Appel pour constituer une base d’exercices avec des critères de compétences.

- 13 octobre 2021 -

Désormais, les notes qui comptent pour le bac seront obtenues en contrôle continu. Les évaluations, « au moins trois par trimestre », devront « porter sur des situations variées qui évaluent des connaissances, des compétences et des capacités différentes et complémentaires, précisément associées au programme ayant été enseigné ». Les connaissances des programmes étant très conséquentes, où trouver des exercices qui indiquent les compétences qu’ils utilisent ? Je pense que l’APMEP peut fournir une base d’exercices classifiée par capacités exigibles, compétences et situations d’évaluation.

Le guide de l’évaluation conseille d’utiliser les « sujets 0 » et la Banque Nationale de Sujets (BNS). Or, ceux-ci ne précisent ni les capacités ni les compétences utilisées. En fait, ils testent surtout la restitution de connaissances et l’application de méthodes sur des fonctions compliquées avec des questions intermédiaires. En demandant de justifier la réponse et en détaillant une méthode, ces exercices empêchent l’élève de montrer des compétences essentielles comme modéliser, choisir un cadre adapté et même raisonner, sans parler de chercher ou communiquer.

Les compétences à mettre en œuvre sont elles-mêmes assez limitées dans les capacités exigibles des programmes comme vous pourrez le voir dans les grilles d’analyse que je joins à cet article.
Sans accorder du crédit à cette réforme, le contrôle continu peut fournir l’opportunité aux enseignants de reprendre la main sur l’évaluation. Rappelons-nous que l’APMEP avait plutôt soutenu les tentatives allant vers les « épreuves expérimentales » ou les « exercices avec prise d’initiative ». Il ne s’agissait pas de compliquer l’évaluation mais de donner du sens à la pratique mathématique et de valoriser d’autres compétences que la simple restitution de savoirs et de méthodes. Le volume très conséquent des connaissances ne permettra pas d’entraîner les élèves pour des « épreuves expérimentales », mais peut-être pourrons-nous proposer des situations où l’élève pourra davantage faire preuve d’autonomie dans le choix de la méthode, montrer sa capacité à utiliser intelligemment sa calculatrice ou un logiciel, modéliser une situation… Probablement, cela portera sur des fonctions plus simples que celles qui sont proposées actuellement, en évitant des situations avec une expression comme que l’élève ne choisirait pas comme modèle, dont la dérivée est fournie parce qu’elle est difficile à calculer et en indiquant que le maximum est obtenu pour un entier de l’intervalle [2 ; 20], ce qui permettrait de le déterminer avec un simple tableau de valeurs.

Ce que nous pouvons faire ensemble, c’est analyser les sujets proposés par l’institution, exercice par exercice sur les capacités exigibles (donc les connaissances), les compétences et les situations d’évaluation, puis compléter en proposant d’autres exercices, voire d’autres situations d’évaluation, qui resteraient raisonnables au regard de ce que peuvent réaliser les élèves.

Par ailleurs, il est souvent possible de donner des exercices dont les valeurs numériques peuvent être choisies dans des ensembles donnés, ce qui permet d’en proposer suffisamment pour les rendre publics sans qu’un élève puisse mettre en mémoire tous les corrigés.

On peut alors imaginer des évaluations qui portent sur au moins deux chapitres et au moins trois compétences en combinant différents exercices.

J’appelle toutes les personnes qui souhaitent constituer cette base d’exercices à prendre contact avec la commission lycée et avec moi pour former un groupe de travail.

 

Rémi Belloeil

 

Article mis en ligne par GC