Adhérer ou faire un don

Quelle place pour le calcul mental au collège ?

- 8 décembre 2016 -

Anselmo Bernard

Résumé de l’article

Bien que le calcul mental ait toujours été présent dans les programmes du collège, sa pratique dans les classes du collège s’est faite de plus en plus rare ces vingt dernières années, et elle y est aujourd’hui souvent occasionnelle. Le calcul mental a plusieurs aspects : à côté du calcul automatisé dont le traitement se fait de manière immédiate, d’autres calculs demandent d’établir une stratégie visant à rendre le calcul plus simple en s’appuyant sur des résultats connus.
L’automatisation des procédures se fait souvent par la pratique répétée d’un calcul réfléchi qui mobilise automatiquement des résultats et des procédures connues : le calcul réfléchi s’appuie sur le calcul automatisé, et en retour favorise la mémorisation. Les capacités en calcul mental répondent autant à une nécessité sociale qu’à une nécessité pour l’apprentissage. Il remplit aussi une fonction pédagogique.
Plusieurs activités possibles pour le calcul réfléchi : Le compte est bon multiplicatif ou avec des fractions, vrai-faux, la règle pensée, et divers jeux de durées inégales. Les séances peuvent être régulières, insérées ou non dans la logique du chapitre en cours. Les séances d’évaluation sont courtes. La pratique du calcul mental mérite d’être élargie au collège, car sa pratique actualisée, nourrie des apports de la recherche en didactique des mathématiques est à la fois nécessaire, possible, utile et rentable car elle rejaillit sur l’ensemble de l’activité mathématique de l’élève.

Plan de l’article

  • Introduction
  • Le calcul mental
  • Les enjeux
  • Les pratiques
  • Quelles activités pour la classe ?
  • Quelle mise en oeuvre ?
  • Quelle programmation ?
  • Conséquences pour la classe
  • Conclusion

- Lire l’article en ligne
- Télécharger l’article en pdf dans son intégralité

(Article mis en ligne par Armelle BOURGAIN)