accueil
Rechercher sur le site : [Aide]
Calculatrices et clignotants (du 4 février 2015 par PG)

Bonjour à tous,

Affirmé hier (03/02/2015) par notre chef d’établissement adjoint :

" A la rentrée 2015, les élèves vont devoir s’équiper en calculatrices comportant un mode "examen" (modules bridés, je suppose), affichable par diode".

Quelqu’un en sait-il plus ?
Si c’était vrai, voilà qui ne manquerait pas de rajouter une couche de problèmes, à celle, déjà très épaisse, engendrée par ces merveilleuses bécanes.

PG

Calculatrices et clignotants (du 4 février 2015 par stella83)

La TI-82 Advanced aura la technologie 84+ et un mode examen Messagede critor » 02 Fév 2015, 13:10 Français - English Après nous avoir fait découvrir la nouvelle calculatrice TI-82 Advanced pour la rentrée 2015 dans un article précédent, la boutique TS-Promotion montre une première image lisible de ce nouveau modèle. Nous remarquons déjà un clavier en français, et donc un modèle conçu une fois de plus spécifiquement pour la France. Nos hypothèses penchaient pour un modèle qui devrait remplacer la TI-82 Plus à compter de la rentrée 2015. La TI-82 Plus malgré son nom est une calculatrice utilisant la technologie TI-83 Plus : 32Ko de RAM 512Ko de mémoire Flash dont 160Ko de mémore d’archive processeur z80 à 6MHz Pour la TI-82 Advanced, nous pensions à la différence à la technologie TI-84 Plus ou TI-84 Plus SE, c’est-à-dire : 48Ko de RAM 1Mo ou 2Mo de mémoire Flash dont 480Ko ou 1,5Mo de mémoire d’archive processeur z80 à 15MHz connectivité USB intégrée Notre préférence était justifiée : par la forme du nouveau boîtier (type TI-84+) imposant notamment que les connecteurs soient sur le dessus (la calculatrice ne peut donc de toutes façons pas utiliser une carte mère TI-83+ normale) par l’existence d’un mode examen dans l’OS TI-84+ (absent des OS TI-83+) L’image fournie par TS-Promotion termine de valider notre hypothèse d’une technologie TI-84+, avec la saisie des calculs en écriture naturelle, fonctionnalité intégrée aux derniers OS TI-84+ et absente des OS TI-83+ ! ;)

Plus sur : http://tiplanet.org/forum/viewtopic...

Calculatrices et clignotants (du 25 novembre 2015 par artisan)

Le professionnel en serrurerie de notre entreprise vous assure un service de dépannage serrurerie rapide et efficace avec des tarifs pas chers et raisonnables.

serurier paris 6

Calculatrices et clignotants (du 25 novembre 2015 par artisan)

Pour tous soucis de serrurerie, notre serrurier de confiance à Paris 1 est toujours disponible même les weekends et les jours fériés.

serrurier de paris 19

Calculatrices et clignotants (du 4 février 2015 par stella83)

Un mode examen inégalitaire au BAC 2018 ? Messagede Admin » 28 Jan 2015, 15:33 Ce n’est désormais plus un secret dans le milieu puisqu’il en est question dans nombres de salles des profs et même en dehors sur nombre de salons. La circulaire réglementant l’utilisation des calculatrices aux examens et concours est sur le point d’évoluer et une annonce serait imminente, un de ces quatre jeudis au Bulletin Officiel. Nous n’avons pas le détail du texte, mais les candidats devraient obligatoirement disposer d’un modèle muni d’un mode examen et d’une diode permettant d’en vérifier le bon fonctionnement, fonctionnalités déjà introduites sur la toute dernière TI-83 Premium CE qui vient d’être annoncée pour la rentrée 2015, ainsi que possiblement sur les TI-84 Plus CE-T prévues pour les autres pays européens. Ce serait l’aboutissement des trois pistes de recherche qui avaient été présentées aux syndicats enseignants en mai 2012 : Interdiction totale de la calculatrice pour toute épreuve et tout examen et concours Limitation des machines en publiant une liste de calculatrices autorisées. N’autoriser qu’un type de calculatrice dont on pourrait neutraliser tout ou partie des fonctions et ainsi en limiter la mémoire. L’examinateur pourrait contrôler facilement la neutralisation (une diode lumineuse clignotante, dite « fonction examen » lorsque le matériel est neutralisé ; obligation de passer par un ordinateur pour débloquer le matériel après les épreuves d’examen). Ce serait donc la piste n°3 qui aurait été retenue au final par l’Institution. Le mode examen tel que mis en œuvre sur la TI-83 Premium CE consiste en un effacement total de la mémoire. A l’exception des applications développées et intégrées ou préchargées par le constructeur, toute donnée que le candidat aurait pu injecter avant son épreuve est donc irrémédiablement détruite. Le texte ne serait applicable qu’à compter de la session 2018, ce qui éviterait aux lycéens ayant déjà acheté une calculatrice graphique cette année en Seconde, d’avoir à changer de modèle d’ici leur BAC en 2017. Par contre, nous leur conseillons fortement de ne pas redoubler et de le réussir du premier coup... Bref, une nouvelle règlementation destinée à combattre l’utilisation d’anti-sèches électroniques dans les calculatrices autorisées, et à remettre tous les candidats à égalité. :)

Plus sur : http://tiplanet.org/forum/viewtopic...

Calculatrices et clignotants (du 4 février 2015 par svain)

L’égalité serait d’apprendre à calculer : point.
J’ai lu les commentaires de certains internautes : c’est désespérant de bêtise ("pas besoin d’apprendre les dérivées et les primitives" entre autre : je lui souhaite bon courage quand son logiciel de calcul formel écrira une ânerie). J’espère que ce sujet est un "fake" sinon, c’est ne pas comprendre les mathématiques. S’extasier sur les capacité d’une calculatrice à faire telles ou telle chose me semble complètement à côté du problème.
Les calculatrices sont interdites dans le supérieur, je ne vois pas pourquoi on devrait les autoriser dans le secondaire. Je n’en vois surtout pas leur utilité à ce niveau.
C’est navrant.
Svain.

Calculatrices et clignotants (du 4 février 2015 par svain)

« L’égalité serait d’apprendre à calculer : point.
J’ai lu les commentaires de certains internautes : c’est désespérant de bêtise ("pas besoin d’apprendre les dérivées et les primitives" entre autre : je lui souhaite bon courage quand son logiciel de calcul formel écrira une ânerie). J’espère que ce sujet est un "fake" sinon, c’est ne pas comprendre les mathématiques. S’extasier sur les capacités d’une calculatrice à faire telles ou telles choses me semble complètement à côté du problème.
Les calculatrices sont interdites dans le supérieur, je ne vois pas pourquoi on devrait les autoriser dans le secondaire. Je n’en vois surtout pas leur utilité à ce niveau.
C’est navrant.
Svain. »

Calculatrices et clignotants (du 29 juillet 2015 par Mic_Dec)

Non les calculatrices ne sont pas interdites dans le supérieur (seulement dans certaines filières). J’ai encore des règles à calcul de Math’Elem à votre disposition !

