Adhérer ou faire un don

Sommes-nous prisonniers des CODES SECRETS ?

- 24 octobre 2011 -

par Charles Bouillaguet et Pierre-Alain Fouque.

Le Pommier (Les Petites Pommes du savoir, no 129) avril 2011.

64 p. en 10x16. ISBN 978-2-7465-0539-1.

La collection Les Petites Pommes du savoir se propose de donner au lecteur des réponses brèves, claires et sérieuses aux questions qu’il se pose sur le monde actuel, en éclairant les tenants et les aboutissants des problèmes par la lumière des connaissances scientifiques.

Derrière son titre accrocheur, ce n°129 de la collection a pour objet la cryptographie qui a maintenant envahi notre vie quotidienne pour sécuriser nos opérations financières, nos conversations téléphoniques, nos DVD, les badges d’accès à un immeuble, les jeux vidéo, les concours de recrutement, …, sans que nous en ayons une claire conscience.

L’introduction montre sur des exemples que, loin du but avoué et louable de protéger notre vie privée et nos données personnelles, son utilisation a souvent des fins commerciales.

Le premier chapitre donne quelques idées de base : mécanismes de chiffrement et de déchiffrement ; conséquences du développement exponentiel de la puissance de calcul (doublement en dix-huit mois) ; attaques à chiffré connu, à clair connu, à clair et/ou chiffré choisi.

Le second pose la question : À quoi sert la cryptographie dans notre quotidien ? : protection des données personnelles ; preuves d’identité ; cryptographie vs copie illégale ; le fiasco des DVD.

Le troisième pénètre dans le secret des codes secrets : des substitutions alphabétiques au chiffrement par bloc moderne, étude d’un exemple simple ; échanger des secrets en public grâce au logarithme discret ; signature électronique et calcul de la racine carrée. En conclusion les auteurs montrent pourquoi on ne peut plus renoncer aujourd’hui à la cryptographie et envisagent ce que pourrait être un système de scrutin secret électronique.

Ce petit opuscule qui s’appuie à la fois sur les classiques parus il y a une dizaine d’années et sur les recherches récentes des deux auteurs se lit facilement de bout en bout et séduira le grand public car il réussit à présenter les algorithmes utilisés aujourd’hui sans écrire une seule équation ni détailler l’usage d’ outils techniques difficiles. Il intéressera le citoyen qui réalisera à sa lecture à la fois les problèmes posés par le rôle social de la cryptographie, mais aussi l’utilisation quotidienne de résultats mathématiques profonds obtenus historiquement dans un contexte abstrait. Il passionnera le jeune lycéen, mais aussi le professeur qui y trouvera une mine d’exercices.

Je dois avouer cependant que je n’ai pas réussi à trouver comme annoncé sur le site du Pommier, le décodage des deux exercices de la page 48.

À lire et faire lire dès que vous aurez un petit moment.