Accueil » Publications » Le Bulletin Vert » Les éditoriaux » Editorial du Bulletin 510
  APMEP   Editorial du Bulletin 510

Article du bulletin 510

Des débats à ouvrir.

EGGER Bernard

- 16 septembre 2014 -

Il y a un an, je prenais la présidence de l’APMEP. J’entame cette seconde année avec encore plus de questions et des réponses toujours difficiles.

J’ai rencontré beaucoup de personnes, engagé de nombreuses discussions. J’ai été confronté à des opinions très diverses, souvent inconciliables. Au cœur même de notre association, des positions radicalement différentes coexistent.

Fidèle à ce que j’imagine être le rôle d’un président, j’ai essayé d’en faire une synthèse, quitte à décevoir chacun des protagonistes.

Après vingt ans de ZEP, en collège puis en lycée, j’ai passé quatre ans dans un lycée de centre-ville, avant d’être nommé dans une classe préparatoire qui comporte plus de 40 % de boursiers. Cette multiplicité d’expériences m’a sans doute conduit à accepter les responsabilités que j’occupe maintenant dans notre association.

Pourtant, toutes les rencontres que j’ai été amené à faire durant cette année, cette diversité foisonnante d’opinions auxquelles j’ai été confronté, m’ont renforcé dans l’idée que je ne pouvais me réclamer de cette expérience pour légitimer mes positions.

Au bout de cette année, j’ai acquis la certitude que l’école, son organisation, ses buts, et dans une certaine mesure ses programmes, sont avant tout des choix politiques, c’est-à-dire des choix que devrait faire la société dans son ensemble.

Que les praticiens de l’éducation (en particulier les enseignants, mais pas qu’eux…) soient associés au débat est évidemment indispensable.

Néanmoins, croire que leur position leur donne une légitimité particulière est un leurre.

On trouve chez eux comme partout ailleurs de nombreux biais idéologiques. Et je dois dire que ce qui m’a le plus surpris, c’est que les médias fassent si souvent appel aux associations de professeurs ou même à des enseignants isolés pour se faire une idée des problèmes de l’école. Ce qui est vraisemblablement en cause ici, c’est l’absence de communication des ministères de l’éducation successifs.

Les enjeux des prochaines années sont importants. La réforme du lycée, dite réforme Chatel, a anéanti la place des mathématiques en section littéraire. Vont arriver bientôt comme candidats au professorat des écoles ces élèves de la série L qui n’auront plus fait de maths depuis la seconde. Évidemment, nous réclamons le retour d’un enseignement de mathématiques en série L. Mais l’urgence est sans doute de répondre aux difficultés prévisibles que vont avoir certainement ces futurs enseignants du premier degré.

Au moment où le rapport PISA nous rappelle combien notre système scolaire laisse de jeunes sur le chemin (avec un décrochage scolaire très coûteux et très important), une fragilité accrue du primaire ne peut qu’inquiéter.

Cette réforme du lycée a eu une autre conséquence que nous avions prévue : faire de la série S une série pléthorique et généraliste. Je suis intimement convaincu que des gens bien plus forts et bien plus intelligents que moi pourraient justifier ce choix. Il faut le considérer comme un choix politique dont les raisons d’être ne se ramènent sans doute pas à une volonté perverse de détruire les mathématiques. Mais, sans faire aucun procès d’intention, on peut se demander si l’incohérence de la situation actuelle avait été réellement prévue. Le mélange des deux genres (généraliste et scientifique) aboutit pour de nombreux élèves sans goût pour les sciences, mais scolarisés dans cette série, à des difficultés insurmontables, et entraîne un malaise et une lassitude chez les enseignants. Les réactions à l’épreuve de mathématiques du bac S ont bien mis en évidence cet aspect. J’ai pu me rendre compte au fil des discussions que les avis sur le maintien des séries sont très partagés, mais ce qui est certain, c’est que pour tous, la situation actuelle ne peut pas durer.

On a souvent l’impression depuis de trop nombreuses années, que chaque réforme, sans préjuger de « l’arrière-plan caché » (mais connu de certains, plus lucides sans doute) de ses intentions, se contente d’ajouter une couche à ce qui existe.

On aboutit ainsi à un ensemble profondément incohérent et largement inefficace. Je dois reconnaître que, comme beaucoup, j’avais espéré une vraie remise à plat quand Vincent Peillon est arrivé au ministère. Quelques mois plus tard, de nombreux déboires électoraux étant passés par là, on a le sentiment confus d’un nouvel abandon.

Les ambitions d’un socle rénové laissant entrevoir la fin d’un système d’évaluation absurde et d’une lourdeur incroyable semblent faire déjà partie du passé.

Il faut plus que jamais des changements rapides et profonds. Ne serait-ce que pour attirer un peu plus d’étudiants vers le métier d’enseignant, l’APMEP doit prendre sa part pleine et entière dans la réflexion sur l’école en général et sur l’enseignement des mathématiques en particulier.

C’est d’abord au sein des régionales que doivent s’ouvrir les débats qui donneront au comité une plus grande légitimité dans ses positions. Il ne s’agit pas d’opposer « pédagogistes » et « bourbakistes », mais de créer les jalons d’une grande réflexion sur ce que nous voulons pour l’enseignement des mathématiques à l’horizon 2025.

Nous ne devons pas nous laisser envahir par un certain pessimisme ambiant.

La prochaine année scolaire est celle d’élections « individuelles » au comité national. N’hésitez pas à présenter votre candidature pour que notre association, votre association, reste le lieu d’un débat d’idées riche et incessant.

 Accueil   Plan du site   Haut de la page   Page précédente