Calculatrices et clignotants (du 5 février 2015 par chm)

C’est la course folle vers le délire, alors que les calculatrices graphiques sont de plus en plus souvent interdites (puisque inutiles) dans le supérieur. On fournit des tables de la loi normale, et basta. Ou on fait sans la loi normale.
Il est très facile de concevoir des sujets où la calculatrice est totalement inutile.

Calculatrices et clignotants (du 5 février 2015 )

Bonjour,

Tout à fait d’accord avec le message précédent. C’est une course effrénée au matos. Une calculatrice collège devrait suffire. Pourquoi obliger nos élèves à acheter une calculatrice ?

Calculatrices et clignotants (du 5 février 2015 par hubert)

pour que casio et ti se remplissent les poches, quelle question.

Calculatrices et clignotants (du 5 février 2015 par PG)

Bonjour,

La boucle est bouclée : au prétexte d’améliorer l’efficacité de la pédagogie, on procède à marche forcée à la marchandisation de l’école (préparation à sa privatisation ?).
Les élèves et les professeurs sont bardés de prothèses technologiques (TBI,vidéo projecteurs,ordinateurs,calculatrices changeant tous les 6 mois...) dont l’utilité demanderait, pour le moins, à être débattue, puis évaluée.

L’économie de moyens (craie et tableau) ne coûte pas cher et a fait ses preuves.
Pourquoi l’abandonner au profit de médias coûteux et fragiles, qui, dans la plupart des cas, prennent le pas sur le message dont ils prétendent renforcer la compréhension ?

Dans le meilleur des cas, tout ceci amuse les élèves, mais ne les fait pas progresser.

On peut faire bien plus, avec bien moins, mais il faut changer de politique:beau programme !

PG

Calculatrices et clignotants (du 5 février 2015 par louisgulli)

Bonjour,

On ne s’en sort pas de ces problèmes de calculatrices !

Je viens de relire quelques posts, sur ce même forum, qui datent des années 2006 à 2008, où les profs se plaignent de l’abus de calculatrices et logiciels destinés à épanouir, ouvrir, attirer, amuser, familiariser, rendre ludique etc,etc,...les mathématiques.

Je pense qu’aujourd’hui on a suffisemment de recul pour faire une analyse objective de tout ce matériel, qui n’est plus nouveau !

Les élèves d’aujourd’hui sont-ils plus épanouis ouverts, attirés,familiarisés, amusés, par les mathématiques que ceux d’hier ?

Réponse, pas sûr !

Une chose est sûre, comme le dit Hubert, TI et casio s’en mettent plein les poches, les parents sont persuadés que sans machine pas de salut !

A la retraite depuis quelques années, il m’arrive d’aider quelques élèves de TS et de classes prépas en difficultés.

Quelles sont leurs réelles difficultés, factoriser, développer, résoudre une inéquation du premier ou du second degré, réduire au même dénominateur (très important pour les complexes, les fonctions , les dérivées) , calculer une dérivée, utiliser la composition pour les limites car pour les dérivées c’est plus au programme, un peu de trigo, bref des trucs de base utilisés à tour de bras dès la première année de supérieur, où là "niet calculatrice".

Bon courage, amicalement, Louis Gulli

Calculatrices et clignotants (du 5 février 2015 par svain)

« Je viens de relire quelques posts, sur ce même forum, qui datent des années 2006 à 2008, où les profs se plaignent de l’abus de calculatrices et logiciels destinés à épanouir, ouvrir, attirer, amuser, familiariser, rendre ludique etc,etc,...les mathématiques.

 »
Le pédaludisme en somme cher Louis !

Calculatrices et clignotants (du 23 novembre 2015 par artisan)

Fortement orienté satisfaction client. Rencontrez l’entreprise dans ce service est notre priorité, fournir notre qualité et la sécurité des clients.

serrurier pas cher paris 5 eme

Calculatrices et clignotants (du 5 février 2015 par svain)

L’école n’a jamais été aussi élitiste qu’à l’heure actuelle : comme elle ne transmet plus rien (ou peu) seuls ceux qui ont un minimum de bagage s’en sorte, les autres sont laissés à l’abandon au nom d’une forme d’aplanissement (pardon, d’égalitarisme :-) ) ambiant.
Je caractérise cela comme une forme d’eugénisme pratiquée à outrance (je pèse mes mots). Quand allons-nous faire autrement ?
Je suis très triste de ce que l’école nous demande d’apporter aux élèves : je trouve cela pauvre intellectuellement !
Autant que cette fumeuse calculatrice, qui les rend dépendant. Nous avons pour obligation de développer l’autonomie (et l’émancipation intellectuelle) , force est de constater qu’on nous donne tous les outils pour faire exactement l’inverse.
Pour finir avec une note d’actualité, notre président a clairement dit que le numérique allait se développer du primaire à la terminale, cela promet...

Calculatrices et clignotants (du 6 février 2015 par RE)

Tous mes collègues sont bien naïfs, cette histoire de calculatrice "bridable" est un sûrement un troll de belle taille, une rumeur à la gomme !
Il serait trop facile truquer une telle calculatrice soi-disant "bridée".
Moi, je propose ceci :
1) On interdit les calculatrices, du moins les calculatrices apportées par le candidats.
2) Le centre d’examen prépare des paniers de calculatrices, sur réservation expresse des candidats, avec trois choix possibles, Tasio, CI ou Hewcard Pallet.
Par exemple, le candidat Xantippe Duschmoll coche lors de son inscription le modèle Tasio .
Le centre peut donc préparer un bac de 12 Tasios, 8 CI et 5 Hewcard Pallet pour la salle D25 du centre, ou bien 25 émulateurs sur ordi.
3) On minimise l’emploi des calculatrices dans les problèmes, mais on crée une épreuve spécifique de 2h TP d’algorithmique, géométrie & calcul sur ordi.

Calculatrices et clignotants (du 6 février 2015 par louisgulli)

Bonjour,

Quand on voit les capacités de nos productions universitaires gratuites, XCAS, SCILAB SINEQUANON etc...même les américains n’ont pas l’équivalent gratuit !

Dire qu’on n’est pas foutu de fabriquer une calculatrice de marque "educnat" à 5 euros suffisante pour les besoins d’un élève de TS, c’est vraiment prendre les gens pour des imbéciles, ce dont nos élites ne se privent pas, c’est dans leurs gènes.

