Les bases cérébrales du raisonnement arithmétique :
du calculateur commun au calculateur prodige

Laure ZAGO
Docteur en neuropsychologie
Groupe d’imagerie neurofonctionnelle Centre Cyceron Caen
GIN, UMR 6194, CNRS, CEA, Universités de Paris 5 et de Caen

Didier Trotoux

PDF - 2.6 Mo
Conférence de
Laure Zago

Au cours de l’évolution des sociétés humaines, la matérialisation du nombre et du calcul a pris des formes multiples, en passant par la pratique de l’entaille sur os ou sur bois, l’entassement ou l’alignement de cailloux ou de coquillages ou encore l’utilisation des diverses parties du corps permettant d’opérer une correspondance unité par unité. Ainsi, chez Homo Sapiens, la capacité d’appréhender des représentations approximatives de la quantité numérique s’est enrichie du comptage, et a évolué vers une pensée logico-mathématique abstraite qui trouve son apogée chez les grands mathématiciens et les calculateurs prodiges. De plus, des travaux effectués chez le bébé humain et l’animal ont mis en évidence l’existence de capacités de calcul . À partir de ces données, on peut donc supposer qu’il existe dans le cerveau des régions dédiées aux traitements des nombres. Ainsi, l’existence d’un syndrome neuropsychologique caractérisé principalement par la perte du calcul après des lésions cérébrales suggère que le traitement des nombres et le calcul sont localisés en certaines régions du cerveau. Après un aperçu de ces différents arguments, nous présentons les derniers résultats obtenus à partir des nouvelles techniques d’imagerie cérébrale sur le calcul et le raisonnement arithmétique chez des calculateurs normaux et des calculateurs prodiges. Une connaissance approfondie des mécanismes cognitifs et cérébraux intervenant dans ce type de pensée pourrait contribuer à l’élaboration de nouvelles méthodes d’acquisition et d’apprentissage du calcul.