Adhérer ou faire un don

Retours sur la PÉDAGOGIE DIFFÉRENCIÉE

supplément au numéro de novembre 1997 des Cahiers pédagogiques.

Henri Bareil

48 pages en A4.

Très bonne présentation. N° ISSN 008-042X.

Prix 30F. Vente au numéro :Cahiers pédagogiques, 58 Bd Jules Verne 44300 Nantes.

Abonnements : S’adresser à CRAP-Cahier pédagogiques, 10 rue Chevreul, 75011 Paris.

- On ouvre sur une transparente parabole de douches, d’Alain Bouvier, ainsi conclue : "Heureusement, dans l’enseignement, nous n’avons pas de douchocrates, chaque élève peut se doucher - pardon, peut apprendre - au rythme qui lui convient" [attention, me semble-t-il, au sens de "convenir" : cela peut dépendre d’autre chose que de l’humeur du moment...].
- Jean-Michel Zakhartchouk précise ensuite "un défi très actuel" : "Comment faire pour que tous les élèves de France s’approprient les savoirs indispensables et une culture commune sans laquelle il n’y a que ségrégation et société à deux vitesses... ?"
- Est-ce là une légitime mais folle ambition  ?

Ce numéro des Cahiers s’emploie à nous expliquer :
- ce que signifie vraiment ”différencier la pédagogie”
- des dispositifs pour différencier
- des entrées différentes
, notamment par des exemples, selon cinq disciplines, "d’une multiplication des voies d’accès à un même objectif".
- l’actualité de la pédagogie différenciée.

Cela mobilise quelque 40 auteurs pour 44 textes (dont une savoureuse citation de Grégoire le Grand sur "les difficultés de la différenciation" !).

Il m’est impossible d’en rendre compte : c’est trop dense, tout me semble important et réclamerait l’in-extenso.

- Je citerai cependant deux passages :

  • Philippe Perrenoud invite à "faire son deuil" de neuf choses, parmi lesquelles "les certitudes didactiques", et "le splendide isolement" de l’enseignant ("il est difficile de différencier tout seul...").
  • "Le modèle du sablier", de J.P. Astolfi : "Pour pouvoir différencier les approches, il faut clarifier l’idée centrale, faire son deuil de tout ce que l’on aurait envie de dire, dans une logique expositive, sur le sujet considéré. Ce qui compte, ce n’est pas ce que l’on pourrait dire, mais les points clés, les "nœuds de ce qu’il y a à s’approprier. D’où le modèle du sablier..." : On y entre, un "travail "d’ascèse", de décantation du contenu" conduit au goulet central où se "détermine le noyau dur”, le savoir à apprendre", puis on s’en échappe en un "travail de diversification des approches selon les nécessités du public."

- Ce vivant plaidoyer pour une ”pédagogie différenciée” n’en cache pas les difficultés.

Cela lui permet de mieux les affronter. Il ne saurait laisser indifférent aucun enseignant, surtout ceux de la scolarité obligatoire.

Henri BAREIL