« HEUREUX LES PAUVRES EN MATHS !

Pierre DUGAC dans son « Histoire de l’analyse » analysée page 284 du BV 451 cite un texte de RUELLE dans « Hasard et chaos » (1991), où il est question d’une curieuse suggestion de Kolmogorov dont « on peut espérer qu’elle ne fait pas partie des lois mathématiquement vérifiables » :

« Le talent mathématique apparaît souvent de façon précoce […]. D’après Kolmogorov, le développement psychologique normal d’une personne s’arrête précisément au moment où éclôt le talent mathématique. Ainsi Kolmogorov s’attribue à lui-même un âge mental de 12 ans. Il n’en donnait que 8 à son [éminent !] compatriote Vinogradov […], âge où les gamins arrachent les ailes des papillons et attachent de vieilles casseroles à la queue des chats ».

(Article mis en ligne par Catherine Ranson)