accueil
Rechercher sur le site : [Aide]
Accueil » Commissions & groupes de travail » Formation des enseignants » Vie de la commission nationale » Réunion du 20.10.2013 (J.N. Marseille)

Retour

Réunion du 20.10.2013 (J.N. Marseille)

Rémi DUVERT

.

.

Les personnes présentes ont souhaité n’aborder que le sujet de la formation initiale et continue, la création des ESPE étant celui posant le plus de problèmes.

En préambule, j’ai rappelé qu’il ne me paraissait pas souhaitable qu’en temps que retraitée j’assume encore la responsabilité de la commission. Toutefois, je m’engage à en assurer la fonction tant qu’il n’y a pas d’autre volontaire.

Il a été rappelé la mise en place délicate des ESPE et les conditions difficiles de travail des formateurs dans ce cadre. Toutefois ce point n’a pas été développé, l’APMEP n’ayant pas vocation à engager des actions d’ordre syndical.

.

1/ Formation continue des enseignants et autres personnels intervenant dans les établissements scolaires.

a) Du côté des enseignants

Un débat s’est engagé à propos du rôle de l’APMEP dans la formation des enseignants. Voici quelques exemples montrant la teneur des arguments échangés.
- L’APMEP n’a pas à se substituer à l’éducation nationale ni même à un organisme de formation. Il faut donner un cadre précis aux conférences en ligne.
- Les jeunes collègues qui arrivent en classe ont des besoins criants, l’Institution n’assurant pas actuellement le suivi des néo-titulaires.
- L’APMEP a vocation à assurer une entraide entre collègues. Les collègues accueillant des néo-titulaires se sentent pris au dépourvu, il est nécessaire de leur apporter un soutien. Sous quelle forme ? Cela reste à définir.
- L’APMEP doit-elle proposer des formations rémunérées ? Si l’APMEP ne s’en empare pas, des organismes de formations vont s’en emparer.
- Ne peut-on pas intervenir dans un autre cadre financier, à l’exemple des actions de « La main à la pâte » de l’académie des Sciences qui a initié des maisons des Sciences ? Dans certaines académies des « matheux » interviennent en formation dans ce cadre (Orléans, Reims…)

Des paragraphes différents dans la plaquette Visages ont été soulignés : aucune décision n’a été prise à ce sujet, elle devra faire sans doute l’objet d’une discussion lors d’une prochaine réunion.

b) Du côté des autres personnels intervenant auprès des élèves, particulièrement en école élémentaire

Depuis la modification des rythmes scolaires le problème de la formation des animateurs s’est accru de façon très importante. L’APMEP peut-elle, doit-elle, intervenir ? Ce serait l’occasion de réconcilier un certain nombre d’élèves avec les mathématiques. L’APMEP a produit un grand nombre d’outils pouvant répondre à ce besoin, il s’agit de trouver les modalités possibles d’interventions. Dans le 1er degré, peut-elle, doit-elle, proposer d’intervenir dans le cadre des formations proposées à ces personnels (CNFPT par exemple ?).

2/ Les ESPE

Plaquette Visages : aucune modification majeure du contenu n’est proposée par la commission, les principes énoncés restant d’actualité. Quelques modifications de vocabulaire obsolète (sigles en particulier) seront transmises au bureau par Geneviève Martiel.

Fonctionnement : la mise en place des ESPE a lieu de façon très différente suivant les académies. Des dysfonctionnements sont soulignés particulièrement concernant le maillage territorial (afflux d’étudiants dans certains centres plus « universitaires », désertification dans d’autres…). Ces années de transition sont particulièrement difficiles pour les masters MEEF (multiplicité des concours…). Les conditions de mise en stage des étudiants de master 2 (personnel de secours pour l’Education Nationale manquant d’enseignants dans le 1er comme dans le 2ème degré) handicapent le bon fonctionnement de la formation initiale.

.

.

Prochaine réunion : dimanche 2 février 2014, de 9h à 16h.

.

La responsable de la commission

Claudine Chevalier

 Accueil   Plan du site   Haut de la page   Page précédente