Compte rendu du comité de novembre 2009

- Approbation du compte-rendu du comité de juin : approuvé à l’unanimité moins 1 abstention (23 présents + 7 membres du bureau)

- Présentation des membres du bureau et du comité

- Secrétariat :
Eric Barbazo informe les membres du comité qu’au terme d’une période d’essai de deux mois plutôt positive, l’association a embauché Oriane pour assurer la gestion du secrétariat, en remplacement des deux anciennes secrétaires. Il demande à tous d’être clément avec elle car elle débute et la tâche est lourde. Lorsque c’est possible, la communication par mail est préférable afin d’alléger le travail téléphonique d’Oriane.

Oriane sera libérée du standard téléphonique deux demi-journées par semaine. (Message téléphonique : « Le secrétariat est ouvert le lundi après-midi de 14 à 17h et le vendredi matin 9h 12h et du mardi au jeudi de 9h à 12h et e 14h à 17h »)

- Frais de remboursement :
Les personnes du comité doivent prendre leur billet à l’avance pour bénéficier des tarifs les plus intéressants. Bernard Egger précise que pour l’achat d’un billet prem’s, le billet sera remboursé même si le déplacement est annulé. Pour les réservations, il faut se référer au calendrier qui figure dans la plaquette Visage.

- Projet extension vente en ligne :
Yvon Poitevineau et Gérard Coppin ont établi un cahier des charges 2 pistes sont envisagées :

  • une solution à l’interne (les besoins ont été clarifiés, un tri a été fait sur ce qu’on peut utiliser des bases du site d’inscription des Journées …)
  • une solution faisant appel à une société privée (on va demander un devis).

Présentation au comité du travail engagé et de l’état de la réflexion : Doit-on engager des frais supplémentaires pour le paiement en ligne (on doit sortir du réseau, faire appel au privé) ou se contenter de l’adhésion-vente en ligne. Doit-on parier sur le fait que le paiement en ligne (à la place de l’envoi d’un chèque) va développer les ventes et les adhésions à hauteur des frais et complications supplémentaires qu’occasionne le paiement en ligne (exemple de coût : 200€ HT frais d’ouverture, 23€ par mois d’abonnement et 1% + 0,17€ de commission de transaction).

Remarque de Claudie Asselin-Missenard : Pour les journées Nationales d’Ile-de-France, le paiement en ligne en partenariat avec le crédit mutuel enseignant sera mis en place. Ce peut être l’occasion de tester le paiement en ligne.

On doit aussi développer le renouvellement par prélèvement automatique de l’adhésion.

Il serait souhaitable que le comité prenne une décision au comité de mars ou à celui de juin concernant la vente, l’adhésion et le paiement en ligne.

Réflexion sur l’archivage de nos documents (nécessité de traces papier, la conservation des documents numériques pose des problèmes) Précision sur l’accès restreint à la rubrique « comité » du site aux membres du comité et présidents de régionales.

A terme, le site doit permettre pour les adhérents, d’avoir un accès à des informations supplémentaires. (on pourrait par exemple réserver aux adhérents les corrigés de sujets de bac…).

Des idées sont émises : sujets, corrigés et commentaires accessibles à tous sous forme protégée (filagramme APMEP) et la source texte uniquement accessible aux adhérents. Ainsi, on préserve l’attractivité du site pour tous et on prévoit un plus pour nos adhérents.
Et bien sûr, rappeler aux visiteurs du site qu’il faut adhérer !!!

Le comité donne son accord de principe sur l’idée de mettre en place le paiement en ligne (adhésion + achat de brochures), en complément du paiement actuel par chèque sous réserve d’une étude plus approfondie.

- La réforme du lycée :
Un très long débat permet une évolution du texte proposé par le bureau.
Un texte définitif est adopté dont le contenu est le suivant :
Les positions de l’APMEP :

  • Pour la classe de Seconde :
    L’APMEP réaffirme sa volonté que cette classe conserve son caractère de classe de détermination. La Seconde doit préparer à une orientation positive des élèves vers toutes les séries de chaque cycle terminal. Cette orientation doit être préparée par la découverte d’enseignements nouveaux ou déjà suivis au collège, mais avec des modalités de mise en œuvre différentes.
    L’APMEP demande qu’un horaire d’au moins quatre heures dont une dédoublée soit conservé dans cette classe.
    L’APMEP demande qu’un des enseignements d’exploration permettent aux élèves de continuer à pratiquer davantage la démarche scientifique, de développer le goût de la culture mathématique et qu’il soit proposé à tous les élèves de seconde.

Approuvé à l’unanimité

- Pour le cycle terminal :

Le cycle terminal doit être pensé en même temps que l’élaboration de la classe de Seconde.
Les trois voies générale, technologique et professionnelle doivent être conservées.
L’APMEP demande que chaque série puisse apporter un enseignement de mathématiques de qualité à tous les élèves, sans que les contenus de cet enseignement ne soient uniformes.

Intégrer des mathématiques dans un tronc commun en classe de première contribuerait à un abaissement général des exigences de formation dans cette discipline.
Actuellement :
La série S ne constitue pas une série scientifique mais une série socialement recherchée pour les orientations qu’elle permet.
La série L ne convainc pas les élèves au profil littéraire qui envisagent une poursuite d’études supérieures dans un domaine « non scientifique » qui exige cependant une formation mathématique non négligeable (professorat des écoles, psychologie, sociologie, philosophie, histoire, géographie, etc.).
En revanche, la série ES, avec son niveau actuel de mathématique et son enseignement de spécialité en terminale, atteint ses objectifs de formation.
Pour permettre un rééquilibrage des séries, l’APMEP préconise : D’augmenter l’horaire des sciences en général et des mathématiques en particulier en série S.
De proposer à tous les élèves de la série L un enseignement de culture mathématique. De plus, un enseignement de spécialité non obligatoire, dès la classe de première puis en terminale, doit être proposé aux élèves de la série L afin de permettre aux élèves littéraires d’acquérir un bagage scientifique indispensable à de nombreux enseignements supérieurs non scientifique. Cet enseignement doit faire l’objet d’une information sérieuse et honnête auprès des élèves de la section L.

