Accueil » Publications » Le Bulletin Vert » Pour chercher et approfondir » MATHADOR et MATHADOR JUNIOR POUR (...)
  APMEP   MATHADOR et MATHADOR JUNIOR POUR UNE PROMOTION DU CALCUL MENTAL

Article du bulletin 449

Adhérer ou faire un don

Henri Bareil

- 9 mars 2009 -

Jeux en vente à l’APMEP (Brochures 603 et 604) en raison de l’intérêt pour … une cause à soutenir ardemment !

Ainsi que le dit Éric TROUILLOT, inventeur des Jeux « MATHADOR », à l’école élémentaire, au collège, au lycée, « moins de pratique du calcul mental, c’est une évidence. La calculatrice est passée par là. C’est un peu comme si l’apport des nouvelles technologies de ces dernières décennies (ordinateur, calculatrice, Internet, …) avait déposé une couche de poussière sur l’expression “ calcul mental ”.

Une sorte de vieillissement accéléré… »

Or il est clair que le « calcul mental » est et reste plus que jamais un élément important d’une activité numérique de base.

Seul un bon élève en calcul mental percevra facilement les diverses écritures d’un nombre, donc sera à l’aise dans les travaux sur les fractions, les factorisations, les choix féconds d’écritures numériques. Ayant appliqué de longue date les propriétés essentielles des opérations (distributivité de × sur +, associativité et commutativité, décompositions-recompositions, …), il aura le plaisir de se mouvoir sans difficultés dans les calculs algébriques… À l’opposé, un calcul mental défaillant y paralysera.

Les dernières publications de l’APMEP s’emploient donc à promouvoir l’éminente place du calcul mental… Valérie Larose a fort bien décrit, de plus, dans PLOT, le plaisir des séquences de calcul mental. Quant aux programmes, ils le privilégient parmi les trois séquences de calcul raisonné, mental, à la main, à la machine.

De là, l’inscription, à notre catalogue, des jeux « Mathador ». L’APMEP s’intéresse à ce jeu d’Éric Trouillot depuis sa création. Et voilà que l’auteur en propose, depuis quelques mois, une version simplifiée, pour un âge plus tendre, des aptitudes moindres, et comme ludique tremplin d’accès au Mathador aîné.

Rappelons les formules des jeux Mathador.

Il s’agit d’effectuer un parcours, de 63 cases pour Mathador, de 28 pour le Junior, en lançant des dés qui permettent d’utiliser des nombres (figurant sur les dés) à l’aide d’opérations (inscrites sur les cases). En cela, c’est le type de jeu « Le Compte est bon ». Dans le Mathador, chaque case propose une ou deux opérations et les nombres des dés sont compris entre 0 et 99. Dans le Junior, chaque case ne propose qu’une opération (+, −, ×, pas de division) et les nombres des dés sont compris entre 10 et 99.

Quelques cases sont des cases-énigmes. Cette fois, le jeu est du type « Trivial poursuite » : on tire une carte sur laquelle figure un problème à résoudre…

Essayez, à deux, trois, …, et jusqu’à 12 joueurs, alors par équipes : c’est passionnant !

De plus, les joueurs peuvent constater qu’une calculatrice est d’un apport quasi nul ! L’essentiel est de savoir combiner aisément nombres et opérations…

Le fabricant met en avant d’heureuses trouvailles, par exemple le « coup Mathador » qui, lors d’un lancer de 7 dés, fournit le résultat en utilisant les 5 nombres sur les dés blancs avec les 4 opérations utilisées une fois. Et de nombreuses astuces de points, bonus, façons d’avoir ou non la main, permettent de valoriser et de diversifier le jeu, de l’adapter aussi à tel ou tel travail en classe (par exemple, en centrant sur une opération…).

Il reste qu’un enseignant aura initialement, face à lui, à tel ou tel niveau de CM ou de collège, des élèves sans doute très dissemblables en calcul mental.

Pour les plus faibles, les lancer d’emblée dans Mathador risque d’être une gageure.

L’utilisation de Junior sera alors préférable et préparera le terrain en permettant des succès et une montée en puissance progressive.

Un dernier atout des jeux : ils sont d’un aspect séduisant … et leurs dés, solides de Platon, initient quelque peu à une agréable fréquentation… !

L’APMEP souhaite donc qu’un franc succès des jeux Mathador conduise, dans la joie et la bonne humeur, à une nécessaire aisance en calcul mental.

Henri BAREIL

 Accueil   Plan du site   Haut de la page   Page précédente