Henri Bareil, l’écrivain

Paul Louis Hennequin

Paul-Louis Hennequin [1]

Henri Bareil aimait écrire, de sa belle et ferme écriture, conservée intacte et lumineuse jusqu’à la fin, utilisant à bon escient sa très vaste culture littéraire, son érudition mathématique et sa passion à convaincre ses lecteurs et ses interlocuteurs. J’avais imaginé naïvement que je pourrais faire une analyse de son style, si personnel et attachant, de son écriture utilisant habilement toutes les ressources de la typographie et de son vocabulaire si riche, si chaleureux, si choisi et adapté à sa pensée en prenant en compte l’intégralité de ses œuvres écrites. Je n’avais pas réalisé que, même en se limitant à l’APMEP et négligeant ainsi les publications de l’Irem de Toulouse dont il a été la cheville ouvrière depuis sa création, et ses interventions au sein de nombreuses instances nationales dont la commission Lichnérowicz et la COPREM, il avait contribué, souvent par plusieurs articles à plus de cent numéros du Bulletin Vert et à une dizaine de brochures pratiquement sans interruptions depuis 1970 !

J’ai donc limité mon choix :
- à ses analyses d’ouvrages de la rubrique « Matériaux pour une documentation  » qu’il anima, et avec quel brio, de 1991 à 2008,
- à ses éditoriaux comme Président de l’Association,
- aux deux brochures n° 21 Géométrie au premier cycle , tome 1 (1977) et n° 30 « Les manuels scolaires en mathématiques » (1978)

Henri le lecteur chaleureux

J’ai choisi et réordonné quelques citations qui éclairent à mes yeux la personnalité d’Henri, militant infatigable de l’APMEP.

Henri s’enthousiasme pour ses lectures et souhaite faire partager son plaisir :

- Je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager quelques lignes de la conclusion…
- Je ne saurais trop recommander un tel ouvrage
- Que l’on soit ou non d’accord avec des thèses très affirmées, n’enlève rien à l’intérêt de l’ouvrage
- Tout ceci constitue un régal
- Le sujet de l’ouvrage pouvait sembler mineur, il a pris une belle consistance !
- Pour autant, l’ouvrage extrêmement dense et copieux est très accessible et limpide
- Un livre de grande culture extrêmement plaisant … encore qu’on pourrait y être parfois plus optimiste
- Un livre généreux autant qu’intelligent … à posséder !
- Dégustons cet essai, en lui-même agréable et instructif
- L’auteur est bien connu pour d’excellents ouvrages, celui-ci me semble aussi digne d’éloges
- Un beau livre, un grand livre, qui fait surgir et pratiquer beaucoup de mathématiques séduisantes.
- Ne boudons pas notre plaisir … le juvénile enthousiasme…
- Investigations et propositions dûment réfléchies et ouvragées …
- Le style alerte n’empêche pas de beaucoup démontrer
- enchanteur
- un régal de culture géométrique
- Un livre attachant, riche de grands débats, très clair, qui n’est petit que par la taille
- Le livre est très savant, il l’est avec concision (mais clarté !) ce qui le rend très riche
- Je souligne que l’ouvrage allie concision, abondance d’énoncés et de preuves, lisibilité. Ce n’est pas un mince exploit.
- Cet ouvrage me semble répondre parfaitement aux beaux objectifs …
- Il s’agit d’une évaluation aussi scientifique que possible donc solide
- Le titre de l’ouvrage n’est guère racoleur, l’ouvrage, lui, est superbe
- A mon avis un chef d’œuvre à la fois solide et agréable, chaleureusement pensé et écrit
- Une « petite » brochure excellente, je souhaite qu’elle fasse des émules.
- … le sujet est traité de façon aussi agréable que pertinente
- … un ouvrage de chevet
- J’ai été frappé par l’excellence des choix réalisés
- Un outil immédiatement exploitable

Henri manie avec aisance un vocabulaire coloré et recherché :