Cordialement, louis gulli

Calculatrices et clignotants (du 24 février 2015 par JLS)

Il semble que ce soit sérieux.
On supprime les calculatrices et on fait des maths !
Le vieux que je suis n’a jamais eu de calculatrice (même maintenant, je n’ai qu’un émulateur) et j’ai fait des maths (un peu)

Calculatrices et clignotants (du 2 mars 2015 )

Et les algorithmes qu’on aurait programmés sur calculatrice, plus possible de les utiliser lorsque la diode estallumée ? Bien pour en motiver l’intérêt !

Calculatrices et clignotants (du 21 mars 2015 par Magali)

Bonjour

Je reviens du forum des Mathématiques Vivantes où Casio avait un stand et les animatrices étaient en effet très fières de présenter les nouveaux modèles avec le "mode examen".
Elles disaient qu’en effet une nouvelle réglementation est dans les tuyaux et devrait bientôt être officielle... Un collègue qui passait par là confirmait l’info, c’est son inspecteur qui lui en avait parlé...

Alors bientôt le retour du formulaire ??? (Quand on enseigne en BTS avec des étudiants issus de Bac pro, cela semble indispensable...)

Calculatrices et clignotants (du 22 mars 2015 par Xavier)

Merci pour la confirmation.

Plus d’infos sur ces nouveaux modèles ?
Nombre ? Noms ?

Calculatrices et clignotants (du 22 mars 2015 par Magali)

Chez Casio, les modèles classiques (graph 25, 35 etc...) auront tous cette fonctionnalité. Les noms restent les mêmes.

Côté TI j’attends la nouvelle TI83 Prémium (j’ai profité de l’offre de lancement gratuite) et elle devrait elle aussi être équipée de ce "mode examen".

J’en ai profité pour déplorer le fait que la graph 25 ne fasse pas la loi binomiale et la loi normale, que l’on ne peut plus faire sans calculatrice en BTS et malheureusement plusieurs étudiants issus de bac pro arrivent avec la graph 25 et ils rechignent à investir dans un nouveau modèle...

Calculatrices et clignotants (du 6 mai 2015 par David)

Pas d’application de la nouvelle circulaire pour les BTS si on en croit la note suivante :

http://www.ac-paris.fr/portail/uplo...

Note du 14 avril 2015

Calculatrices et clignotants (du 22 mars 2015 par chm)

Je dis à nouveau qu’on frôle le délire... Et personne ne réagit !
Une fois pour toutes, les calculatrices sont INUTILES en mathématiques.
Je les interdis totalement en 2de (sauf cas particulier des statistiques, et de la programmation des algorithmes), et ils font de réels progrès en raisonnement et calcul.
En 1e S et Tale S, je fais de gros efforts pour concevoir des devoirs où elle est inutile, voire nuisible, mais je l’autorise en devoir. Ma satisfaction est de voir les meilleurs ne pas sortir leur calculatrice, ou ponctuellement. Soit dit en passant, les meilleurs ont souvent un vieux modèle, hérité du grand frère, alors que les plus faibles ont parfois le dernier cri, formel etc. mais sont incapables de l’exploiter correctement...
En 1eES et TaleES, et classes techno, je reconnais qu’elle peut être une aide à la compréhension, à condition de ne pas la présenter comme une panacée, mais comme un outil parmi d’autres.

Calculatrices et clignotants (du 22 mars 2015 par RE)

Bon, mais le problème est qu’il y a un manque de cohérence entre nous tous.
1) Ou bien nous faisons tous comme vous, et les programmes inscrivent dans leur marbre l’interdiction des calculatrices "type lycée" ; je serais assez d’accord, mais cette situation n’existe plus depuis des décennies.
2) Ou bien l’on se conforme aux actuelles prescriptions. Je crois pouvoir affirmer que, comme fonctionnaires soumis aux programmes et à l’Inspection, nous ne pouvons faire autrement ; et croyez-moi, je le regrette un peu.

Il est impossible de laisser trop libre cours à des initiatives locales, sinon on arriverait à un capharnaüm total.
Par exemple, comment faire en TS quand on récupère les élèves d’un collègue "cool" qui évite de trop solliciter la matière cervicale de nos potaches en 1ère S ?
Hélas, ça existe : avec certains collègues, presque pas de calcul algébrique en 1ère S, presque pas de trigo, presque pas de géométrie, produit scalaire bâclé sans aucun exo, etc.

Bon, évidemment, si j’étais prof dans un lycée très sélect du 5ème arrondissement de Paris...

Calculatrices et clignotants (du 22 mars 2015 par chm)

Je crois pouvoir affirmer que, comme fonctionnaires soumis aux programmes et à l’Inspection, nous ne pouvons faire autrement ; et croyez-moi, je le regrette un peu.

Dans ma salle, le vidéo-projecteur avec émulateur de calculatrice est très souvent allumé, rassurez-vous.
Il faut bien connaître son ennemi pour mieux le combattre...

Alleluia ! (du 1er septembre 2015 par L’amer Michel (qui a perdu son tchat))

Je sais que mon "intervention" est tardive mais qu’est-ce que ça me fait plaisir de voir quelqu’un dire ça !
Je ne suis QUE en primaire et les calculatrices qu’on utilise n’ont que peu à voir avec les "merveilles" en usage au lycée, mais bon....
Mon fils, qui entre en 2nde aujourd’hui revient en me disant : "Papa, il faut absolument qu’on achète la TI83 E... E pour examen (précise-t-il)". J’argumente un peu sur la nécessité de racheter une nouvelle calculatrice alors qu’on vient de lui payer celle "collège" l’an dernier. Réponse catégorique : "Non, il faut celle-là, elle est IN-DIS-PEN-SABLE ! On s’en servira jusqu’au bac. La prof nous a dit qu’il nous la fallait absolument. On va l’utiliser tous les jours."". Et il ajoute : "Si je ne l’ai pas, j’aurai pas le bac !".
Nom d’gu d’nom d’gu !
Je suis consterné..... Avec de tels raccourcis, pas étonnant que le marché prospère....
Voyons, voyons, à quel cours sont les actions TI ? Je crois que je vais en prendre un peu.... pour ma retraite...

Bonjour chez vous.

Alleluia ! (du 1er septembre 2015 par chm)

@L’amer Michel
Je compatis... Dans notre lycée, point d’achat de calculatrice graphique en 2de, ne serait-ce que pour éviter un achat inutile à ceux qui passent 1°L sans option maths.
Seulement un pool de 35 calculatrices, sans mode examen, acheté avec nos crédits, pour usage ponctuel, si nécessaire, ou bien un émulateur projeté au tableau comme je l’écrivais ci-dessus.
On est en plein délire collectif, typiquement français, mais il semble difficile d’aller à l’encontre d’une consigne ubuesque, décidée en haut lieu, sans aucune concertation.

Alleluia ! (du 9 septembre 2015 par RE)

Votre fils a partiellement raison. Mais la TI82ADVANCED, moins chère, est suffisante, bien que moins classieuse.

