496

Représenter les mondes

Étienne Ghys

Résumé de l’article

Cet article se propose de présenter l’interaction cartographie/mathématiques. Le but initial de la cartographie est de tracer des cartes aussi précises que possible. La réponse est que l’idéal n’existe pas. Il faut se résigner à des approximations.
L’américain J. Milnor a montré que la projection azimutale équidistante (attribuée à Guillaume Pastel) possède la meilleure précision. Mais on ne sait pas construire une carte ayant une précision donnée. On peut aussi imaginer des cartes temporelles, ou utiliser la méthode des moindres carrés, ou construire des « cartogrammes », fonctions de la population (le théorème de Moser indique comment les construire).
Ces cartes concernent des pays sur une sphère, donc de dimension 2.
Un autre défi consiste à cartographier des mondes beaucoup plus vastes, bien plus difficiles à coucher sur papier. voir : http://images.math.cnrs.fr

Plan de l’article

  • Qu’est-ce qu’une carte ?
  • Qu’attend-on d’une carte ?
  • L’idéal n’existe pas !
  • Comment faire le moins mal possible ?
  • Un théorème et une question de J. Milnor
  • Une conjecture de Milnor
  • D’autres compromis, d’autres distances…
  • Une autre méthode
  • D’autres critères

Télécharger la page 1 à 3 en pdf
Télécharger la page 4 à 9 en pdf
Télécharger la page 10 à 12 en pdf
Télécharger la page 13 à 15 en pdf

L’APMEP

Brochures & Revues
Ressources

Actualités et Informations

Actualités et Informations avec nos partenaires

Base de ressources bibliographiques

Publimath, base de ressources bibliographiques

 

Les Régionales de l’APMEP

les Régionales de l'APMEP