Accueil » Publications » Le Bulletin Vert » Les éditoriaux » Editorial du bulletin 423
  APMEP   Editorial du bulletin 423

Article du bulletin 423

Pour que vivent les droits de l’homme.

Catherine Combelles

- 17 octobre 1999 -

par Catherine Dufossé

Au dernier jour de notre université d’été, je prends enfin le temps de parcourir les derniers journaux, et je trouve dans le Monde du 16 Juillet un article de Dominique Rousseau, Professeur à l’Université de Montpellier-I, intitulé « Fonder la politique sur les droits de l’homme ».

J’y trouve une justification lumineuse de l’action actuelle de notre association : « la liberté d’expression, le droit de concourir à la formation de la volonté générale, le droit de résistance ne sont pas des droits qui séparent et isolent, mais qui, au contraire, mettent les hommes en relation les uns avec les autres. (S). En mettant les hommes en relation, ils produisent un espace de rencontres, d’échanges, de débats où se définissent les règles de la vie commune et où se construit la légitimité. Pour autant, l’État n’est pas nié ; il est seulement remis à sa place. »

N’est-ce pas exactement ce que nous tentons de faire et notre association n’est-elle pas précisément un instrument, un lieu de mise en œuvre de ces droits qui fondent une société démocratique ?

Le gouvernement veut changer l’Ecole. Il ne doit pas s’arroger le droit de le faire tout seul. Il ne doit pas nous imposer sa seule logique, et notre association est un des lieux où nous, les profs de maths du terrain, pouvons faire entendre notre voix et contribuer, nous aussi, à établir les nouvelles formes d’organisation de l’école.

Car nous avons beaucoup à dire :

Nous avons à dire qu’un élève n’est pas un étudiant et qu’il doit être traité de façon spécifique, avec une attention précise à ses difficultés de jeune en formation. C’est sur sa formation à long terme que doit être mis l’accent.

Pour résister à l’obsession du résultat immédiat, notre action doit délibérément miser sur le long terme, et nous demandons que cela soit visible dans les nouveaux programmes de lycée d’autant qu’ils concernent la période quinze dix-huit ans, cruciale pour la maturation intellectuelle des jeunes.

Nous avons à dire que l’apprentissage est un processus long qui demande durée et continuité, structuration réfléchie, suivi patient et assidu de l’élève par le maître, et que le morcellement de l’apprentissage en des activités trop éclatées et avec des intervenants trop nombreux n’est pas une bonne méthode : on n’aide efficacement que les élèves que l’on connaît.

C’est ainsi que le travail avec des groupes recomposés à partir de diverses classes que nous vivons de plus en plus souvent (spécialités, options, soutiens) n’est pas un bon travail, et nous demandons que les nouvelles formes d’organisation de l’École respectent ce principe de durée et de continuité.

Nous avons à dire ce qui est possible et ce qui ne l’est pas en termes de temps et en termes de contenus. Nous sommes conscients de ce que nous pouvons « faire passer », et nous demandons tout à la fois qu’on ne méprise pas l’intelligence de nos élèves et qu’on ne sous-estime pas le temps nécessaire à un apprentissage dont nous voulons qu’ils soient des acteurs.

Nous connaissons notre métier, mais nous demandons qu’on nous mette dans la situation de bien l’exercer.

Nous avons à dire que nous ne savons pas tout. Nous sommes tout prêts à enseigner de nouveaux contenus, mais nous demandons d’abord qu’on nous aide à les apprendre, et chacun sait qu’on ne peut valablement enseigner que ce qu’on sait vraiment. Nous ne demandons pas une vague information sur le mode inefficace de la « démultiplication ». Nous demandons une formation sérieuse de TOUS les enseignants, nous disons qu’il y faudra des moyens, et que le Ministère devra nous les donner.

Notre association est un lieu de libre parole, un lieu efficace d’expression et de discussion pour la profession : n’hésitons pas à user des droits de l’homme, car comme l’écrit encore Dominique Rousseau, « le seul lieu de légitimité est l’espace où se déploient précisément ces droits ». Notre association est un de ces lieux.

 Accueil   Plan du site   Haut de la page   Page précédente