Accueil » Publications » Le Bulletin Vert » Matériaux pour une documentation » Les filles ont-elles un cerveau (...)
  APMEP   Les filles ont-elles un cerveau fait pour les maths ?

Article du bulletin 502

Adhérer ou faire un don

Paul Louis Hennequin

- 3 février 2013 -

par Catherine Vidal,

Le Pommier collection Les Petites Pommes du savoir n° 136, mars 2012.

64 p.en 100 x160.

ISBN : 978 2 7465 0588 9, Prix : 4,99€.

Microbiologiste à l’Institut Pasteur, Catherine Vidal, qui a déjà écrit deux ouvrages dans la même collection (n° 94 : Hommes femmes avons-nous le même cerveau  ?, n° 118 : Le cerveau évolue-t-il au cours de la vie ?) et un livre : Cerveau, sexe et pouvoir chez Dunod se propose d’apporter des réponses brèves, claires et sérieuses, fondées sur le développement récent de l’investigation cérébrale, à la question de l’origine innée ou acquise d’une aptitude supérieure des garçons en mathématiques.

En s’appuyant sur des travaux effectués tant localement dans divers pays d’Amérique, d’Europe ou d’Asie, et sur des études internationales, elle aborde successivement :

  • Les filles, pas douées pour les maths ? (Le cerveau des bébés, quand le sens des mots vient aux enfants, les ados et les maths, les garçons super-matheux ?, la culture égalitaire et les maths).
  • La représentation de l’espace chez les filles et les garçons (Le test de rotation mentale en 3D, le test du labyrinthe virtuel, gare aux stéréotypes).
  • Les mathématiques dans le cerveau (Voir le cerveau faire des maths, la pensée mathématique n’a pas de sexe).
  • Plasticité du cerveau et apprentissage des maths (La découverte de la plasticité du cerveau, plasticité cérébrale et pensée mathématique).
  • Le bêtisier sur les femmes et les maths (La bosse des maths, le poids du cerveau, cerveau gauche et cerveau droit, la vie préhistorique, pseudo-science et idéologie).
  • Les maths dans les choix d’orientation scolaire et professionnelle (Le poids des stéréotypes).

Un glossaire définit une dizaine de termes techniques, une bibliographie de huit titres précise les références.

L’ouvrage dénonce donc scientifiquement les stéréotypes qui ont cours chez les parents d’élèves, mais aussi chez de nombreux enseignants qui constatent les inégalités actuelles, au moins dans notre pays où elles auraient tendance à s’aggraver, malgré les remarquables efforts de la dynamique association Femmes et maths.

Les didacticiens ne sont pas tous d’accord sur ce que les sciences du cerveau peuvent apporter à l’enseignement, mais on ne peut plus ignorer que les chercheurs disposent maintenant d’outils d’observation puissants et fiables permettant d’établir des relations de plus en plus précises entre l’activité mathématique et les localisations cérébrales. et de montrer que ces relations se construisent et s’affinent tout au long de la vie. un seul regret : que l’ouvrage ne contienne ni dessins, ni figures alors que la méta-analyse, méthode statistique présentée comme très puissante, en utilise systématiquement.
Des graphiques auraient pu montrer l’évolution sur une vingtaine d’années des proportions d’hommes et de femmes dans diverses filières et différents pays.

Tel qu’il est, cet opuscule peut servir de base à des débats avec des élèves en mal d’orientation, et doit figurer dans tous les CDI. Sa présentation claire et agréable incitera parents et enseignants à le lire puis à approfondir et mettre à jour leurs connaissances sur un sujet en pleine mutation.

 Accueil   Plan du site   Haut de la page   Page précédente