associations de spécialistes. Leur vision et constat sur les nouvelles activités que doit entreprendre une association de spécialistes au 21ème siècle étaient très intéressants et éclairants. Il apparaît que nous avons, sans concertation pourtant, les mêmes difficultés, les mêmes interrogations et que nous entreprenons des actions similaires.

Il est ainsi apparu que l’APMEP ne pouvait plus se contenter de réaliser des ressources comme si de rien n’était, selon les méthodes traditionnelles, et qu’elle avait un nouveau rôle à tenir : celui de pouvoir être une référence en expertise de ce qui existe dans ce monde incommensurable qu’est Internet. C’est pourquoi, grâce à nos conférences en ligne notamment, nous devrons être capables de chercher et de présenter des ressources extérieures, de les analyser, de les recommander ou les déconseiller. C’est dans cet esprit-là que nous avons fait intervenir lors du séminaire, une représentante d’une entreprise naissante qui fabrique et met en ligne des vidéos intitulés « une minute pour comprendre les mathématiques ». Le travail réalisé est très prometteur. Aller chercher des ressources existantes et disponibles, pouvoir travailler en partenariat pour les améliorer, les recadrer ou les enrichir, peut être une voie intéressante pour l’APMEP. Cette démarche permettra à l’association d’élargir ses propres ressources, de toucher davantage de collègues au-delà des seuls adhérents et donc d’exister d’une manière plus large.

Ces réflexions ont été débattues pendant les trois demi-journées du séminaire et ont permis des débats et des pistes de travail très constructives. Bien entendu, les autres activités de l’APMEP doivent continuer sans relâche. Notamment celles qui consistent à analyser les sujets de baccalauréat. Mais là est un autre débat… Doit-on vraiment tirer sur l’ambulance ?

 Accueil   Plan du site   Haut de la page   Page précédente