Accueil » Publications » Le Bulletin Vert » Articles divers » L’enterrement de Madame Boussineq
  APMEP   L’enterrement de Madame Boussineq

- 30 avril 2015 -

Le mathématicien-mécanicien Boussinesq, grand scientifique, perdit autrefois sa femme. L’enterrement , qui avait commencé par une journée très dégagée, se termina par une pluie battante. tout le monde fut trempé. Il se remaria et fut veuf à nouveau. Le même phénomène météorologique se reproduisit lors des obsèques. Lorsque sa troisième épouse mourut également, les funérailles se déroulèrent sous un ciel qui resta au beau fixe, mais tous les universitaires qui y assistaient avaient emporté un parapluie. émile Borel (grand manitou des probabilités à la Sorbonne) se tourna vers Polya, mathématicien étranger qui se trouvait à ce moment-là en France, et il lui dit : « écoutez Polya, n’est-ce pas lamentable ? Nous sommes des universitaires, nous ne sommes pas superstitieux, je suis probabiliste, je sais pertinemment qu’il ne peut exister aucun rapport entre la pluie et l’enterrement de Mme Boussinesq. Et cependant j’ai apporté mon parapluie.– Pas du tout, répondit Polya, nous travaillons sur des faits scientifiques ; or c’est un fait scientifique avéré qu’il pleut souvent à l’enterrement de la femme de Boussinesq. » Cette histoire circula quelques temps puis tomba dans l’oubli, car la plupart de ses protagonistes avaient disparu. Polya, que je rencontrai aux Etats unis en 1960, restait probablement le seul témoin de cette affaire. J’étais curieux de savoir si mes souvenirs étaient fidèles et le priai de me le confirmer, ce qu’il fit. Je suis à présent le dernier dépositaire de cette histoire que je livre au public.

Laurent Schwartz. Un mathématicien aux prises avec le siècle, p. 156.

(Article mis en ligne par Armelle BOURGAIN)
 Accueil   Plan du site   Haut de la page   Page précédente