Calculatrices et clignotants (du 2 avril 2015 )

Information officielle au BO :
http://www.education.gouv.fr/pid255...

Calculatrices et clignotants (du 3 avril 2015 )

Merci pour le lien : curieux que rien ne soit arrivé dans nos mails académiques avant qu’une personne dévouée du forum ne nous informe.
J’imagine qu’en mode examen, il ne sera donc plus possible de faire fonctionner les programmes créés au cours des années de lycée.
Quelqu’un qui aurait eu les bestioles en main pourrait-il confirmer ?
Si tel est le cas, c’est vraiment intéressant de nous demander de donner du sens aux apprentissages.
Pour l’algorithmique, ça va être de la haute voltige : tu vois ce qu’on peut faire, tu peux le faire, mais pas touche, tu ne peux pas t’en servir quand tu en aurais l’utilité.
Autant supprimer les références aux algorithmes : ça fera de l’air pour résoudre des problèmes intéressants ou faire des gammes plutôt que de tomber dans les exercices stéréotypés du type de ceux qu’on trouve au bac et dont on se demande même parfois la valeur "efficacité algorithmique".

Calculatrices et clignotants (du 11 avril 2015 par pkmu)

Bonjour,
j’ai en main la TI83 "premium CE" (proposée gratuitement par TI mais ils ne la donnent pas : ils la prêtent).
J’ai essayé le mode examen :
# la diode clignotante est plutôt discrète. Faudra voir à l’usage si en passant simplement entre les tables on peut vérifier qu’elle est allumée.
# les surveillants auront-ils des consignes leur permettant de mettre en mode examen les machines des élèves qui ne l’auraient pas fait ? La procédure sera-t-elle standardisée ? (Sur la TI, c’est annul+entrer+on simultanément)
# le mode examen rend inaccessibles les données stockées auparavant (programmes, listes...) mais tout ce qui est saisi après la "mise en examen" reste accessible : concrètement, j’ai mis la calculatrice en mode examen, rentré un programme, éteint la machine (qui reste en mode examen avec la diode qui clignote), rallumé la machine et mon programme était accessible.
# par conséquent, la grosse différence c’est que le mode examen empêche de télécharger des fichiers mais pas de les rentrer à la main.
# n’étant pas hacker, je ne peux rien dire de la solidité de cette sécurité. Mais comme tout verrou, ce n’est qu’une question de temps avant qu’internet ne propose des solutions. Il faudra alors racheter des nouvelles calculatrices ?
# enfin, concernant les autres fonctionnalités de cette calculatrice, on y trouve les simplification de racines, l’affichage des fractions... qui étaient sur les calculatrices collèges et pas si les calculatrices lycée. Par exemple, plus besoin de retenir les angles remarquables en 1ere S : la calculatrice donne la valeur exacte de $\sin(\frac\pi3$ ou de $\cos^-1(0.5)$ : un argument de plus pour interdire les calculatrices en évaluation ?

Philippe

Calculatrices et clignotants (du 11 avril 2015 par chm)

Alors,si j’ai bien compris, 1er contournement possible : je laisse ma machine en mode examen pendant mes trois années de lycée, je rentre "à la main" tout ce que je veux, et c’est donc accessible pendant l’examen ?

Calculatrices et clignotants (du 9 septembre 2015 par RE)

Bonne idée, je vais essayer. Je crains que les programmes ne disparaissent à l’extinction.

Calculatrices et clignotants (du 2 avril 2015 par TP)

Les calculatrices en mode "examen" pour 2018...
Quel est le bureaucrate qui a encore pondu ça ?
Les élèves n’ont-ils déjà pas assez de problèmes de mémorisation ?
Les fabricants de calculatrices ne gagnent-t-ils pas assez d’argent ?
Va-t-on devoir rétablir les formulaires ?
La catastrophe aux examens est programmée pour la session de 2018...
TP

Calculatrices et clignotants (du 2 avril 2015 par hubert)

c est un vrai problème. La plupart des élèves n’apprennent plus leur cours (et le rentrent dans la calculatrice). comme cela ils vont devoir l’apprendre. Comme ils n’y arriveront pas, les notes seront impitoyables et il y aura 20 à 30% de doublants. Je crois déjà y être.

Calculatrices et clignotants (du 2 avril 2015 par jnico)

Mais enfin Hubert, c’est oublier que l’éducation nationale est la plus grande entreprise de mystification. Ne vous en faites pas on atteindra sans souci le taux de réussite voulu ...
Vivement que les ia-ipr débarquent en véritable vrp pour casio, TI etc.
L’éducation nationale est décidément l’endroit où le syndrome de Peter est à son effet maximum.

Déjà on rit bien avec le projet de réforme du collège rêvé par les pedagos-comiques. Vivement la publication des nouveaux programmes du collège en avril.... on va encore être mort de rire devant la débilité de ces programmes rédigés par des gens qui le cul dans un siège en cuir et n’ont jamais mis les pieds pendant une journée entière dans une salle de classe dans les dix dernières années.

Enfin, le brillant fonctionnaire qui a pondu le texte sur la calculatrice en mode examen (fallait y penser !) Aura sans nul doute la légion d’honneur pour services rendus à la nation.

Quand cela va-t-il s’arrêter ?

Calculatrices et clignotants (du 3 avril 2015 par David)

On veut faire entrer le numérique dans nos écoles, c’est une bonne chose... Par contre je doute qu’un étudiant qui ne peut pas utiliser ses programmes créés en cours lors des examens va s’acharner à en créer...

Vive la FrenchTech et Bravo pour ce message d’encouragement envers les futurs créateurs de programmes !

Calculatrices et clignotants (du 3 avril 2015 )

Il est dit dans le BO :
"Le « mode examen » ne doit être activé par le candidat, pour toute la durée de l’épreuve, que sur instruction du surveillant de salle lorsque le sujet de l’épreuve autorise l’usage de la calculatrice."
Je crois que rien ne changera donc en réalité ....

Calculatrices et clignotants (du 3 avril 2015 par beb)

Le BO est clair, une calculatrice qui n’a pas le mode examen est interdite, même si le surveillant ne demande pas le mode examen.
Rien que dans mon lycée ça va faire 1500 calculatrices à balancer dans 2 ans après le bac 2017. Qui plus est, puisque les élèves ne pourront pas utiliser leurs propres programmes, ils sont incités à acheter de plus gros modèles où tout est déjà préprogrammé.
TI et CASIO vont gagner des millions ! Ils peuvent sortir le champagne et en offrir à ceux qui ont pondu cette directive, ils peuvent même leur offrir une propriété dans le champagne...
Si vraiment la calculatrice fausse les examens, ce dont je doute fortement, il suffit de faire des sujets sans calculatrice.
Quelle est la position de l’APMEP là-dessus ?
Si l’APMEP lance une pétition contre cette directive "TI-CASIO" je signe !
Mais je crains fort qu’elle ne soit infiltrée par TI puisqu’elle organise des formations TI...

