Modélisation et contre-expertise

Conférence

Nicolas Bouleau

Résumé

Selon l’auteur, la modélisation s’inscrit dans un contexte social, elle utilise un langage hybride (mi-langage ordinaire, mi-scientifique), elle est sous-déterminée par l’expérience, mais on peut avoir plusieurs modélisations suivant l’interprétation des données. La validation d’une modélisation est rendue pesante par la dimension interprétative. Pourtant la critique est nécessaire pour lutter contre le positivisme (en particulier domination de la nature par la science) et le conformisme qui l’accompagne, et elle est le seul moyen d’une prudence active. La "démocratie technique" doit s’appuyer sur l’éducation, le débat public et la co-production des savoirs, la connaissance ne pouvant pas être indépendante des acteurs qui la produisent. Enfin, il faut suivre le modèle républicain, en appliquant les règles de droit qui s’imposent à tous. En conclusion l’auteur conteste l’idée de pensée unique dans l’université mais défend l’idée d’une diversité des valeurs et des points de vue sur l’avenir.

Plan de l’article

  • I. La modélisation, outils de sa critique
  • II. Pourquoi la critique ?
  • III. Par qui la critique ?
  • Références

Télécharger l’article en pdf dans son intégralité

(Article mis en ligne par Catherine Ranson)