Henri et les événements d’Algérie

Céline Mazoit , Henri Bareil

Céline Mazoit [1]

Suite à la chute du gouvernement Félix Gaillard le 15 avril 1958, un nouveau gouvernement doit être formé et René Coty fait au final appel à Pierre Pflimlin, partisan de pourparlers avec le FLN, pour la présidence du Conseil. Le 13 mai, à Alger, des manifestations sont organisées en mémoire de trois soldats français exécutés par le FLN et pour s’opposer à la nomination de Pierre Pflimlin. Elles tournent à l’émeute et suite à un coup d’état, le général Massu prend la tête d’un « Comité de salut public » à Alger mais son exigence de constituer à Paris aussi un gouvernement de Salut Public échoue et Pierre Pflimlin reçoit l’investiture de l’Assemblée Nationale.

Dans ce contexte, une large majorité du personnel du Lycée Bernard-Palissy d’Agen se constitue en un « Comité de défense républicaine » et lance un appel :

Le 15 mai, dans un communiqué de presse, le général de Gaulle se dit « prêt à assumer les pouvoirs de la République ».
Le Comité de défense républicaine du lycée Bernard Palissy est élargi le 16 mai en un « Comité universitaire de défense républicaine » et lance un appel signé de très nombreux syndicats de l’Éducation Nationale et des non syndiqués tandis que l’état d’urgence est voté par l’Assemblée nationale.

Un bulletin spécial est rédigé le 19 mai 1958 reprenant les textes de ces deux appels et différents textes dont celui qui suit écrit par Henri Bareil et un de ses collègues pour le SGEN. Au soir du 19 mai, le général de Gaulle donne une conférence de presse au cours de laquelle il rappelle son attachement aux valeurs de la République.


[1] Vice Présidente actuelle de l’APMEP