Adhérer ou faire un don

L’agrapheur – Intrigues policières à saveur mathématique.

Marc Roux

- 7 mai 2012 -

par Alain Hertz.

Presses internationales Polytechnique (Québec), 2010.

260 pages en 15 x 22,5.

ISBN : 978-2-553-01543-4.

L’intervention de raisonnements logiques plus ou moins sophistiqués dans la littérature policière n’est pas une nouveauté (Agatha Christie, Conan Doyle, …). Ce qui est inédit, c’est l’utilisation exclusive, par l’enquêteur, de la théorie des graphes (d’où son surnom : l’agrapheur). L’inspecteur Maurice Manori, au cours d’un congrès de police scientifique, démasque ainsi, successivement, les coupables d’un vol, d’un braquage, d’une escroquerie à l’héritage ; il retrouve une précieuse souris de laboratoire échappée de sa cage, et de plus il aide une employée d’hôtel à obtenir de meilleurs horaires de travail, un ami à gagner une heure de sommeil, une voisine d’avion à résoudre ses sudokus.

L’auteur enseigne à l’École Polytechnique de Montréal, il utilise les énigmes policières pour motiver l’apprentissage de la théorie des graphes et montrer sa puissance. Il a proposé à notre bulletin un article où il expose sa méthode (« n° à venir »). Dans le roman, les énigmes sont astucieusement conçues pour illustrer la plupart des notions de la théorie : graphes planaires, colorés, « d’intervalle », « de ligne », bipartis, sous-graphes, couplages, recherche de plus courts ou plus longs chemins, … Ce vocabulaire est introduit dans les « Notes de l’auteur », en fin d’ouvrage, qui renvoient à une substantielle bibliographie ; la lecture du roman lui-même ne suppose aucune connaissance préalable, les démonstrations, appuyées sur de nombreux schémas, sont accessibles à quiconque.

Même si certaines situations sont un peu artificielles, le style et la construction du récit, sans relever de la haute littérature, font de ce livre une agréable détente autant qu’une porte d’entrée pour une branche des mathématiques méconnue de certains. À conseiller vivement aux élèves, étudiants et enseignants des sections où l’on rencontre les graphes, ainsi qu’à tous les amateurs de logique appliquée.

(Article mis en ligne par Christiane Zehren)