Poésie de Federico Garcia Lorca

Angle éternel
La terre et les ciel.
Pour bissectrice, le vent.
Angle immense,
Le chemin tout droit.
Pour bissectrice, le désir.
Les parallèles se rencontrent
Dans le baiser.
Ô cœur
Sans écho.
C’est en toi que commence et s’achève
l’univers.

Federico Garcia Lorca,
en marge des « Suites »,
La Pléiade, p.320

(Article mis en ligne par Armelle BOURGAIN)