Calculatrices et clignotants (du 3 avril 2015 )

"une calculatrice qui n’a pas le mode examen est interdite, même si le surveillant ne demande pas le mode examen". En théorie ... mais dans les faits, quels surveillants (à part les profs de maths/physique) sauront reconnaître une calculatrice autorisée d’une autre ? La diode ?...mais si le sujet ne demande pas d’activer le mode examen ...

Calculatrices et clignotants (du 4 avril 2015 par pb72)

Il semble en effet évident que les fabricants vont proposer des modèles plus chers dans lesquels la plus grande partie des programmes sera programmée. Donc cette circulaire va pénaliser les élèves qui n’auront pas les moyens de les acheter.

Calculatrices et clignotants (du 4 avril 2015 par RE)

Il y aura des calculatrices à 90 € pour les prolos, et à 2800€ pour les grossiums.
Enfin les enfants de notaires pourront prouver qu’ils sont plus forts en maths que les enfants d’huissiers de justice.
Vive le rétablissement d’une saine inégalité sociale, halte à la grisaille de l’égalité, nous ne sommes pas en RDA, que diantre !

Calculatrices et clignotants (du 6 avril 2015 par Dark Storm)

C’est exactement un des points que j’ai soulevé dans cet article, posté bien avant la publication au BO.
http://www.planet-casio.com/Fr/foru...

Calculatrices et clignotants (du 6 avril 2015 par RE)

Intéressante argumentation dans cet article de "sombre tempête".

Dommage que je parte en retraite, je sens que le petit monde de matheux que je vais quitter va s’étriper pendant un moment sur le sujet.

Aaah la bonne odeur du sang, les bras et les têtes qui volent, les tripes dans les branches d’arbres, "the smell of napalm in the morning", quelle tristesse de ne plus participer à ces combats titanesques...

De profundis mathionibus !

Pardonnez, chers collègues, mes poussées d’ironie féroce, mais un peu d’humour et de recul n’a jamais gêné la bonne pédagogie.

Calculatrices et clignotants (du 8 avril 2015 par louss)

le texte est sorti au B.O., 2018 c’est dans 3 ans, doit-on y croire ou y aura-t-il un contre ordre avant l’application de l’ordre ?
Ne va-t-on pas jeter le bébé avec l’eau du bain comme pour les (fameux) TP, un IPR nous incitait à entrer dans l’expérimentation, et la semaine suivante, l’idée était abandonnée.

Si ça se met en place, nous risquons une pagaille monstre au début des épreuves de math en 2018, les collègues d’anglais, français, HG et autres, de surveillance, seront certainement au point pour valider les calculatrices et leur mode examen

Vive le progrès !
Des calculatrices fournies par le centre d’examen n’est pas une mauvaise idée, mais quelle instance sera prête à assumer la facture ?

la solution économique ( et qui ferait peut être consensus) est l’interdiction. Et adieu loi normale et autre amusement presse-bouton.

Nous vivons une époque moderne !!!!!!!!!!!!!!!!!!!
OL

Calculatrices et clignotants (du 9 avril 2015 )

la solution économique ( et qui ferait peut être consensus) est l’interdiction. Et adieu loi normale et autre amusement presse-bouton.

100% d’accord ! On est face à un délire bien français, digne des TO7 ou des droites affines au collège, et on ne réagit pas...

Calculatrices et clignotants (du 9 avril 2015 par LAMARTINIERE Gérard)

Le problème majeur n’est-il pas ailleurs ?
Dès la rentrée 2015 tout le parc des calculatrices de lycée sera obsolète, bradé par des vendeurs peu scrupuleux avant que les familles ne soient réellement informées. Tout cela pourquoi ? pour en revenir au bon vieux "reset" à l’époque autorisé et devenu actuellement interdit.
Une grosse opération commerciale pour nos fournisseurs de prédilection ! A prévoir une stratégie numérique qui fera clignoter la calculatrice sans effacement des mémoires et le tour (commercial) sera joué !
Ma question est de savoir si une résistance est possible. L’APMEP prendra-t-elle une positions ?

Calculatrices et clignotants (du 6 mai 2015 par PierreLB)

Beaucoup de bruit pour pas grand-chose...

Vous craignez que nos collègues non-matheux ne soient pas capables de suivre une procédure ? C’est insultant pour eux ! Tout le monde sort sa calculatrice, on vérifie qu’aucune diode ne clignote, on dit "passez en mode examen" et on vérifie que toutes les diodes clignotent. C’est pas sorcier ! Un bémol : il faudra peut-être vérifier tous les écrans pour s’assurer que le mode est activé (la diode doit être facile à contrôler pour un féru d’électronique). De toute façon, les bidouilleurs vont trouver des contournements...

Je ne comprends pas les enseignants qui affirment fièrement "pas de calculatrice dans ma classe ! Ils progressent mieux en maths !". Ceux-là n’ont sans doute pas compris l’usage de la calculatrice qui n’est pas là pour remplacer certaines capacités mais pour les étendre. Quel intérêt de concevoir des algorithmes si on ne peut pas les mettre en oeuvre ? La calculatrice est plus accessible qu’un ordinateur pour cela. Traiter des listes statistiques, des lois de probabilités, des produits de matrices de rang 6 ou plus, obtenir une valeur approchée d’une valeur intermédiaire dont on a prouvé l’existence, etc. etc. etc. La calculatrice est un outil pratique dont la maîtrise est une compétence supplémentaire non concurrentielle des compétences mathématiques. Les interdire... mort de rire ! Il faut entrer dans le 21ème siècle : c’est à l’enseignement des mathématiques de s’adapter au monde qui l’entoure. Je suis consterné de voir des élèves arriver au bac sans avoir véritablement manipulé cet outil qui est couramment utilisé dans les professions scientifiques.

Calculatrices et clignotants (du 6 mai 2015 par X)

Tout d’abord, je ne suis pas partisan de l’interdiction totale des calculatrices au lycée : à mon avis, cela n’a pas énormément de sens puisque c’est avant le lycée que tout se joue ; à la rigueur, on peut encore tenter sans grand espoir de corriger le tir en seconde, mais en première et en terminale c’est souvent trop tard.

L’utilisation de la calculatrice au collège et même au primaire a contribué à ce que les élèves ne sachent aujourd’hui plus du tout effectuer des calculs simples et, faute d’acquérir une indispensable "intelligence de calcul", ils se retrouvent incapables d’arriver à une bonne compréhension des notions algébriques et ne peuvent par conséquent construire aucun raisonnement qui y fait appel.

