Éditorial du n°541 Au fil des maths — Le bulletin de l’APMEP

- 18 septembre 2021 -

Maths et citoyenneté (saison 1)

La société dans laquelle nous vivons change très rapidement et le citoyen d’aujourd’hui est appelé chaque jour à utiliser des systèmes de plus en plus complexes, pour lesquels ses connaissances sont vite dépassées, et qui requièrent une flexibilité et adaptabilité de la pensée sollicitant fortement sa capacité à raisonner. Pour être un citoyen responsable, on doit notamment avoir une compréhension minimale des lois, réglementations, contrats, modes d’emploi, accompagnée d’un esprit critique et de connaissances, particulièrement en statistiques mais pas seulement.

L’enjeu est grand, puisque nous entendons au quotidien des journalistes ou des politiques s’appuyer sur des « chiffres », des études statistiques et des représentations graphiques associées pour faire des constats ou des propositions. Chacun devrait être en capacité de décrypter ces données et de réaliser sa propre analyse.

L’enseignement des mathématiques permet justement d’apprendre à modéliser, résoudre un problème, à lire, interpréter, communiquer des informations, à raisonner, à critiquer et argumenter, ... des compétences essentielles à l’élève d’aujourd’hui et au citoyen de demain.

Pourtant, le ministère de l’Éducation nationale ne semble pas être de cet avis, réduisant l’enseignement des mathématiques à peau de chagrin dans le tronc commun de Première et Terminale. À moins qu’il ne s’agisse en fait de pallier le manque d’enseignants de mathématiques ? Si la réponse à cette question est oui, il est alors bien triste/inquiétant (?) de savoir que nos politiques n’ont qu’une vision à très court terme sur l’école qui est pourtant l’un des enjeux majeurs du monde de demain. Affirmons, comme Jean-Pierre Kahane dans le prologue du rapport de la commission de réflexion sur l’enseignement des mathématiques, que « nous avons [...] le devoir d’être ambitieux pour la recherche scientifique, qui est une forme d’organisation de notre curiosité atavique, et pour l’enseignement, qui est la forme organisée principale de transmission des connaissances ».

Dans ce numéro, vous aurez l’occasion de vous questionner, d’appréhender des concepts, de vous confronter à des raisonnements, à la logique, à la modélisation, d’aiguiser votre esprit critique. Je vous souhaite de prendre beaucoup de plaisir à la lecture de votre Au fil des maths.

 

Sébastien Planchenault
Président de l’APMEP

 


Le mot de la rédaction

Une nouvelle rentrée masquée au milieu d’une quatrième vague épidémique et un contexte sociétal qui cristallise autour du débat sur le « passe sanitaire » : nous avons connu des reprises plus joyeuses ! Dans cette période où la citoyenneté est interrogée de toute part (l’appartenance à un collectif, la liberté, la place de la démocratie...), Au fil des maths apporte sa contribution par un diptyque sur « Mathématiques et citoyenneté » : dans ce premier numéro, lisez par exemple l’article d’Henrique Vilas Boas qui s’appuie sur le tableau « L’école d’Athènes » pour construire le citoyen de demain et chercher à faire vivre l’agora, ainsi que celui de Habib Ben Aïcha qui ouvre le bal d’articles autour du débat en mathématiques (vous en trouverez aussi plusieurs dans le numéro de décembre).

Dans un registre plus léger mais tout aussi mathématique, régalez-vous des symétries de l’art africain, de programmation de la dichotomie, d’un exemple de modélisation en LP, jouez au « jeu du calisson » inventé par Olivier Longuet, qui a l’air tout simple mais qui fait bien réfléchir, cherchez la quadrature du cercle hyperbolique, découvrez le dernier article primé aux Trophées Tangente, ainsi que plusieurs ressources et sites intéressants... et retrouvez vos rubriques habituelles.

L’équipe d’Au fil des maths vous souhaite une excellente année scolaire !

L’équipe de rédaction

© APMEP Septembre 2021

 

accédez au sommaire du numéro 541

Au fil des maths, c’est aussi une revue numérique augmentée, version réservée aux adhérents