Accueil » Publications » Le Bulletin Vert » Matériaux pour une documentation » Le théorème du jardin.
  APMEP   Le théorème du jardin.

Article du bulletin 507

Adhérer ou faire un don

Marc Roux

- 30 janvier 2014 -

par Christian Magnan.

amds édition – 2011.

202 pages en 15 x 22.Prix : 22 €.

ISBN : 979-10-90238-02-2.

L’astronome et cosmologiste Christian Magnan, chercheur du Collège de France, a donné en clôture des journées nationales de l’APMEP à Marseille (octobre 2013) une conférence intitulée «  L’univers est-il soumis à des lois mathématiques ?  », qu’il a commencée en affirmant que « la réponse est Non ! ». L’argumentation qu’il a ensuite développée était un résumé d’une partie du «  Théorème du jardin ». Cet ouvrage débute par trois chapitres essentiellement historiques  :

  • 1. La naissance de la science moderne : l’auteur la date précisément d’août 1684, lorsque Isaac Newton réalise que son étude théorique de la gravitation recoupe parfaitement les trois lois empiriques de Johannes Kepler. Découvertes « préparées », bien sûr, par Copernic et Galilée.
  • 2. La mesure de l’univers : exposé chronologique des différentes techniques qui ont permis d’estimer les distances interplanétaires puis interstellaires.
  • 3. Le second miracle de la science : c’est la théorie de la relativité d’Einstein qui, à travers l’équivalence masse-énergie, explique la longue durée de vie des étoiles. L’auteur présente ici le modèle d’univers de Friedmann, indépassable selon lui.

Ces trois chapitres contiennent des relations factuelles : biographie professionnelle et privée des protagonistes, contexte historique, mais aussi des explications et commentaires sur chacune des théories et des techniques présentées, avec des digressions sur les connaissances actuelles, et des points de vue personnels, tels que « La science ne lit pas le monde, elle le traduit  », «  l’incapacité de notre espèce intelligente à comprendre le pourquoi du monde et le rôle que nous y jouons », «  notre physique nous interdit de faire de la métaphysique ».

Les deux derniers chapitres sont plus subjectifs, de l’ordre de l’opinion, voire de la polémique  :

  • 4. L’univers est-il fait pour l’Homme ? est un démontage en règle des théories anthropocentristes défendues en particulier par Trinh Xuan Thuan. Au passage, sont évoqués Edward Lorenz, Poincaré et la sensibilité aux conditions initiales ; un calcul de probabilité estimatif conclut à l’absence de vie extraterrestre.
  • 5. Les dérives de la cosmologie moderne : ici C. Magnan « se lâche », il dénonce «  l’arnaque de la matière noire  », «  la dictature du modèle », « le rôle aggravant de l’informatique  », l’attitude des chercheurs pour qui « l’important est de publier ». Il se pose la question de « la fin de l’ère scientifique de l’humanité », considérant qu’aucune découverte notable n’a été faite depuis celle du fond diffus cosmologique, en 1965.

Il conclut l’ouvrage en défendant « le droit de savoir », proposant un programme d’enseignement, au niveau secondaire, de la structure de l’univers (quelques lecteurs, comme moi, ont connu le temps où le cours de mathématiques comportait un chapitre Astronomie).

Certes, on peut reprocher à C. Magnan, surtout dans le dernier chapitre, de ne pas donner la parole à ses adversaires, de passer quasiment sous silence les faits qui les ont amenés à postuler l’existence de la matière noire.

Mais la passion avec laquelle il défend ses idées, en opposition au consensus qui règne chez ses pairs, donne à ce livre une vie, un élan, qui, joints à la clarté de l’écriture et à la qualité de l’argumentation, en font une lecture jubilatoire, accessible au plus large public (en dépit de la regrettable absence de toute figure, ce qui dans quelques cas rend la compréhension moins immédiate). La joyeuse variété des références et citations (de Woody Allen à Voltaire, en passant par Les Quatre Barbus ou Saint-Exupéry) ajoute au plaisir de la lecture. Toutefois, pour nous, amoureux des mathématiques, il est frustrant que l’auteur n’ait pas mentionné que le développement de la Science, qu’il encadre par les dates 1684 – 1965, n’aurait pas été possible sans les deux ou trois millénaires de recherche mathématique qui l’ont précédé.

Je laisse le lecteur découvrir (page 150) le pourquoi du titre poétique, mais pas forcément parlant, de cet ouvrage.

 Accueil   Plan du site   Haut de la page   Page précédente