La calculatrice ne permet d’étendre aucune capacité mathématique lorsque, dans la pratique, son usage rend inutile l’acquisition des capacités élémentaires qui sont à la base de toutes les autres ; et le problème c’est que, justement, les évolutions des programmes induisent un usage de la calculatrice se substituant à des capacités élémentaires.

La calculatrice est un outil très utile pour gagner du temps lorsqu’on travaille dans des domaines que l’on maîtrise mais il est généralement néfaste d’y avoir recours dans la phase de découverte et d’assimilation d’une nouvelle notion et qu’elle en masque les mécanismes élémentaires. Par exemple, il me semblerait néfaste de l’utiliser dès le début pour calculer des produits de matrices : si on utilise l’outil avant que la technique calculatoire ne soit bien assimilée, l’édifice ainsi construit sera très fragile. Quant à l’utilisation de la calculatrice pour les probabilités, cela contribue aussi à donner aux élèves une perception confuse de ce domaine : si on prend en particulier le cas de la loi binomiale, les coefficients binomiaux passent beaucoup moins bien auprès des élèves depuis les nouveaux programmes dans lesquels on ne donne plus leur formule explicite, ils deviennent beaucoup plus mystérieux qu’auparavant puisqu’ils ne peuvent dans le cas général être obtenus qu’en les sortant du chapeau magique TI ou Casio.

Calculatrices et clignotants (du 7 mai 2015 par Emmanuel B)

Ben je suis prof de math, mais je ne vois pas bien comment mettre en place cette procédure déjà dans une classe de 37 élèves, en début de contrôle en condition examen, il faudrait que je contrôle visuellement toutes les calculatrices pour vérifier qu’elles ne sont pas déjà en mode examen, ensuite il faut demander à tout le monde de se mettre en mode examen et revérifier à nouveau... Bon ok, cela fera un peu d’exercice car le danger en surveillance c’est le sommeil... Mais je me demande si le fait de regarder 37 led qui clignotent ne risque pas d’endormir aussi...

Et au final, on sera certain que ceux qui ont les modèles moins chers auront moins de capacités que ceux qui ont les modèles chers. C’est certain que cela ne va pas encourager à découvrir les algorithmes...
Heureusement comme le disait un intervenant en général cela ne change rien pour améliorer son résultat... Sauf que le sentiment d’injustice est là et on sait bien qu’on veut toujours mettre les chances de son côté et surtout du côtés de ses enfants...

Calculatrices et clignotants (du 10 mai 2015 )

"Pas sorcier" ?
Le principe a l’air simple, dit comme ça, mais en pratique... Quand il s’agit de surveiller une salle d’examen de 70 élèves, même pour le prof de maths (que je suis) connaissant parfaitement le fonctionnement des différents modèles (ce qui n’est pas encore mon cas),... je ne suis personnellement pas sûr d’y arriver avec certitude... Et je ne me sens pas insulté pour autant.
J’ai exposé l’affaire à des profs de langue et de lettres de mon lycée : ils ne se sont pas sentis insultés en me disant que ça leur paraissait totalement infaisable !

Et tout ça principalement pour effacer une mémoire, ce qui n’a quasi aucun intérêt. Par contre la détermination des valeurs exactes des solutions des équations du 2d degré n’est pas bloquée, par exemple. Bon pourquoi pas, ok, mais que va-t-on évaluer ? Les compétences "presse-bouton" des élèves sur un outil qui n’est pas du tout utilisé par les professions scientifiques ? Celles-ci ont toutes des logiciels spécialisés adaptés.

Bien sûr, l’usage de la calculatrice et des logiciels est intéressant pour la formation pédagogique des élèves. Notamment pour les algorithmes. Mais ce serait plus intéressant de leur enseigner alors le C, javascript, Python, etc., plutôt que le langage abscons et inutile des TI et autres Casio...
Quant à l’évaluation terminale des connaissances/compétences mathématiques des élèves ? Je ne vois pas en quoi la calculatrice serait nécessaire à ce moment-là... On peut très bien évaluer sans calculatrice.

Xavier Provot

Calculatrices et clignotants (du 13 mai 2015 )

Et si la diode devient défaillante, le candidat sera-t-il considéré comme fraudeur ?

Calculatrices et clignotants (du 9 mai 2015 par Emmanuel B)

Quand on regarde le BO, il y a aussi cette possibilité :

- la neutralisation temporaire de l’accès à la mémoire de la calculatrice ou l’effacement définitif de cette mémoire

Donc les modèles équipés de la fonction RESET seraient aussi accepté si on suit le BO à la lettre.

Casio signale aussi qu’il va proposer une fonctionnalité sur ses anciens modèles pour pouvoir les utiliser en examen, à suivre...

Calculatrices et clignotants (du 9 mai 2015 par Xavier)

>Casio signale aussi qu’il va proposer une fonctionnalité sur ses anciens modèles pour pouvoir les utiliser en examen, à suivre...

Une source ?
Cette information me surprend, l’intégration des diodes clignotantes semblant être une obligation, et elles ne vont sûrement pas apparaître par enchantement.

Attention peut-être au verbe "mettre à jour" qui est ambigu.
En faisant afficher de nouveaux modèles en rayon, Casio a effectivement ’mis à jour’ sa gamme pour la nouvelle règlementation.

Mais l’utilisateur lui n’est pas prêt selon moi de ’mettre à jour’ son ancien modèle pour la nouvelle règlementation.

Calculatrices et clignotants (du 11 avril 2015 par Lariguet)

Et a-t-on pensé aux candidats handicapés comme mon petit voisin, actuellement en 2de, qui souffre de dyspraxie ?
Depuis la 6ème, il se sert d’un ordinateur en classe et il utilise maintenant couramment Geogebra, Sinequanon, Xcas ou même Algobox. De plus, il a installé l’émulateur gratuit de chez Casio.
Le jour du bac, la personne chargée de le surveiller va-t-elle devoir supprimer ces logiciels de l’ordinateur ?
A mon humble avis, ça serait un gros désavantage pour lui.

Calculatrices et clignotants (du 22 avril 2015 par Magali)

Les candidats handicapés disposent d’aménagements aux examens qui autorisent ou non l’usage de matériel qui peut être personnel ou prêté par le centre, avec ou sans logiciels selon les cas. Tout est possible selon ce qui a été demandé et accepté en amont. Il n’y a pas de raison que cela change.

Calculatrices et clignotants (du 7 mai 2015 par David)

Pas d’application de la nouvelle circulaire pour les BTS si on en croit la note suivante :

http://www.ac-paris.fr/portail/uplo...

Note du 14 avril 2015

Calculatrices et clignotants (du 7 mai 2015 par Emmanuel B)

Dans le passé, il y avait la célèbre fonction RESET, que je n’ai jamais vu utilisée, mais bon, si jamais on avait voulu l’imposer aux élèves, ceux qui avaient passé du temps à rentrer leurs cours avait neutralisé cette fonction...

