Accueil » Publications » Le Bulletin Vert » Pour chercher et approfondir » Faut il étudier la tératologie ?
  APMEP   Faut il étudier la tératologie ?

Article du bulletin 488

Adhérer ou faire un don

Klaus Volkert

Résumé de l’article

Au 19ième siècle, les mathématiciens ont pris l’habitude de construire des exemples bizarres - voire de vrais "monstres"- afin de caractériser la portée d’un théorème, ou d’une notion. Cet article se propose d’esquisser l’histoire des monstruosités mathématiques, dans le contexte plus général de l’histoire des sciences, puis de discuter les motifs et le seuil épistémologique de leurs inventions pour terminer par quelques remarques sur leurs rôles dans l’enseignement.
L’idée générale est d’acquérir la connaissance du "normal" par le "pathologique". Si le "naturel" est l’objet de l’analyse, l’"artificiel" mérite l’intérêt mathématique. C’est l’objectif des contre-exemples.
L’article donne quelques exemples, en géométrie (polyèdres), analyse (fonctions), séries (trigonométrie). L’auteur présente plusieurs fonctions "bizarres" proposées par Dirichlet, Riemann, Schwarz, Hankel, Dubois-Raymond. Sans être étudiées systématiquement, les exemples "tératologiques" peuvent avoir leur intérêt, placés au bon moment du cursus.

Plan de l’article

  • Introduction
  • 1. Les monstres dans l’histoire des sciences
  • 2. Les monstres dans l’histoire des mathématiques
  • Sources
  • Note : Pour l’Honneur de l’esprit humain

Lire l’article en ligne
Télécharger l’article en pdf dans son intégralité

(Article mis en ligne par Armelle BOURGAIN)
 Accueil   Plan du site   Haut de la page   Page précédente