accueil
Rechercher sur le site : [Aide]
Accueil » Commissions & groupes de travail » Du cycle 1 au cycle 4 » Commission Premier degré » Vie de la commission Premier degré » Réunion du 21.10.2013 (J.N. Marseille)

Retour

Réunion du 21.10.2013 (J.N. Marseille)

.

"Questions d’actualité - Premier degré"

.

En présence de Marie MEGARD, Inspectrice Générale de l’EN. 55 présents dont 8 professeurs des écoles, 9 formateurs ESPE, 3 IEN, 6 professeurs de maths, des professeurs retraités intervenant lors des Temps d’Activités Périscolaires, 3 représentants d’éditeurs, et quelques retardataires non identifiés…

.

APMEP, Bases de la réflexion :
-  formation initiale et formation continue : état des lieux
-  « maillage IEN, ESPE » dans les départements : comment le rendre opérant pour la formation en mathématiques ? Quid de l’attribution des postes à fléchage IEN « mission maths » ?

IGEN : Marie MEGARD précise son intention : elle est intéressée par l’expression des collègues et ne souhaite pas « délivrer de parole officielle ». La fonction « IEN chargé mission math » est récente ; elle a remplacé la précédente mission math-science créée en lien avec La main à la pâte. Les IEN chargés de la mission math ont souvent une formation pas très solide en math ; l’IGEN a conscience de l’enjeu de ces missions ; un séminaire aura lieu à l’ESEN les 18-20 novembre pour créer des réseaux de travail (dont liens IEN-IA IPR math) et aider à la construction de l’animation dans le département dans un problématique générale de la formation continue dans le 1er degré (réf. www.cfem.asso.fr/liaison-cfe... ). Constat : en France le corps des profs des écoles n’est pas spécialisé en math (en Chine ce n’est pas le cas). Il faudra toujours une formation continue des enseignants, des cadres, du réseau, des formateurs…

Salle : Axes de travail pour l’APMEP et les formateurs :
- monter des réseaux, rassurer les PE inquiets qui ne sortent pas des manuels
- accompagner les enseignants pour une pratique différente
- promouvoir les jeux, les brochures Jeux, la brochure Evariste

La régionale de Lorraine a pu par le passé intervenir lors des formations, quid aujourd’hui ? Les contacts avec le terrain ne sont plus ce qu’ils étaient. La formation continue a servi de variable d’ajustement pour le remplacement (stages annulés). Une mallette de jeu circule sur les circonscriptions. A l’heure actuelle, la formation continue obligatoire pour tous les personnels se fait sur 18 heures.

IGEN : Il est difficile de mettre les jeux au centre de l’enseignement ; cela relève de la difficulté à préciser quelles compétences sont construites. Les enseignants du premier degré soumis à l’image qu’ils renvoient aux parents d’élèves, il faut accompagner auprès des parents l’introduction des jeux.

Salle : Nécessité de construire une culture positive du jeu avec un programme d’enseignement basé sur les jeux. La culture de la performance écarte les jeux. Le jeu est souvent vu comme une activité « en juxtaposition » au lieu d’être intégré dans un programme.

Quid de la circulaire de mars 2011 : pourquoi les IEN ne sont pas des relais ? (réf. http://www.education.gouv.fr/cid552... + http://www.education.gouv.fr/pid255... )

IEN : présentation du travail de l’Académie Aix-Marseille pour de l’enseignement des mathématiques Existence d’un groupe de pilotage mathématique départemental composé d’IEN, de CPC et deux professeurs de collège en mathématique ainsi qu’un membre d’une équipe de recherche en didactique de mathématiques pour animer des projets départementaux en mathématiques : semaine des maths, expérimentations ACE au CP et PACEM de la DEPP en grandeurs et mesure.

Actions existantes :
-  aménagement du parcours de l’élève PRPE passerelle construits ensemble par prof école et prof de collège (académie Aix-Marseille)
-  rallye math commun CM2-6ème

Salle : Les disparités sur le territoire montrent l’utilité d’un cadrage institutionnel pour orienter les attentes des conseils école-collège et le besoin d’accompagnement des équipes

Y a-t-il eu un bilan de la GS en C1 et C2 ?

IGEN : Par le passé, le risque était d’élémentariser la GS. Il convient de ne pas « collégiser » le CM2 mais d’ouvrir le collège à une meilleure connaissance de ce qui est enseigné en CM2. La rupture école-collège n’est pas entre les élèves mais entre les enseignants ! Les nouveaux programmes ont un rôle à jouer ;
-  anticiper la création de plages communes collège-écoles
-  organiser l’année n en année n-1

APMEP : Pour rappel, les Commissions Premier degré et Collège travaillent sur le thème de la proportionnalité, notion transversale de l’école au collège (et au-delà !). Il s’agit de créer un corpus des écrits APMEP existants pour proposer une ressource spécifique au cycle de consolidation. Les réunions de commissions sont ouvertes à tous les adhérents !

.

Agnès Gateau

 Accueil   Plan du site   Haut de la page   Page précédente