Le lycée général dévoyé

- 7 janvier 2022 -

À quoi sert le lycée ?
Pour la voie professionnelle, la réponse est claire : elle professionnalise. Elle a été recentrée sur cet objectif, réduisant les enseignements généraux. Cela gêne d’ailleurs ses élèves pour poursuivre des études supérieures, même courtes.
La voie technologique n’a pas été vraiment modifiée par la réforme et son équilibre entre enseignements de préparation à la professionnalisation et formation générale constitue un accès privilégié aux études courtes.
Mais la voie générale, quel est son rôle ? Elle semble avoir perdu sa boussole, en trois années de réforme. Elle est toujours le maillon principal qui donne accès aux études supérieures longues, mais dans quelles conditions ? La confusion s’est installée, son image est floutée, ses parcours sont labyrinthiques et se choisissent souvent à l’aveuglette, et il faut considérer que la question de la place des mathématiques n’est pas anecdotique dans cet imbroglio.

Ces encombrantes mathématiques, dont le Ministère ne sait plus trop quoi faire, et que le Président Macron assimile sans sourciller à du code et de la programmation, posent un sacré problème épistémologique à nos hauts décisionnaires. Faut-il les classer dans les sciences ou dans la technologie ? Dans les arts et les humanités ? À part ? Cette déficience au sein de leur pensée provoque un bug dans le circuit décisionnel et fait osciller régulièrement les politiques éducatives : on en met, on n’en met plus. Ah ! On en remet, c’est bon pour les ingénieurs, non c’est du tronc commun… d’accord, mais on y fait quoi ?

Ce positionnement impossible révèle le biais cognitif qui a produit le « lycée Blanquer ». Dans l’esprit de la réforme, le lycée se doit d’être performant, c’est-à-dire productif en termes de compétences pour les besoins futurs de la société : sciences, sciences humaines, sciences politiques. Il faut qu’il soit un rouage de la production globale, le développement de compétences remplaçant l’édification d’une culture. Nous aurons besoin de scientifiques pour le développement technologique, de spécialistes de sciences humaines pour gérer les affaires humaines, et de gens rompus aux sciences politiques pour diriger à tous les niveaux les engrenages de la République. Certains ont besoin de savoir calculer, d’autres non, et la société vrombira comme une ruche.
Pour cette raison, les trajectoires se compartimentent tôt, procédant par éliminations successives de disciplines, certaines devenues moins utilitaires que d’autres. Ces cheminements doivent être décidés par les lycéens dès 15 ans et leurs choix sont déterminés par la notion d’appétence. Or, cette « appétence » n’a pas de fondement pédagogique. Elle n’est qu’un appauvrissement sémantique de la notion de goût, la ramenant à un fait physiologique, voire génétique. Pourtant, le goût a une qualité que la faim n’a pas, il s’éduque. Avec cette surenchère de pragmatisme, la voie générale perd son caractère généraliste, calquant ses objectifs et sa structure sur le supérieur, lieu légitime de la spécialisation.

Si le lycée général se veut encore généraliste, il ne devrait pas se poser la question de son utilité, au sens économique du terme. Sa fonction première, qui est de parfaire la formation intellectuelle d’adolescents, est dévoyée par l’anticipation de la spécialisation et cela aboutit au contraire de ce qui est poursuivi. Les élèves ne sont pas plus rapidement sur de bons rails. On y voit des jeunes désemparés par un choix précoce, des difficultés et des souffrances pour se conformer aux différents moules de l’exigence, des angoisses liées au verdict de Parcoursup et de futurs étudiants qui se retrouvent empêchés à l’entrée de certaines filières parce qu’ils n’ont pas su faire les bons choix. À l’arrivée à l’université, le désarroi est palpable.
On objectera que ce fonctionnement est parfaitement bien adapté à une bonne poignée d’élèves, parmi eux ceux qui choisissent l’option maths expertes, mais cela ne le justifie pas pour autant. Ou alors la massification a clairement fait son deuil de la démocratisation.

Par essence, le lycée général devrait être le lieu de la maturation des goûts, cet enjeu des anciennes séries. On choisissait des matières par lots pensés en cohérence, qu’on ne pouvait détricoter, mais qu’on pouvait enrichir. On montrait par des épreuves finales qu’on en maitrisait une part raisonnable et, intellectuellement formé, on pouvait se lancer vers des études dans un domaine choisi, avec une bonne capacité d’adaptation. Petit à petit, la décision de réduire l’offre à trois séries, puis celle d’enlever les mathématiques en série L, ont surgonflé la série S. C’en était presque un scandale. Il a été jugé non performant de former autant de jeunes gens à des sciences pour ensuite les voir ne plus en faire. Une erreur d’appréciation, la culture scientifique y vivait, et elle accompagnait par la suite des étudiants en sciences humaines ou en arts, aidait les futurs professeurs des écoles et les futurs parents.
Ne soyons pas pour autant nostalgiques de ce qui était avant, tout n’y était pas bon. L’esprit était certes différent mais la mise en forme avait des défauts. Il fallait bien réformer mais Il est criant que le nouveau lycée général faillit. En ce moment, tout le monde le reconnait, et même, sans le dire, le Ministre.

Afin d’éclairer la lanterne de nos hauts fonctionnaires, nous leur conseillons de nous lire. Par nos écrits, nos positions, notre travail associatif, nous réfléchissons aux mathématiques du passé, du présent et du futur, et y disons par exemple que les mathématiques ne sont pas réductibles à du calcul, même computationnel. Elles sont inclassables, tout autant art que science.
De quoi est-ce la science ? Ni de la matière, ni de la vie. Les mathématiques étudient les structures, s’extirpant du contexte pour comprendre le squelette invisible du réel. Dans notre confrontation à la réalité, qu’elle soit d’origine humaine ou non, les structures sont partout. Alors les mathématiques sont partout, là où le regard a été éduqué à les voir. Elles dotent l’esprit de lunettes à rayons x. En ce sens, c’est une éthique de la pensée. Cela explique sans doute leur déraisonnable efficacité.
Leur art ? Pour satisfaire un mathématicien, la forme et le fond se doivent de coïncider, et cette recherche de fusion procède d’une esthétique du langage.
Avec ce double sens, elles accèdent à l’universalité, et si c’est cela qu’elles arrivent à enseigner, la question de les enlever du tronc commun ne devrait même pas se poser. Nous sommes donc loin de l’anecdotique lorsque nous proposons des « maths pour tous » au lycée. L’enjeu est important. Et si en remettre est autant compliqué, c’est bien une preuve que l’architecture de l’ensemble est mal pensée.

 

Michel Bourguet

 

Article mis en ligne par GC