Accueil » Publications » Le Bulletin Vert » Matériaux pour une documentation » Suivi de formation à distance (...)
  APMEP   Suivi de formation à distance pour les enseignants de mathématiques

Article du bulletin 445

Adhérer ou faire un don

Gérard Kuntz

Un cédérom édité en 2003 par l’IREM, Université de Montpellier II, cc040, place Eugène Bataillon, 34095 Montpellier cedex 05.
mél : irem@math.univ-montp2.fr.

ISBN : 2-909916-48-0.

15 € .

L’IREM de Montpellier mène depuis plusieurs années des recherches sur l’intégration des TIC (Technologies de l’information et de la communication). Ces travaux mettent en évidence la réticence (résistance ?) des enseignants à intégrer les TIC dans leurs pratiques professionnelles, cette intégration demandant à la fois une maîtrise technique et un renouvellement des pratiques.

La formation continue des professeurs a dans ces domaines une importance décisive. Mais les dispositifs actuels de formation continue, le plus souvent réduits à des stages de trois jours, sont particulièrement inadaptés à une intégration réelle des TIC.

L’IREM de Montpellier a conçu un dispositif complexe de suivi de formation à distance, le SFODEM (Suivi de FOrmation à Distance des Enseignants de Mathématiques), pour accompagner les enseignants dans l’appropriation et dans l’expérimentation de nouvelles ressources pédagogiques.
L’objectif du SFODEM est de concevoir un accompagnement continu des enseignants dans leur effort pour intégrer les TIC au niveau de leurs pratiques quotidiennes, en instaurant un nouveau mode de travail collaboratif entre tous les membres impliqués (formateurs et stagiaires). Il exploite les moyens de communication à distance les plus récents, puisqu’il s’agit de la plate-forme Plei@d (version 4) développée par le CNAM (Conservatoire National des Arts et Métiers) des Pays de Loire.
La phase expérimentale du SFODEM s’est étendue de septembre 2000 à juin 2002. Son bilan est édité sous la forme d’un cédérom qui présente le dispositif et le processus de conception des ressources pédagogiques ; il offre de nombreux exemples de ressources issus de ce travail ; il propose un bilan contrasté de l’expérience (les formateurs et les stagiaires s’expriment sans fard) ; il annonce des extensions du travail en DEUG et propose une bibliographie considérable (documents papier et sites Internet).

L’utilisateur du cédérom prend conscience, au fil des documents, de l’extrême complexité de l’intégration des TIC dans la formation initiale. Il mesure l’effort des concepteurs de l’expérience pour élaborer un dispositif d’évaluation scientifique de l’ensemble des phases du travail (conception, élaboration, expérimentation et bilan). Une attention particulière est portée à la possibilité d’utilisation des activités par d’autres que les seuls concepteurs... Il faut pour cela des documents d’une forme et d’une rigueur rarement approchées sur les sites de mathématiques.

Le lecteur extérieur au dispositif peut faire l’expérience du caractère « transmissible » des activités du cédérom au travers de nombreux exemples. Cinq thèmes ont été retenus :
– Le numérique et l’algébrique.
– Calculatrices graphiques, géométriques et symboliques.
– Rétroprojection de figures animées et scé- narios d’utilisation.
– Simulation d’expériences aléatoires et trai- tement de données.
– Résolution coopérative de problèmes via Internet

Chaque activité est accompagnée de cinq fiches : fiche d’identification, fiche professeur, fiche élève, scénarios d’usage, comptes rendus d’expérimentation.
À titre d’exemple, on trouve dans le thème 3 les titres suivants, avec, pour chacun, les cinq fiches d’accompagnement : équations de droites, approcher la fonction exponentielle, convergence, introduction de la dérivation. Le thème 4 propose, quant à lui : ajustement affine, ruine d’un joueur, feux de forêt avec le même accompagnement.

Indépendamment du contexte expérimental du SFODEM, chaque enseignant trouve dans ces exemples une foule d’idées pour ses classes, présentées, mises en forme et expérimentées avec rigueur.

De courtes animations multimédias égaient un ensemble nécessairement austère. Enfin, tous les outils techniques indispensables à une bonne visualisation des documents se trouvent sur le cédérom même : c’est suffisamment rare pour être souligné.

Ce cédérom est un document d’une qualité exceptionnelle qui souligne (sans démagogie aucune) les promesses des TIC, pourvu qu’on travaille de manière collaborative, avec rigueur et dans la (longue) durée.

(Article mis en ligne par Armelle BOURGAIN)
 Accueil   Plan du site   Haut de la page   Page précédente