ÉLECTIONS « à qui perd, gagne » ?

Le journal « Le Monde » s’est fait l’écho, dans son numéro du 15 octobre 2004, d’un livre de Michel Balinski, non reçu par l’APMEP, sur les imperfections de la science électorale (livre intitulé : « Le suffrage universel inachevé »).

Rappelons à ce propos un article bienvenu, de Yves Huisset, sur le paradoxe de Condorcet [1] , paru dans notre Bulletin 414, février-mars 1998, sous le titre « Démocratie et mathématique ».

(Article mis en ligne par Catherine Ranson)

[1] Paradoxe de Condorcet  : Pour trois candidats a, b et c traités par deux, un corps électoral peut préférer a à b, b à c, mais aussi, sans transitivité aucune, c à a !