Accueil » Publications » Le Bulletin Vert » Les éditoriaux » La formation continue est sinistrée
  APMEP   La formation continue est sinistrée

Article du bulletin 439

Jean-Paul Bardoulat

- 14 mars 2002 -

Les professeurs de mathématiques boudent la formation continue. On sait depuis longtemps que si certains s’y intéressent assez peu, d’autres en sont très friands. Ce qui est nouveau, c’est la diminution des inscriptions aux stages proposés et l’augmentation des défections parmi les inscrits. De plus en plus de stages sont supprimés faute de candidats, sans qu’il y ait une augmentation sensible de l’offre de stages. Et pourtant, les professeurs de mathématiques n’ont jamais éprouvé autant de difficultés à exercer leur métier, à former leurs élèves. Quelles sont les raisons de cette désaffection ?

L’âge serait-il en cause ? Effet du recrutement « en accordéon », les professeurs de mathématiques sont nombreux à être proches de la retraite. Ils pourraient ne plus avoir envie de s’impliquer dans des formations entraînant de difficiles remises en question ou avoir des scrupules en estimant que ce n’est plus rentable pour la collectivité. Ils sont peu nombreux dans ce cas et les « jeunes » ne manifestent guère plus d’intérêt pour les formations qu’on leur propose. Le désir de mieux former ses élèves, de faire évoluer ses propres pratiques pédagogiques, de s’adapter aux nouveaux dispositifs, n’est pas une question d’âge.

L’intérêt des professeurs de mathématiques pour leur métier se serait-il émoussé ? Nous savons tous que rien n’est jamais acquis dans cette difficile profession, c’est ce qui fait sa richesse. Nous savons qu’il est indispensable de s’adapter en permanence à l’évolution des contenus à enseigner, aux techniques nouvelles, aux comportements nouveaux des élèves, …

Les raisons qui motivent l’intérêt et l’implication des enseignants dans la formation continue sont aussi fortes aujourd’hui qu’hier. De nombreux exemples le prouvent, en particulier la participation massive, pendant des vacances, aux Journées nationales de l’APMEP.

Les professeurs de mathématiques sont-ils moins disponibles aujourd’hui qu’hier ?

Sans aucun doute, notre charge s’accroît. La maîtrise des technologies nouvelles exige d’y consacrer beaucoup de temps auquel il faut ajouter l’indispensable réflexion sur l’opportunité et la forme de leur utilisation en classe. Par conscience professionnelle, peut être avons-nous tendance à vouloir compenser par un surcroît de travail l’insuffisance de travail d’une grande partie de nos élèves et la diminution de leurs compétences. Rendre disponible les enseignants les inciterait à participer davantage et plus efficacement aux actions de formation continue.

L’actuel désintérêt relève-t-il du découragement ? C’est fréquent. Former correctement nos élèves en mathématiques exige du temps. La plupart des mathématiciens, même les plus prestigieux, en conviennent. Les horaires élèves qui faisaient l’objet d’un consensus au collège et au lycée ont été réduits. Dans ce contexte, le découragement des professeurs de mathématiques est-il surprenant ? Les stages sont-ils toujours aussi rassurants, aussi incitatifs, aussi valorisants qu’il le faudrait ? Un excès de zèle des intervenants les rend parfois culpabilisants. Par exemple, est-il raisonnable, pour l’aide individualisée en seconde, soit 1/18e du service, de préconiser un ensemble de dispositions qui nécessiterait plusieurs heures de préparations hebdomadaires ? On obtient ainsi le contraire de ce qu’on cherche : sortir d’un stage découragé n’incite, ni à en faire d’autres, ni a faire d’efforts. Nous savons tous que notre tâche est très vaste, que notre travail n’est jamais achevé au sens où l’on aurait pu mieux faire encore. Plutôt que prêcher pour un inaccessible enseignement idéal, il est plus stimulant de rechercher collectivement ce qui est faisable dans le contexte actuel.