- MA CONCLUSION on l’aura devinée ! L’OUVRAGE EST UN PUR JOYAU
- Ouvrage fourmillant d’idées et pétri de clarté
- … tissés en fresques colorées qui s’entrecroisent avec bonheur dans une érudition qui sait plaire et retenir à l’égal des meilleurs romans
- Voilà une excellente boite à idées avec pas mal de bijoux … ce sont des bijoux à utiliser - un vrai joyau - Acquérez vite ce trésor
- Excellent livre, si propre à vous faire aimer les mathématiques à travers d’heureuses quintessences de contenu et de méthode en un style à la fois concis, rigoureux et agréable !
- D’aguichantes différences
- Les concepts sont de magnifiques panoramas, à la fois savants et sobres, profonds et nuancés, toujours élégants
- … une magnifique promenade mathématique en un style fort agréable, riche de paysages et de points de vue multiples ; sceptique au départ j’ai été conquis, subjugué, ravi
- L’art de varier les paysages sans jamais blesser leur profondeur.
- … à la fois précis, accessible et superbe en son panorama
- une plaisante promenade.
- Automatismes ? Oui, mais intelligemment travaillés en une palette très diversifiée
- … Public qui devrait se précipiter sur cet ouvrage, tant il est à la fois profond et simple, concis et clair, tant il propose avec maîtrise de riches cheminements et de belles exploitations de concepts clés.
- Une brochure aux paysages multiples qui toujours provoque, secoue, mais aussi éclaire, propose, revigore … il faut s’y engouffrer.
- Le charme des problèmes, celui des solutions… de merveilleuses activités aux apports mathématiques considérables et aux démarches fondamentales plus encore s’il se peut.
- Faire vivre un enseignement de la statistique aussi auréolé que les autres branches…et parfois plus fécond
- Le micro-trottoir des discours des élèves, à la fois (c’est très fort) aiguillé et libéré est fort bien exploité par l’auteur en de profonds et concis commentaires.

Ses messages sont clairs et sa conviction entraînante :

- … entraîne à joindre l’APMEP tant nous sommes porteurs de la même espérance..
- Je redis une fois encore, avec la même conviction …
- La fidélité au savoir est aussi à ce prix
- Vous avez là un chef d’œuvre pour faire-faire beaucoup de mathématiques dans le plaisir de beaux jeux très prenants , saisissez l’aubaine !
- Livre exemplaire d’un enseignement vivant et sûr à la fois accessible et épanouissant pour tous les élèves
- En un temps de remise en question, il nous sera des plus utiles pour proposer et innover avec à la fois enthousiasme et sagesse, hardiesse et mesure, en une pensée à la fois plurielle et cohérente
- Insistons sur le fait que chaque fiche ouvre sur une situation frappante aussi étonnante que possible donc invitant au pourquoi ?
- Dans notre enseignement où est le fondamental ? en des endroits divers sans doute… Que ceux traditionnellement visités ne nous fassent pas ignorer les autres.
- Discipline universelle, les mathématiques sont un bien commun à tous : les mathématiciens traditionnels n’en sont pas les propriétaires et tant pis si on nous « récupère » parfois mal.
- L’humanité est décidément admirable, quand elle invente et repousse indéfiniment les limites.

Il appelle à la méditation :

- … un livre à méditer, à appliquer.
- Un grand livre qui, au delà de l’analyse est une très belle méditation sur les mathématiques- Hâtons-nous de le méditer

Il remercie les auteurs du plaisir qu’il a eu à les lire

- Je ne saurais trop remercier les auteurs pour cette superbe production irremplaçable pour tout enseignant.
- Utiliser leurs travaux est une façon de les remercier.

