accueil
Rechercher sur le site : [Aide]
Accueil » Commissions & groupes de travail » Formation des enseignants » Vie de la commission nationale » Réunion du 21.01.2016 (Paris)

Retour

Réunion du 21.01.2016 (Paris)

Rémi DUVERT

- 26 janvier 2016 -

Sont présents : Richard Cabassut, Rémi Duvert, Alice Ernoult, Hélène Gagneux.

1) Il est décidé que la commission Formation des Enseignants et Enseignement Supérieur aura deux responsables : Alice Ernoult et Jean Toromanoff.

2) Travail et discussion pour une mise à jour du texte « propositions et revendications » pour la plaquette « Visages », ces modifications seront discutées au comité de mars puis soumises au vote au comité de juin.

3) Point sur la formation dans les différentes académies. Les participants à la réunion ne peuvent donner des informations que sur deux académies :

• Orléans-Tours : beaucoup de stagiaires premier degré par rapport aux dernières années suite à l’augmentation du nombre de places au concours. C’est aussi le cas du nombre de stagiaires du second degré. Les IPR font donc confiance à l’ESPE pour faire les visites. Il n’y a pas eu de recrutement de personnel pour faire face à cet afflux d’étudiants.
Diversité des profils d’étudiants de M2 (cf. ci-dessous).

• Strasbourg : Beaucoup d’inscriptions en M1 au dernier moment, hors délais, parfois même aussi en M2 (les étudiants ont plusieurs inscriptions et se décident au dernier moment). Augmentation des M1 et des M2 liée à l’augmentation du nombre de postes : recrutement de vacataires, de contractuels et utilisation d’heures complémentaires pour assurer la formation de ces étudiants. Le fonctionnement académique se fait donc à flux tendu (difficulté à trouver des profs de maths). Complexification des parcours de M2 : des étudiants ayant déjà un M1, un M2, des redoublants… Un cadrage ministériel demande de ne pas mutualiser les moyens pour ces différents types d’étudiants (dispositifs spécifiques tant du point de vue de la formation que de l’évaluation et du type d’écrit demandé (mémoire professionnel ou autre)).
Démission de stagiaires : pas d’étude quantitative, mais un nombre significatif de démissions constaté (causes possibles : éclatement des services de stagiaires sur plusieurs établissements, mi-temps au lieu de tiers-temps…). Les stagiaires se plaignent de la lourdeur de l’année (préparation du diplôme, du mémoire, service à mi-temps). L’ESPE envisage d’alléger ses maquettes.
Du côté de l’université, une mise en commun est prévue avec l’Université de Haute Alsace. En particulier, la fusion de l’ESPE et de la faculté de sciences de l’éducation. On peut s’inquiéter de la place qui sera donnée aux sciences de l’éducation dans les nouvelles maquettes, au détriment des dimensions disciplinaires et didactiques.
Confusion entre « demande » et « besoin » : les étudiants expriment des demandes… mais cela ne correspond pas toujours à des besoins. L’institution encourage cela.

4) Conception d’un questionnaire pour faire un point sur la formation des enseignants au niveau national.

Modalités :
-  Questionnaire type « google form » : création par Richard Cabassut (avec les questions données par la commission).
-  Envoi du lien à chaque régionale, charge au comité de la régionale de relayer auprès des ESPE. Dans la mesure du possible, les régionales communiqueront à la commission le nom d’un correspondant dans l’ESPE concernée (mais toute personne impliquée à l’ESPE pourra répondre au questionnaire).
-  Les réponses sont attendues pour la fin du mois de mai 2016 (avant le Comité de juin), le dépouillement qualitatif sera fait pour la prochaine réunion de la Commission (JN de Lyon).

Questions :
-  Académie et université de rattachement de l’ESPE.
-  Êtes-vous adhérent à l’APMEP ?
-  Nombre d’étudiants en M1 MEEF 1er degré, 2nd degré et PLP. Idem M2 MEEF pour les années 2014-2015 et 2015-2016.
-  Nombre de parcours différents suivant les profils en M2 (prévoir la possibilité de répondre « ne sait pas »).
-  Question ouverte sur l’organisation des différents parcours suivant les profils des étudiants en M2.
-  Nombre d’heures annuel de formation en maths dans chaque parcours, pour chaque année.
-  Mise en place ou non d’une formation à l’interdisciplinarité. Si oui, sous quelle forme, quel volume horaire (y compris actions ponctuelles), quelle place pour les mathématiques ? (prévoir une différenciation des réponses : 1er degré, 2nd degré, PLP).
-  Nombre de démissions de stagiaires (2014-2015 et 2015-2016), nombre de non-validations (2014-2015).
-  Prise en charge des visites aux stagiaires (IPR, ESPE, les 2 ?, autre ?).
-  Cadre « remarques générales ».
-  Proposer aux gens de nous laisser leur adresse électronique.

.

Alice Ernoult

 Accueil   Plan du site   Haut de la page   Page précédente