Accueil » Publications » Le Bulletin Vert » Les éditoriaux » Editorial du Bulletin 493
  APMEP   Editorial du Bulletin 493

Article du bulletin 493

Mauvais plan pour les sciences

Eric BARBAZO

- 9 mars 2011 -

Depuis plus d’une année, les enseignants et chercheurs en mathématiques manifestent leurs vives inquiétudes concernant l’orientation donnée à l’enseignement scientifique en France à tous les niveaux depuis une décennie. Une grande partie de la communauté scientifique a médiatiquement alerté la population française des dangers qu’une réduction drastique du niveau scientifique des jeunes français va faire courir à notre pays. Face à l’émergence des pays asiatiques qui misent au contraire toute leur croissance sur une formation scientifique et mathématique de très haut niveau dès le plus jeune âge (les deux séries littéraires et scientifique en Chine font à peu près part égale à l’apprentissage du chinois, des mathématiques et d’une langue vivante dans un système autrement plus sélectif que le nôtre), on est légitimement en droit d’être exigeant sur l’évolution de la culture scientifique pour tous. Il va sans dire que nous étions impatients des annonces d’un grand plan sciences qui devaient être formulées fin octobre 2010, mais repoussé, pour raisons politiques, au début de ce mois de janvier. Quelle n’est pas notre déception ! Nous attendions des mesures fortes qui traceraient des lignes directrices pour les années à venir ; on nous sert au contraire un plan bien falot, mélange d’effets d’annonces aux accents rétrogrades et de propositions vides et guidées par le récurrent souci de réduction des postes d’enseignants. Citons-en quelques exemples.

Pour ce qui concerne l’enseignement primaire, on nous ressert la nécessité du « par-cœur », du calcul mental et des tables de multiplication maîtrisées.
Comme si les enseignants de l’école primaire ne s’en souciaient pas du tout et ne pratiquaient pas ces activités. Mais cela se fait déjà, Monsieur le Ministre. Cette méthode, nostalgique d’un passé soi-disant meilleur, consiste à réduire l’enseignement des mathématiques à une pratique du par-cœur (que nous souhaitons voir se continuer), mais ne se soucie pas du temps nécessaire aux enseignants pour apprendre également à utiliser les opérations et à les faire actionner dans des résolutions de problèmes.
Où sont les propositions de formation des enseignants du premier degré, majoritairement issus des sections littéraires pour qui on va, dès l’an prochain, accentuer les difficultés en supprimant tout enseignement de mathématiques en série L pour certains ?

Pour le collège, généraliser la pratique du jeu d’échecs est certainement très formateur. Mais face aux alarmes que nous renvoie le rapport Pisa, est-ce une mesure susceptible d’enrayer le recul de nos élèves et de lutter contre les inégalités de plus en plus grandes entre les très bons élèves et les plus en difficultés ?
Remplacer trois professeurs, l’un de SVT, l’autre de sciences physiques, le troisième de technologie, par un seul intervenant d’une grande discipline à inventer qui s’intitulerait « sciences et technologie » oublie un peu vite les spécificités de ces disciplines. Mais au collège, où sont les propositions de travail en groupe, à effectifs réduits pour prendre en compte les difficultés indéniables de certains élèves qui font preuve d’«  innumérisme » ? Ne serait-il pas temps de dire qu’il faut davantage de temps à certains et moins à d’autres, pour parvenir aux mêmes apprentissages ?

Pour le lycée, le plan sciences est en contradiction complète avec les évènements de la rentrée prochaine. Comment peut-on affirmer vouloir revaloriser l’enseignement scientifique avec une première S indigente en horaire ? Avec un accompagnement personnalisé qui sera, dans cette classe, partagé (dans le meilleur des cas) entre toutes les disciplines ? Même si les intentions d’améliorer l’accès aux sciences des jeunes filles sont louables et doivent faire partie des priorités, les moyens pour y parvenir restent très flous et sont cantonnés dans le domaine périscolaire. La revalorisation des sciences auprès des lycéens et l’amélioration de leur orientation post-baccalauréat sont également très peu développées et restent des annonces bien vagues.

Ce plan sciences est donc une montagne qui accouche d’une souris. On aurait préféré des intentions plus fermes, des ambitions de plus d’envergure et accompagnées d’un véritable programme d’application. Face aux enjeux scientifiques et techniques qui attendent la France dans les années à venir, ce n’est pas ce plan sciences qui va nous permettre de maintenir notre second rang sur le podium des médailles Fields. Malheureusement, si on ne fait rien, ce sera dans une dizaine d’années que nous en verrons les effets néfastes. Réagissons donc !

 Accueil   Plan du site   Haut de la page   Page précédente