Accueil » Publications » Le Bulletin Vert » Les dossiers » Les professeurs de l’évaluation (...)
  APMEP   Les professeurs de l’évaluation 2008

Article du bulletin 481

Adhérer ou faire un don

Télécharger l’article en pdf dans son intégralité

Comme à chaque étude EVAPM, les professeurs qui ont participé en 2008 ont manifesté un intérêt certain pour cette action en dépit de la charge de travail qu’elle a impliquée pour tous. Ils ont investi leurs classes pendant deux séances dans un court laps de temps et ont consacré eux-mêmes un temps important pour saisir les résultats et répondre au questionnaire-professeurs. Ce questionnaire permet de mieux les connaître…

Toutes les informations demandées sont nécessaires pour réaliser un portrait assez représentatif des enseignants de mathématiques en collège et de leurs conditions de travail.

Nous remercions tous ceux qui ont répondu et ont ainsi permis la réalisation de l’opération. 80 questionnaires ont été renseignés, plus d’un sur dix provient d’un professeur qui travaille à l’étranger.

Quelques aspects significatifs

Le temps face aux élèves

En sixième tous les élèves ont un horaire hebdomadaire d’au moins quatre heures, un dixième quatre et demi, 40 % des cinquièmes ont trois heures et demi, 50 % ont quatre heures. Sur les deux niveaux moins d’un professeur sur cinq dispose d’une demi-heure pour dédoublement ou soutien.

Le travail avec les collègues

Vous concertez-vous avec vos collègues pour établir une progression commune ? des devoirs communs ? Disposez-vous d’une plage horaire prévue dans votre emploi du temps ?

Les TICE : oui, mais ...

L’usage d’un manuel reste la règle, mais il est associé à l’usage d’autres ressources documentaires et des outils informatiques. Environ quatre collègues sur cinq utilisent au moins un logiciel de géométrie plane, un tiers se sert d’au moins deux logiciels.
La moitié utilise systématiquement ou souvent l’ordinateur en classe entière avec un vidéo-projecteur. Moins de 40 % peuvent le faire parfois en demi-classe en salle informatique. La moitié des élèves se sert de temps en temps de l’outil informatique au CDI ou à la maison pour des activités mathématiques.
L’outil parait surtout pertinent (72 %) pour motiver les élèves, mais moins (40 %) pour favoriser leur autonomie, pour s’approprier des connaissances ou développer l’esprit de conjecture…
Un tiers des professeurs évalue la maîtrise dans l’usage de certains logiciels, la moitié participe à la validation du BII à l’aide pour la plupart d’un logiciel permettant la validation par plusieurs professeurs. Ils trouvent le programme peu clair sur les compétences dans l’utilisation de l’informatique.

La calculatrice et le calcul.

En conclusion Les professeurs sont ouverts aux diverses démarches en vue de faciliter l’apprentissage et l’activité mathématique des élèves même s’ils sont loin d’être dans les meilleures conditions : élèves en grande difficulté, programme intéressant mais trop lourd, accès aux outils informatiques pas toujours aisé. Et pourtant …

Bonjour, Veuillez trouver en pièce jointe les résultats de mes élèves de 5ème et 6ème de l’EVAPM 6ème/5ème 2008.
Veuillez trouver aussi ci-dessous quelques remarques personnelles : Merci.
Le codage et la saisie des réponses sont certes fastidieux, mais :
- ces données sont indispensables pour vous, surtout en grand nombre, pour votre travail de statistiques ;
- et les résultats sont pertinents pour moi, en tant que professeur, car ils me permettent de réajuster mon évaluation du niveau de certains de mes élèves ;
- et les résultats sont aussi facteurs de progrès pour au moins la moitié de mes élèves :
à l’occasion de l’EVAPM (par un questionnaire plus dirigé vers le socle commun, par un questionnaire plus diversifié que d’habitude, par la présentation en visuel de l’un des questionnaires) :
- certains habitués aux « bonnes notes » n’ont obtenu que des résultats moyens, du fait qu’ils n’ont pas eu la souplesse d’esprit pour s’adapter à une évaluation différente de leurs évaluations habituelles ; leur défaillance ponctuelle va les amener à se remettre en question, et donc les secouer, et donc c’est bien !
- et certains habitués aux « mauvaises notes » ont obtenu des résultats supérieurs à ceux des élèves habituellement moyens, du fait qu’ils se sont adaptés plus facilement à une situation inhabituelle ; leur progrès inespéré va leur donner une meilleure image d’eux-mêmes et donc les stimuler, et c’est bien !
Veuillez m’excuser pour mon manque de réactivité, je crois que j’aurais dû insérer ces remarques dans le questionnaire professeurs ... que je vous ai déjà envoyé...
Encore merci pour la stimulation que vous nous apportez, à mes élèves et à moi.
Respectueusement et cordialement,
C.T.
Collège Jules Grévy (POLIGNY Académie de Besançon)

(Article mis en ligne par Christiane Zehren)
 Accueil   Plan du site   Haut de la page   Page précédente