Adhérer ou faire un don

Les mathématiques de tous les jours

- 10 mai 2009 -

par Michel Soufflet. Illustrations de Nicolas Dahan.
Éditions Vuibert, 200. 188 pages en 17 × 24.
ISBN : 978-2-7117-2495-6.

Après un avant-propos et avant une bibliographie et un index, l’ouvrage est divisé en deux parties, contenant respectivement 13 et 9 chapitres :
- Les mathématiques au quotidien (Des maths pour le citoyen ; À travers la presse déchaînée ; Le Tour de France (les moyennes) ; Le rugby ; À propos des sondages  ; Les codages de sécurité ; Le conflit des générations ou le temps logarithmique  ; Le plus court chemin ; La loi des séries ; La grande inondation de Paris ; Du dénombrement aux stats … en passant par les probas ; La croissance exponentielle ; Quelques modèles pour l’écologie).
- Les maths dans les autres disciplines (Les emprunts bancaires ; L’inflation ; L’économie ; Le dessin ; Pour un air de guitare (maths et musique) ; La navigation ; Le mystère de la « date line » ; La physique ; Avec un peu d’Histoire pour comprendre).

Michel Soufflet, ancien président de l’APMEP, apporte dans ce livre des éléments de réponse à la sempiternelle question « ça sert à quoi les maths ? » Pour le lire, avoir fait une année de terminale est nécessaire et suffisant ; ceux pour qui c’est un passé lointain pourront ici raviver leurs souvenirs. Le ton est volontiers léger et humoristique (« Internet ne marchait pas bien à l’époque de Newton et Leibniz »), aidé en cela par les dessins de Nicolas Dahan ; mais le contenu est fort sérieux, incluant calculs et représentations graphiques, programmes pour calculatrice ou (plus rarement) tableur, ainsi que des problèmes, corrigés en fin de chapitre. Les exemples choisis ne sont pas toujours très originaux (le nénuphar, pour introduire la croissance exponentielle…) mais d’autres sont moins connus (navigation à gisement constant…).

L’avant-propos précise que cet ouvrage « n’est pas destiné aux profs de maths » ; cette précision est utile car pour un enseignant le propos peut donner une impression de survol ; la rigueur du langage est parfois approximative (« un repère constitué de trois côtés d’un cube »). Cependant on pourra trouver ici bien des idées d’exercices (sur la navigation, le barycentre, la croissance exponentielle, …), et même, peut-être, quelques connaissances (avouerai- je que j’ignorais tout de la loi de Gompertz ?).

Ce travail n’est pas exempt de défauts, en particulier un certain nombre de coquilles et erreurs dont certaines peuvent nuire à la compréhension : par exemple, dans l’expression de la loi normale, le coefficient$ \sqrt{2\pi}$ est plusieurs fois écrit $ \sqrt{2}\pi$ … On peut être étonné de certaines lacunes : la formule d’Al-Kashi est citée sans son nom ; le chapitre sur les codages n’évoque pas la « cryptographie à clé publique », pourtant fort en vogue dans les applications de l’arithmétique ; celui sur la « date line » pourrait renvoyer au roman d’Umberto Eco « L’île du jour d’avant », celui sur Musique et mathématiques devrait s’appuyer sur la brochure APMEP du même nom (par Bernard Parzysz), ainsi que sur Mathématiques, sciences et musique, par Eric Decreux. Et l’auteur, dans le paragraphe « Les frises », oublie que le lectorat visé ignore tout de la notion de groupe.

Néanmoins cet ouvrage est à conseiller à tous ceux, élèves, parents ou autres, qui s’interrogent sur la place et le rôle de notre discipline dans le monde concret.

Marc ROUX