L’organisation de la formation continue n’est pas étrangère à la désaffection. Les PAF sont souvent devenus illisibles. La multiplicité des types d’actions proposées nécessite d’être initié. Les supports de l’information se multiplient sans pour autant en faciliter l’accès. Les périodes d’inscription ne sont pas toujours judicieusement choisies. Les lieux et les responsables de formations se multiplient sans nécessairement se diversifier, sans cohérence visible. Les responsabilités et compétences des différents acteurs se compliquent au point de devenir indéchiffrables. À qui s’adresser pour faire des remarques, des suggestions, pour obtenir des informations : au Recteur, au Service Académique à la Formation Continue, à l’IUFM, aux IPR , à l’IREM ?

Les stages proposés sont-ils en adéquation avec les besoins des enseignants ?

Trop rarement ! C’est la principale raison de la désaffection constatée. Le temps accordé conduit a des formations dont la durée est souvent trop courte pour être satisfaisante. D’autres solutions existent et sont expérimentées à Toulouse. Les conditions imposées sont trop souvent dissuasives ou sans cohérence. Il n’est pas rare qu’un proviseur trouve normal de banaliser des heures de classes pour des raisons « douteuses », mais rechigne à laisser partir un professeur en formation. Les priorités nationales ou académiques sont fortement privilégiées, mais sont de moins en moins en adéquation avec les besoins et les attentes des enseignants. Ces derniers ne sont pas assez clairement identifiés, ni suffisamment pris en compte.

Décider seulement au ministère ou dans les rectorats de la formation qu’il convient d’assurer revient à mettre cette formation au service quasi exclusif d’une politique, pas forcément partagée par la majorité des enseignants et non aux besoins réels constatés et exprimés par les praticiens que nous sommes. Pourquoi m’inscrire à un stage si je n’adhère pas à ses objectifs, si j’estime qu’il ne répond pas à mes attentes prioritaires ?

La formation continue doit être au service de la formation du plus grand nombre des enseignants pour une meilleure formation des élèves.

Pour les mathématiques, l’APMEP demande depuis longtemps la mise en place de commissions chargées d’identifier les besoins en formation, de suggérer et sélectionner les propositions de stages adaptés aux besoins, où les diverses composantes de la communauté mathématique seraient représentées, en particulier les représentants des enseignants. La volonté d’écarter les corps intermédiaires, comme l’APMEP, manifestée clairement lors des consultations sur les programmes de lycée ou des stages inter-académiques conduit à la marginalisation d’une formation continue dont les enseignants ne veulent pas. Il est aujourd’hui quasiment impossible de proposer des stages nationaux, par exemple des universités d’été, dans des domaines disciplinaires. Cette quasi-disparition de fait traduit le mépris des responsables du système éducatif pour les besoins exprimés par les enseignants et leur discipline, car seul compte aujourd’hui l’interdisciplinarité sur laquelle tous les espoirs sont fondés…

L’on envisage de plus en plus de valider la formation continue par l’obtention de diplômes universitaires. Prendre en compte les compétences acquises n’aurait rien de scandaleux, mais il faudrait pas que cela incite à ne participer à la formation continue que dans le but (dévoyé) d’obtenir un diplôme et non pas pour améliorer son enseignement.

En mathématiques nous avons la chance d’avoir les IREM. C’est un « outil » que beaucoup d’autres disciplines nous envient. Ils devraient jouer un rôle essentiel dans le dispositif de formation car c’est l’un des rares lieux où peuvent travailler ensemble des enseignants du secondaire et du supérieur tout en bénéficiant d’un réseau national. Cette spécificité en fait sa richesse. L’Éducation nationale devra recruter demain un grand nombre de professeurs de mathématiques. La pertinence et la qualité de la formation continue seront alors essentielles pour permettre aux enseignants de s’adapter aux exigences nouvelles du métier. Pour réussir, toutes les compétences devront être mobilisées pour travailler ensemble dans un même but ambitieux auprès duquel les autres problèmes ne devraient plus compter : donner la meilleure formation possible au plus grand nombre d’élèves. L’APMEP et les IREM devrait en être le lieu privilégié.

 Accueil   Plan du site   Haut de la page   Page précédente