Adhérer ou faire un don

L’ÂGE D’OR DES SCIENCES ARABES

Henri Bareil

par Ahmed Djebbar,

Éd. Le Pommier, Collection « Le collège de la cité ».

184 pages en 10 × 16 et assez gros caractères.

Bibliographie de 14 titres dont quatre en anglais.

ISBN : 2-7465-0258-5. Prix : 8,5 €.

L’auteur est bien connu, et fort apprécié, de l’APMEP. Son « petit » livre « fait suite à une série de conférences tenues à la Cité des Sciences et de l’Industrie du 7 avril au 26 mai 2005 ». Il a précédé, de peu, une exposition, sur le même titre, à l’Institut du monde arabe. Celle-ci, ouverte jusqu’au 19 mars 2006, et coordonnée par le même Ahmed Djebbar, enthousiasme tous ses visiteurs…

Une courte PRÉFACE explique l’ordonnancement du livre.

L’INTRODUCTION brosse ensuite à grands traits l’instauration de l’espace religieux et politique des califes et du vaste espace économique associé. Y surgissent des centres culturels qui brassent et approfondissent des apports multiples, l’auteur insistant sur la « phase de traduction ».

Viennent alors sept CHAPITRES :
- 1. LES MATHÉMATIQUES ou les sciences de l’exercice (34 pages). Nous y retrouvons l’époque des traductions. S’y greffent les contributions arabes … qui ne se réduisent pas au célèbre traité d’algèbre d’al- Khwârizmî, ni aux formules de combinatoire d’Ibn-al-Bannâ. La trigonométrie sphérique fait alors son apparition (dommage qu’une formule annoncée dans le livre y soit oubliée).
- 2. L’ASTRONOMIE ou la science de la configuration du ciel (36 pages). L’auteur y explique notamment fort bien des travaux antérieurs (système de Ptolémée, …) et tout ce qui concerne l’astrolabe.
- 3. LA GÉOGRAPHIE ou la science de la configuration de la Terre (14 pages) …, qui n’oublie pas la géographie des itinéraires religieux et ses conséquences …, cependant qu’al-Bîrûnî, à la fin du Xe siècle, « expose huit types de projections cartographiques dont deux au moins sont de sa propre invention  », … et qu’apparaissent, plus tard, des « réseaux de coordonnées »…
- 4. LA MÉDECINE ou l’art du corps et de l’âme (15 pages)… avec ses innovations et son développement de la médecine hospitalière…
- 5. LA CHIMIE ou l’art par excellence (14 pages). Les héritages, les progrès (savons, …, travail du verre, supports et outils de l’écriture, sublimations variées, … et découvertes multiples : d’acides, soude, …).
- 6. LA MÉCANIQUE ou la science des procédés ingénieux (16 pages) : automates, horloges, mécanique hydraulique, technologies militaires.
- 7. LES SCIENCES ARABES EN EUROPE ou l’appropriation d’un savoir nouveau (18 pages). De la fin du Xe siècle par la Catalogne, du XIe par le sud de l’Italie, puis par Tolède et Palerme, … une « circulation » par la volonté de curieux et chercheurs… Ainsi ont été diffusés les sciences arabes « à travers trois vecteurs essentiels : les instruments scientifiques, les livres et les hommes »…

MA CONCLUSION :

J’ai parlé au début, de ce « petit » livre d’Ahmed Djebbar. J’espère qu’on aura prêté attention aux guillemets.

En effet, petit par sa taille, ce livre ne l’est pas quant au savoir dispensé, avec une densité alliée à la clarté et à l’agrément du style.

Ici chaque phrase compte, fait progresser et ravit.

Un « grand » livre, oui ! Merci, une fois encore, cher Ahmed Djebbar au talent inimitable et aux immenses connaissances…

Henri BAREIL