De conserver l’enseignement des mathématiques tel qu’il est en série ES, avec son enseignement de spécialité qui ne doit pas diminuer d’ambition.

Approuvé à l’unanimité moins 1 abstention

Les séries STI doivent acquérir un niveau d’excellence qui les rende attractives.
Les séries tertiaires doivent permettre un enseignement de mathématiques adapté aux élèves de ces séries. En particulier, des dédoublements sont nécessaires.

L’APMEP demande que les séries STI conservent les horaires actuels ainsi que les possibilités de dédoublement. L’APMEP est favorable à l’augmentation de classes préparatoires spécifiques à ces séries. Les programmes actuels des séries STG (première et terminale) sont bien conçus et adaptés à leur public. Cependant, ils nécessitent une heure dédoublée pour leur mise en œuvre, particulièrement en ce qui concerne l’utilisation des TICE.
L’APMEP demande que, dans toutes les séries de toutes les voies, des dédoublements soient mis en place pour qu’une formation mathématique, intégrant l’utilisation des TICE, soit possible.
Une épreuve de Travaux pratiques au baccalauréat est à instaurer dans toutes les séries, avec l’horaire en groupe adéquat.

Approuvé à l’unanimité

  • Sur l’accompagnement des élèves à tous les niveaux :

Cet accompagnement ne doit pas être mis en place au détriment des contenus disciplinaires.
Les deux heures proposées à tous les élèves ne doivent pas se limiter à du soutien, de l’orientation ou de la méthodologie.
L’APMEP demande que les deux heures d’accompagnement puissent être l’objet d’activités mathématiques d’approfondissement, de découverte, de recherche, pour les élèves volontaires. Il est nécessaire que ces activités puissent être proposées à tous les élèves, sans qu’aucun n’en soit écarté pour des raisons de niveau.

Approuvé à l’unanimité moins trois abstentions

- Sur les stages envisagés pour les élèves :

Il est illusoire de remplacer une année complète de formation par un ou plusieurs stages de courte durée.

L’APMEP demande le développement de passerelles entre les séries ; ces passerelles doivent s’appuyer sur des dispositifs inscrits dans la durée (« classes d’adaptation » ou « classes de mise à niveau », par exemple).

La réorientation en cours d’année et l’organisation de stages s’avèrent contradictoires avec la volonté d’une plus grande spécialisation des enseignements spécifiques, voire nouveaux, en première et terminale.

L’APMEP affirme par ailleurs que l’évaluation des compétences et les décisions d’orientation des élèves doivent être assurées par l’équipe pédagogique qui suit l’élève pendant l’année scolaire, avec le concours des conseillers d’orientation psychologues.

Approuvé à l’unanimité

- Le collège :

Présentation du compte-rendu de la commission collège. Point sur la situation actuelle du collège (flou concernant la mise en œuvre des textes de loi concernant le socle commun, attentisme des enseignants en raison du manque de lisibilité des volontés de l’institution, informations sur les dispositifs « accompagnement éducatif » et « PPRE », nécessité de formation de tous les enseignants pour les aider à faire évoluer leurs pratiques pédagogiques et uniformiser ce qui se fait sur le terrain) Sur le forum ou dans plot, faire remonter les expériences. Il faut avantage de publications pour faire vivre les travaux de l’association concernant le collège entre deux commissions et informer tous les collègues de l’actualité concernant le collège.

- Bilan des Journées Nationales de Rouen :

Une réunion bilan est prévue mercredi 18 novembre. On constate une chute significative des inscriptions depuis trois ans avec 525 inscrits. Pourquoi ?
Phénomène de société, les gens se décident au dernier moment. Le comité remercie les organisateurs des Journées de Rouen.

On peut commencer diffuser des informations sur le colloque du centenaire. L’inscription au colloque se fera sur le site des Journées de Paris. La taille de l’amphithéâtre étant réduite, l’inscription préalable est indispensable.
Le colloque étant prévu un vendredi, Il faut demander à l’inspection de chaque académie son inscription au PAF afin que les collègues puissent obtenir un ordre de mission pour y participer. Mot de rappel à envoyer à chaque régionale mi-décembre.

La régionale de Toulouse propose sa candidature pour 2014.
Vote à l’unanimité

- Formation continue :
Premiers commentaires sur le texte proposé. Quelques remarques sont proposées dont il faudra débattre à nouveau :

- Si on veut une réussite des réformes, il faut en parallèle une formation continue à grande échelle et pas une formation assurée par des collègues.
- Faire apparaître l’APMEP comme un organisme de formation de formation.
- Toutes les académies n’acceptent pas d’inscrire au PAF les Journées Nationales.
- Accord du comité sur le principe : Obligation de la formation, et temps de formation de 1,6% du temps de travail.
- La formation doit prendre un caractère diplômant.
Ces propositions devront faire l’objet d’un approfondissement lors du travail de la prochaine Commission formation. Un nouveau texte sera présenté au Comité de mars.