Mais Henri n’est pas toujours tendre et traque sans faiblir ses deux bêtes noires :

* le jargon de certains didacticiens , par un effet de contre-point en félicitant ceux qui l’évitent : - … collection « Exploration didactique » On se gardera de comprendre cette expression selon un style qui développe parfois moult considérations didactiques à partir d’un peu de mathématiques . Ici on fait beaucoup de mathématiques et c’est plus précisément dans leur agencement, voire leur luxuriance bien choisie que se situe sans doute « l’exploration didactique ».
- Ce livre m’a beaucoup plu : écrit sans pédanterie, sans jargon spécifique, il multiplie les analyses fines et claires et les commente remarquablement

* et les - Bibliographies parfois trop abondantes pour des non-spécialistes - … dont 15 inutiles pages de surabondante bibliographie
- A part de détestables bibliographies surabondantes donc totalement inutiles sauf pour rendre hommage ? souvent à soi-même.

Il n’hésite pas à se critiquer lui-même avec humilité :

- Submergé de livres, je ne rends compte de celui-ci qu’avec retard, je le regrette
- Autant dire que le paysage est superbe et que, si je ne m’y aventure guère, j’espère que d’autres le feront
- Je n’ai qu’un regret : ne pas être capable de bien vous en faire percevoir l’intérêt, la richesse, le dynamisme …
- J’avoue avoir été fort admiratif devant la qualité du travail réalisé, admiratif et très intéressé ; je n’ai qu’un regret : avoir dû trop abréger ma recension.
- Ai-je réussi à vous suggérer la puissance des motivations proposées ?

mais il garde son humour pour un clin d’œil final :

- … toujours séduisante pour la réflexion et l’intelligence, toujours plus qu’intéressante, passionnante ! A consommer sans modération
- Plus besoin de cuiller en argent pour le crémant de Limoux
- Essayez ! C’est très digeste … et encore plus sain que le poulet aux hormones
- Bravo pour ce dépassement de la « pensée unique » et prenons-en de la graine.

Henri l’architecte, bâtisseur infatigable

Henri articule ses projets autour de mots-clés qui lui servent à préciser sa pensée, à bâtir son discours et à se faire convaincant : lieu privilégié, diversité, sans hiérarchie, encore et toujours, initiative, ajuster, - responsabilité - RESPONSABLES - plus d’initiative et de responsabilité - esprit d’équipe - respect d’opinions - liberté de jugement et de critique - que liberté soit laissée
- adaptabilité - capacité de renouvellement - « innovation » - INNOVATION - Infuser un sang nouveau - effort - réflexion - action - participation - se mettre en question - transformation globale, profonde - objectifs - franchise - volontariat - incitation à le recherche - espoir, j’ai même l’espoir du contraire - le temps des germinations de surgissements lentement préparés

Henri veut entraîner tous les collègues :

Nous sollicitons l’adhésion - nous refusons d’imposer - c’est à vous de jouer - notre action doit permettre à chaque adhérent de se sentir plus responsable - elle doit l’inciter à vouloir l’être davantage - l’aiguillon de la nécessité - à partir de tels travaux, tout sera possible - ceux qui ne croient pas que le repliement inconditionnel sur le passé est la meilleure garantie de l’avenir - DANS DES CONDITIONS FAVORABLES
- Maison commune - ouvrir les portes de l’avenir.
Que sera le secteur innovation ? Ce que vous en ferez !
ATTENTION C’EST A VOUS DE JOUER ET DE PRENDRE L’INITIATIVE BON COURAGE, rien n’est plus important !

Mais il ne ménage pas ses critiques sur la situation du moment

Système souverainement dirigiste et bloqué- la mentalité d’affrontement provoquée par un clan viscéralement hostile à toute réforme - la réforme a été confisquée - le dogmatisme de jadis - le divorce entre le dire et le faire - tout est encore à faire, - la restriction fondamentale vient de nous-mêmes enseignants engoncés dans des habitudes qui finissent par faire corps avec nous.

il précise ce que les élèves attendent de nous :