Là, il sera sans doute très facile de craquer le mode, mais encore plus surprenant une fois en mode examen on peut rentrer ce que l’on veut à la main, (à l’ancienne) et cela reste.

Donc c’est uniquement commercial.

Les surveillants du Bac vont bien s’amuser... Je confirme que sur le modèle TI 83 la diode est vraiment petite, je ne l’avais pas vu...

Calculatrices et clignotants (du 11 mai 2015 )

Ce que j’aurais bien aimé, c’est un modèle unique EN ou pas de calculatrice du tout.
Parce qu’organiser une séance où la calculatrice est à utiliser avec parfois de 6 à 9 modèles différents dans la classe (casio usb, non usb, ti82, 83, 84, ti89, ti92, ti voyage, ti inspire), c’est à devenir fou (avant et pendant). Deux ou trois c’est déjà pénible, même avec un émulateur casio et un Ti en videoprojection, on ne peut pas avoir toutes les interfaces.

Calculatrices et clignotants (du 11 mai 2015 par Dédé)

Pour ma part cela fait longtemps que j’ai abandonné la calculatrice en classe, trop de modèles différents. Les élèves y ont le droit en devoir uniquement pour les probas puisque c’est dans les programmes mais à eux de se débrouiller avec le mode d’emploi, moi je n’y touche pas.
Certains de mes élèves de BTS ont des calculatrices faisant du calcul formel, ce qui leur permet de répondre aux questions stupides en QCM que l’on voit dans les nouveaux sujets du groupement B, par exemple parmi les trois propositions quelle est la bonne dérivée.

Calculatrices et clignotants (du 13 mai 2015 par Neo-fit)

Oui, oui mais les proba justement rien que ça c’est pénible.
Quant aux calculatrices formelles qui permettent de réussir un QCM, le problème ne sera pas réglé mais les inégalités augmentées par cette nouvelle circulaire qui encore une fois se trompe de cible.

L’école est une marchandise (du 27 mai 2015 par PG)

Bonjour,

Texas Instruments toujours seule en course au clignotement, pas de modèle avec sirène en plus chez la concurrence ? (casio, HP ou autre).

Ceci me rappelle furieusement la loi obligeant les automobilistes à avoir un "détecteur d’alcool" dans la voiture (2 fabricants, dont un pote à un ancien président de la république), vite tombée dans l’oubli, après prise de bénéfice, ou la loi récente sur les détecteurs de fumée...
Un simple marché très juteux.

On devrait reconvertir les anciennes usines ARCELOR, GOODYEAR ou le transporteur MORY-TNT en fabricants de calculatrices.

L’école est une marchandise (du 15 juin 2015 par PG)

Bonjour,

Compte-tenu des évolutions technologiques, des pressions incontrôlées exercées par les lobbies des fabricants, mais aussi des besoins internes de notre discipline, pour le bac (au moins), je préconiserais, pour toutes les sections,une épreuve de maths en deux parties :
* Partie 1 : sans calculatrice ni document sur 10 points
* Partie 2 : avec calculatrice et documents sur 10 points (brouilleur wi-fi)

Qu’en pensez-vous ?

PG

L’école est une marchandise (du 15 juin 2015 par Xavier)

Il ne me semble pas que Texas Instruments soit seule en course, vu que Casio et HP proposent aussi des modèles avec clignotant pour cette rentrée 2015.

Calculatrices et clignotants (du 20 juin 2015 par DAURIOS)

Bonjour,

Voici les quelques questions que je transmet à mon inspecteur.

J’ai envoyé ce courrier à tous les collègues de mon académie et j’ai déjà de bonnes réactions ...
Voici le texte, faites-en bon usage

Madame, monsieur, Avranches le 20/06/2015

Les nouvelles calculatrices "Mode Examen"
La publication de la note de service n° 2015-056 du 17-3-2015 semble imposer aux élèves qui font leur entrée en classe de seconde de s’équiper d’une calculatrice " Mode Examen".
En temps que professeur de mathématique de lycée, nous sommes en devoir de nous poser des questions par rapport à cette mesure et de demander des éclaircissements à nos "responsables". En voici quelques unes :
1/ Comment a été négociée cette décision qui favorise directement les deux fabricants Casio et Ti ?
Les parents d’élèves et les syndicats d’enseignants ont-ils participé aux discussions ?
2/ Quel est l’intérêt réel de cette mesure pour les élèves ?
3/ Combien va coûter cet achat au niveau national ? Qu’en est-il de la gratuité de l’enseignement ?
4/ Devons-nous imposer ou conseiller aux parents d’équiper leurs enfants d’une calculatrice "mode examen" ?
En effet si son emploi est obligatoire à partir du bac 2018, nous devons habituer nos élèves à son utilisation.
5/ Comme pour les livres, le gouvernement doit imposer à Casio et Ti de fournir à chaque professeur de mathématiques une calculatrice "Mode Examen Spécimen" afin que nous puissions choisir le modèle en toute sérénité.
6/ Imaginons un super bricoleur qui modifie le branchement de la Led "Mode Examen" pour la faire fonctionner en continu. Comment s’en rendre compte ?
7/ La directive nous dit :
Le « mode examen » ne doit être activé par le candidat, pour toute la durée de l’épreuve, que sur instruction du surveillant de salle lorsque le sujet de l’épreuve autorise l’usage de la calculatrice.
Comment un surveillant peut-il vérifier que tous les élèves installés dans une salle vont bien activer en même temps leurs Mode Examen ?
Dans l’attente d’une réponse du gouvernement....

Jacques DAURIOS - professeur Agrégé au Lycée Émile Littré d’Avranches

Calculatrices et clignotants (du 2 juillet 2015 par PG)

Bonjour,

On vient de recevoir la pub CASIO dans nos casiers.
La concurrence libre et non faussée est sauvée,ouf !
Face à ses mauvais choix, l’éducation nationale persiste et signe.
"Jusqu’ici tout va bien", affirme l’optimiste béat passant sous l’avant dernier étage de la tour de 20 étages du haut de laquelle il chute.
Plus qu’un étage avant l’écrasement au sol ?

Calculatrices et clignotants (du 29 juillet 2015 par RE)

Point positif : la guerre des prix est féroce entre CASIO et TI.
Il s’agit "d"emporter le moceau".
Ensuite, "winner takes all", vive le capitalisme !!

Calculatrices et clignotants (du 8 septembre 2015 par BMA)

Je me confronte à ce problème, ma fille entre en seconde : je lui ai transmis ma super casio des années 90 mais NON CONFORME !?
La ou je ne comprends pas c’est que quasi toute calculette possède une touche reset alors pourquoi inventer de telle conneries. Surtout que n’importe quel petit bricoleur saura shunter ce système donc pas infaillible.
Donc on paye.

Calculatrices et clignotants (du 8 septembre 2015 par louisgulli)

Bonjour,

Bien d’accord avec vous !

