Accueil » Publications » Le Bulletin Vert » Matériaux pour une documentation » La théorie du chaos.
  APMEP   La théorie du chaos.

Article du bulletin 507

Adhérer ou faire un don

Paul Louis Hennequin

- 30 janvier 2014 -

par Leonard Rosen,

Préface de Cédric Villani , traduit de l’anglais (États-Unis) par Hubert Tezenas.

Cherche-midi, collection « Thrillers », septembre 2013,

469 p. en 14 x 22, Prix : 20€.

Pour ce premier roman, Léonard Rosen, professeur à Harvard s’est proposé de faire jouer un rôle important aux mathématiques par le titre, par le nom du personnage principal, inspecteur d’Interpol à Lyon, Henri Poincaré, arrière-petit-fils de Jules-Henri, par le choix de Cédric Villani pour la préface, mais aussi par l’utilisation de la toile dans le dialogue maître-élèves durant le travail à la maison.

Tout au long du livre, plusieurs photographies, graphiques et dessins mettent en évidence l’auto-similarité d’un électrocardiogramme ou d’une fougère et les analogies entre objets issus de mondes a priori étrangers  ; par exemple la carte des communes de France et l’image d’un alliage métallique au microscope électronique, ou encore la structure dendritique des montagnes vues d’assez haut. Bref des objets de la géométrie fractale, permettant la modélisation de processus naturels suivant les travaux de Benoît Mandelbrot et les idées de Jules-Henri : « la mathématique est l’art de donner le même nom à des choses différentes. »

L’inspecteur Poincaré entraîne le lecteur dans une course internationale haletante et ponctuée de meurtres et d’attentats terroristes à La Haye, au congrès de l’Organisation du Commerce mondial à Amsterdam, dans une maison ancienne de Dordogne, au bord d’un charnier en Bosnie, dans le centre scientifique de Harvard, dans un laboratoire de la NASA à Pasadena, au centre d’une manifestation du Front indigène de libération au pied du Château Frontenac de Québec, ou encore dans une clinique de Garmisch- Partenkirchen.

Le fil du roman est lui même construit comme un processus chaotique très sensible aux conditions initiales et donc plein de rebondissements inattendus.

Mais l’essentiel est le plaidoyer pour la nature humaine irréductible à tous les modèles mathématiques statistiques, informatiques, économiques ou financiers dans lesquels la tentation est permanente de nous enfermer. Une lecture à recommander aux amateurs de romans policiers mais aussi à tous ceux qui s’interrogent sur la place des mathématiques et le rôle des mathématiciens dans notre société.

 Accueil   Plan du site   Haut de la page   Page précédente