- Une vraie rénovation de l’enseignement où la formation de l’esprit sera primordiale,
- motivation, créativité, activité, intérêt de l’élève,
- formation de l’homme, quel type d’homme ?, pour quelle société ?
- un monde plus disponible, plus solidaire, plus fraternel,- notre demain et un demain très proche, écho au psalmiste et aux éducateurs de tous les siècles
- « que j’éveille l’aurore », reflets des mutations contemporaines
- chaque élève « roi en son royaume », « Et tant luit le soleil qu’enfin s’ouvre la fleur »
- inciter chaque élève à devenir responsable de lui-même,
- une attention passionnée aux autres, clé de toute éducation de toute culture,
- ouvrir l’école aux espérances et aux solidarités,

et il conclut, lyrique :
De quoi avons-nous essentiellement besoin ? D’un œil et d’un regard neufs, d’une capacité renouvelée à re-créer notre enseignement et d’assez d’audace et de foi en l’homme pour espérer contribuer ainsi à une œuvre majeure d’éducation qui concerne le trésor du monde : sa jeunesse.

Henri le poète inspiré

Pour rendre son exposé plus percutant, lumineux et convaincant, Henri utilise toute les ressources de la typographie : caractères gras ou italiques, encadrés , majuscules et minuscules, guillemets, points de suspension, d’interrogation et d’exclamation, mais là où il se montre profondément original dans le maniement de l’écriture, c’est quand il donne pour titre à chaque paragraphe un poème. Qu’on juge de sa profonde connaissance des œuvres modernes par la liste des auteurs cités :
Paul Eluard, Aragon, Jules Supervielle, Georges Brassens, Robert Desnos, Jacques Prévert, Guillevic, Jacques Brel, Raymond Queneau, Baudelaire, Apollinaire, Jean Cocteau, Stéphane Mallarmé, Rabindranath Tagore, Paul-Jean Toulet, Géo Norge, Paul Verlaine, Louis Rocher, Saint-John Perse, René-Guy Cadou, René de Obaldia, Paul Valet

Il prend plaisir à faire connaître des textes humoristiques qu’il a rencontrés :
Deux hommes, une femme et un bateau, (Paule Giron)
Le problème du lion (D’après Rozza Peter)

Lui-même s’essaie dans le pastiche sous la signature H.B. et se réfugie sous le pseudonyme d’Irneh LIERAB pour donner un point de vue personnel :
(brochure n° 21 p. 77 où il se baptise ethnologue pour analyser les souvenirs d’élèves sur la géométrie du collège) :

À quand un enseignement dont chaque élève sera l’agent, l’acteur principal ?
« Oublieuse mémoire »… ne serait-ce pas celle des lamineurs d’horaires, celle des rédacteurs « de programmes de contenu mathématique », la nôtre parfois (souvent  ?), qui oublieraient … les élèves en tant que « s’éduquant, entre autres, à travers la mathématique » et les croiraient cire plus ou moins dure dont le destin serait de se laisser mouler par la mathématique … ou de la rejeter.

Dans la même brochure, p. 36, il compare au nom de l’Agence de voyage A.P.M.E.P. la mise en place des nouveaux programmes de 1970 où tout devait n’être qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté à un voyage en terre promise et conclut :
La Terre Promise ? Il y faut bien des traversées de désert et beaucoup de foi. Un chemin qui ne finit pas. Heureux serons-nous si nos élèves « y vont vers eux-mêmes »

Quoi d’autre ?

Dans la tribune libre du Bulletin n° 287, en pleine controverse sur la charte de Caen, dans l’écriture de laquelle il s’est beaucoup donné, H. Bareil répond point par point à la diatribe d’un collègue ; mais cela ne suffit pas à Irneh LIERAB qui publie dans le même numéro un article «  Soyez donc bon professeur » où il reprend en ayant l’air de les épouser les critiques faites à l’APMEP ; le texte est donc un chef d’œuvre d’humour au second degré, le titre devant alors être lu au troisième !

Bénéficier sans interruption pendant près de quarante ans de cette plume alerte, généreuse, vivement colorée et profondément juste aura été pour notre association un rare privilège que nous ne sommes pas prêts d’oublier.

JPEG - 40.7 ko
Pierre Legrand, Henri Bareil, Paul Louis Hennequin (Journées nationales Marseille 1977)

[1] ancien Président de l’APMEP, membre de la commission du Bulletin Vert