Ces calculatrices sont une véritable arnaque financière,
cautionnée par les hautes autorités de l’éducation de notre pays.

Les profs suivent....Qui ne dit mot consent !

J’ai épaté un Jury de physiciens en école d’ingénieurs en calculant de tête ln(3) à 0.1 près,
je faisais partie du jury, manifestement ils ne savaient pas calculer la surface d’un trapèze.

Tout est dans l’esbroufe, presque de l’abus de confiance !

Je persiste et signe, les calculatrices sont une véritable arnaque financière !

Cordialement, louis Gulli

Calculatrices et clignotants (du 8 septembre 2015 par Xavier)

Il est effectivement à la portée de n’importe qui de récupérer un clignotant sur un vieux jouet, de le mettre dans sa calculatrice, et de le relier par 2 fils à une des piles.

Il ne reste plus qu’à trouver un moyen de dissimuler un interrupteur, pour bien déclencher le clignotement devant le surveillant en début d’épreuve comme demandé, et voilà.

Conséquence : une diode qui clignote, mais la mémoire toutjours intacte.
Conclusion : La diode ne sert strictement à rien, on ne peut pas lui faire confiance - en 2018, il faudra regarder ce qui s’affichera ou pas sur les écrans des candidats en circulant.

Donc puisque de toutes façons il faudra regarder les écrans, il suffisait tout simplement que le texte dise "les candidats effaceront leur mémoire avant le début de l’épreuve".
On a fait renouveler toute la gamme et forcé les Secondes à acheter neuf, pour des raisons qui ne tiennent pas debout.

Calculatrices et clignotants (du 9 septembre 2015 par RE)

Si votre calculatrice date d’avant 2000, vous êtes cuit, votre fille vous fera rendre gorge.
Question 1
La calculatrice de votre fille possède-t-elle un menu de fonctions ?
c-à-d est-il possible d’enregistrer, par exemple, la fonction
Y1 : X|--->X+1/(X+1)
et de faire restituer, par exemple, la valeur de Y1(3/2) ?
Question 2
La calculatrice de votre fille possède-t-elle un "menu listes" ?
Il est souvent dissimulé dans un menu de statistiques.
Question 3
Est-il possible de "rentrer" un programme ?
Par exemple :
A ? _ ? —> A
If A < 2
then
A+1—>B
Else
5 - A —>B
Ifend
Display B

Si vous répondez oui aux 3 questions, je vous conseille de garder cette calculatrice jusqu’en première.
Si votre fille passe un jour en TS ou TES, il sera temps d’acquérir un engin plus récent, il s’en trouvera d’occasion sur "LE BON COIN".
Si votre fille est excédée par sa calculatrice, elle saura vous tanner d’une façon terriblement efficace pour vous obliger à acquérir le gadget de ses copines, ça, je vous le garantis ! LOL et reLOL ...

La calculatrice n’est pas un gadget imposé par un prof maniaque, elle doit permettre d’appliquer les programmes actuels. Référez vous aux programmes et consultez le prof de maths. Pour cela, demandez une entrevue ou bien profitez d’une réunion parents profs. Posez calmement votre question, sans agressivité.
Le plus simple serait de presser votre gamine de présenter l’engin au prof de maths.
Il existe de profs suffisamment experts pour arriver à travailler avec des modèles exotiques, j’en étais mais je suis un jeune retraité. D’autres, plus normaux ou moins expérimentés, ne pourront s’adapter à modèle par trop exotique ; dans ce cas, eh bien vous aviserez.

Ma réponse de vieux dinosaure vous a-t-elle convenu ?

Calculatrices et clignotants (du 27 août 2015 par Sarah)

Les nouvelles calculatrices "Mode Examen"
La publication de la note de service n° 2015-056 du 17-3-2015 semble imposer aux élèves qui font leur entrée en classe de seconde de s’équiper d’une calculatrice " Mode Examen".

Astuce maison

Calculatrices et clignotants (du 19 octobre 2015 par lisa)

Quel est l’avis des professeurs sur ce mode de calculatrices ?

blog

Calculatrices et clignotants (du 22 octobre 2015 par DMA)

Moi, je les adore, ces calculatrices.
On peut conjecturer avec la courbe, et faire des maths en sachant où l’on va plutôt que de dévider des pages de calcul à l’aveuglette comme on faisait il y a trente ans.
On peut vérifier des tas de résultats (équation de la tangente, valeurs de la dérivée etc)
On peut calculer les coefs binômiaux facilement et faire des probas (loi binômiale) sans s’embourber dans le triangle de Pascal ou la formule aux factorielles, ce qui est un atout en 1ES
On peut mettre en équation des problèmes d’optimisation et finir la résolution numérique à la calculatrice, ce qui fait qu’on ne se cantonne pas à des pb du premier degré en 2nde.
On peut faire des calculs statistiques, visualiser si le graphe a l’air en cloche (1ES).
On peut faire de l’algorithmique sans être obligé d’aller en salle info.
Et si on veut faire des contrôles avec la calculatrice collège, ou sans calculatrice, c’est possible aussi :)

Calculatrices et clignotants (du 22 octobre 2015 par RE)

Je rejoins votre avis, pour les lycées. On peut faire des maths intéressantes en exploitant une Ti 82 ou une Casino 35+.
Mais au collège, les calculatrices n’ont pas d’interface graphique, il faut des ordis et des demi-groupes de TP. Sinon, comment faire ? Laissons les collègues de collège trouver leurs réponses ...

Calculatrices et clignotants (du 16 novembre 2015 par David)

Le lien concernant la note du 14 avril 2015 qui exclu les BTS a été modifié.

Le voici :

https://www.ac-paris.fr/portail/upl...

Calculatrices et clignotants (du 18 novembre 2015 par Sain)

Moi, j’aimerais bien les aimer. J’ai plus l’impression, qu’elles deviennent une prothèse.
Les élèves ne savent même plus poser un calcul correct sur leur calculatrice. Personnellement, je préférerai qu’on repousse cela plus tard.
Je m’explique : ils ne connaissent plus les règles opératoires, donc elle ne leur est d’aucune utilité. Il trouve des résultats aberrants, mais cela ne les choque pas...
Je suis d’accord sur le faîte que cela permet de faire des choses intéressantes, mais en fait, quels élèves comprennent ?
Donc, non, pour moi la calculatrice n’a pas d’intérêt (à ce niveau).
Cordialement
Svain

Calculatrices et clignotants (du 9 décembre 2015 par Eric Lafosse)

Les calculatrices, ce sont les anciens élèves de lycée qui en parlent le mieux, quand ils n’y ton plus droit après le bac :" C’est bien, ça laisse du temps pour réfléchir."

 Accueil   Plan du site  Suivre la vie du site RSS 2.0  Haut de la page   Page précédente