Accueil » Publications » Le Bulletin Vert » Les dossiers » Généralité
  APMEP   Généralité

Article du bulletin 468

Adhérer ou faire un don

Dossier "option sciences" (II)

- 5 octobre 2007 -

Dossier coordonné par Daniel Reisz et Marc Roux

Présentation

Après celle du lycée Mas de Tesse de Montpellier (BV 467), c’est l’équipe du lycée Gérard Philipe de Bagnols-sur-Cèze qui nous détaille dans ce numéro sa façon de concevoir l’option sciences et les activités mises en œuvre au cours de l’un des cycles.

Cet article est précédé de considérations générales par Jean-Pierre Richeton ; il est complété par des extraits d’un article de Maryse Noguès paru dans Repères-IREM, no 65 : en effet cette équipe travaille en rapport étroit avec l’IREM de Montpellier.

On trouvera également la présentation, par Marie-José Schmitt, de l’atelier scientifique qui fonctionne au lycée Charles Poncet de Cluses, sans le statut d’option de détermination mais dans le même esprit.

Un troisième volet de ce dossier paraîtra dans un prochain numéro du Bulletin Vert.

Le lecteur intéressé trouvera des compléments d’information sur les sites suivants :

http://www.sfc.fr/SocietesSavantes/...

http://educmath.inrp.fr/Educmath/re...

http://www3.ac-nancy-metz.fr/pasi/a... (où l’on trouvera, outre un texte de témoignages, une séquence filmée).

Généralités

1. Organisation La mise en place des options Sciences s’est faite à moyens constants en terme de DHG pour les établissements mais le coût n’est pas toujours le même :

    • 6 h prof (classe dédoublée) ;
    • 3 h prof (classe non dédoublée).

Une plage de 3 h consécutives réservée à l’option, aussi bien côté élèves que pour les trois enseignants impliqués, est fortement recommandée pour ne pas dire indispensable. Cela est en effet nécessaire pour permettre une certaine souplesse dans la gestion de ces 3 heures entre les professeurs concernés et/ou pouvoir donner un peu de densité au contenu de l’option :

    • la plupart du temps en organisant le planning sur la base de deux tranches horaires de 1 h 30 ;
    • plus rarement, en réservant la plage de 3 h pour une seule matière, et permettre aussi, par exemple :
    • d’organiser des visites extérieures (en fonction des moyens) ;
    • aux trois enseignants d’intervenir ensemble pendant une séance.

Une salle spécifique équipée est parfois (ce n’est pas toujours le cas) mise à la disposition des élèves et des enseignants pour cette option. L’idéal étant sans doute la présence d’un laboratoire de mathématiques dans l’établissement…

Pour favoriser au maximum la réussite de cette option, il va de soi que cela passe par de nombreux échanges, par Internet notamment, et/ou réunions de travail entre les collègues des trois matières concernées.

Pour l’instant, rien n’est prévu dans l’emploi du temps pour ces réunions de concertation qui se font donc en plus hors de l’emploi du temps prévu.

Cependant, il semble tout à fait envisageable de pouvoir « libérer les élèves » de temps à autre, pour faciliter le travail de l’équipe en charge de l’option Sciences ainsi que le préconise le rapport de visite des inspecteurs venus au lycée Mas de Tesse en janvier 2005.

2. Le public

L’idée des enseignants participant à l’expérimentation était de recruter des élèves qui ne soient pas forcément d’excellents élèves mais de l’ouvrir à des élèves curieux, intéressés et motivés par les sciences.

Dans la réalité et cela est surtout lié aux différences entre établissements (autres options proposées, lycée rural ou urbain, …), les élèves qui participent à l’option Sciences ont des profils différents.

Quelques exemples pour l’année 2004-2005 :

Lycée de Limoux : lycée rural qui propose en général 35 places en section MPI pour 70 demandes. Cette année 50 demandes pour l’option Sciences et seulement 20 pour l’option MPI. Les enseignants n’ont pas privilégié les excellents élèves lors du recrutement.

Lycée du Pic Saint Loup : pas d’option MPI dans ce lycée mais des options SES. Les élèves qui ont pris l’option ont pour objectif de faire ensuite une section S et surtout de ne pas faire l’option SES.

Lycée Mas de Tesse : dans ce lycée qui dispose déjà d’une option SI et d’une MPI en Seconde, il y a beaucoup de filles qui demandent l’option Sciences. Ce lycée accueille notamment des élèves d’un collège ZEP ainsi que de nombreux élèves issus de milieux défavorisés. Les élèves retenus pour cette option le sont lors d’une commission d’affectation à partir d’un document rempli par le collège d’origine joint aux bulletins de Troisième.

Lycée de Bagnols : lycée rural où la première ES n’est pas possible. Beaucoup d’élèves vont en section S en Première pour ne pas partir dans un autre lycée. Les excellents élèves n’ont pas été privilégiés.

Jean-Pierre RICHETON

L'option sciences au Lycée G. Philippe de Bagnols sur Cèze

L'option sciences, un atout pour le dialogue entre disciplines

Démarche expérimentale et expérimentations scientifiques

 Accueil   Plan du site   Haut de la page   Page précédente