Accueil » Publications » Le Bulletin Vert » Les éditoriaux » Editorial du Bulletin 512
  APMEP   Editorial du Bulletin 512

Article du bulletin 512

Le ministère et le recrutement

EGGER Bernard

- 20 janvier 2015 -

Nous avons eu droit il y a quelques temps à l’annonce d’une série de mesures en faveur des mathématiques. Comme cela a été dit par ailleurs, pas mal d’entre elles sont le résultat d’une concertation entre la communauté mathématique et les conseillers de la ministre. Il en est pourtant une qui n’est absolument pas évoquée dans ce plan, c’est celle du recrutement ou du pré-recrutement. Certes, le nombre de places au concours du CAPES restera élevé, mais nous savons bien que même si cet effet d’annonce a un impact vis-à-vis des étudiants de première ou de deuxième année, la situation délicate que nous traversons ne sera pas réglée dans l’immédiat. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui conduit le ministère à refuser la perspective de l’installation d’un pré-recrutement.

D’autres arguments sont avancés. L’un d’entre eux est celui de la difficulté (et donc du temps nécessaire pour le mettre en place) de créer un statut compatible avec celui de la fonction publique pour des pré-recrutés, à l’instar de celui qu’avaient en leur temps des étudiants qui réussissaient le concours des IPES. Ce statut a disparu et il semble que ce ne soit pas une mince affaire de le faire réapparaître.
Un autre argument consiste à dire que les problèmes du recrutement disparaîtront d’ici quelques années puisqu’ils sont en partie liés à l’importance des départs à la retraite. Il serait donc urgent d’attendre.

Évidemment, toute mesure prise actuellement n’aura des effets que dans quelques années et il est bien possible que la situation ait alors changé.

Néanmoins, ne pourrait-on pas profiter de la réflexion qui s’est engagée à la suite des problèmes actuels pour proposer de nouvelles pistes ?

L’APMEP s’est prononcée dans sa plaquette Visages pour que le concours soit avancé, de façon à permettre une véritable formation disciplinaire, pédagogique et didactique, sanctionné par l’obtention d’un Master 2, qui correspondra à un passeport pour enseigner. Si le niveau L3 paraît raisonnable, on peut même envisager un concours au niveau L2. Cela laisserait du temps pour apprendre un vrai métier, tout en ayant la certitude qu’en travaillant normalement, on deviendrait professeur quelques années plus tard. Tous les formateurs témoignent des biais qu’entraîne la préparation aux concours.
Dans un tel cadre, des stages en situation faciliteraient l’entrée dans le métier des futurs enseignants.

L’on nous dit souvent que l’un des problèmes du recrutement des professeurs de mathématiques vient de la concurrence des autres métiers possibles pour quelqu’un qui a suivi un cursus universitaire en mathématiques. Cette concurrence est d’autant plus forte qu’elle s’accompagne d’une crainte, sans doute en partie justifiée, des conditions d’exercice du métier d’enseignant. La préparation à ce métier n’est pas suffisante. Les nouveaux professeurs sont jetés dans le bain sans s’y être vraiment préparés lors de leurs études universitaires. Avancer le recrutement permettrait sans aucun doute une meilleure connaissance du milieu dans lequel le futur enseignant sera amené à travailler.

Cette réflexion comme bien d’autres va occuper notre année 2015. L’année 2014 a été effervescente, pleine de promesses. J’espère que 2015 sera dans la même ligne. Je souhaite qu’il en soit ainsi pour l’APMEP, pour les mathématiques, mais aussi et surtout pour vous tous. Permettez-moi donc de vous adresser au nom du bureau national tous nos voeux pour cette nouvelle année.

 Accueil   Plan du site   Haut de la page   Page précédente