Adhérer ou faire un don

À quoi ça sert ? Les maths

Paul Louis Hennequin

- 15 décembre 2010 -

par Robin Jamet, Belin ( Collection « à quoi ça sert ? », oct. 2009,
64 p. en 13,5x 19. 6,90 €.
ISBN : 978-2-7011-5295-0.

Lire d’un trait ce petit mais savoureux opuscule apportera à un lecteur du Bulletin un moment de détente fort agréable, mais surtout lui donnera de nombreuses idées pour répondre à une question au moins aussi ancienne que les mathématiques, qu’elle émane d’élèves, de parents, de journalistes ou de décideurs politiques.
L’auteur, qui est médiateur scientifique au département de mathématiques du Palais de la découverte, et donc quotidiennement en dialogue avec les différents publics a divisé son texte en sept chapitres :
- 1) Quelques mauvaises raisons de penser que les mathématiques ne servent à rien (La montgolfière ; ce qu’on fait à l’école primaire suffit ; faire des calculs, ça ne sert à rien maintenant qu’on a des calculatrices…).
- 2) Les maths au quotidien (une partie très importante de la culture ; le loto, un impôt sur les gens qui ne connaissent pas les probabilités  ; les ponts de Königsberg et les graphes ; de multiples applications ; une école pour apprendre à réfléchir).
- 3) Les mathématiques racontées par … des mathématiciens ( Gérard Tenenbaum, Jean- Paul Allouche, Cédric Villani (Médaillé Fields 2010), Virginie Bonnaillie-Noël : que fait donc un mathématicien de ses journées  ?!).
- 4) Les mathématiques racontées par … des enseignants (Laurence Bourquin, Cécile Prouteau, Laurence Peyron, Martine Janvier : Qu’est-ce qui est le plus agréable dans le métier ?).
- 5) Les grandes énigmes des mathématiques (conjectures de Goldbach, Riemann, problèmes du millénaire, …).
- 6) Alors les maths, ça ne sert à rien ? (un Tribunal des Matières Qui n’ont pas Toujours la Cote au Collège, où l’utilité des mathématiques est rejetée par le procureur, mais défendue becs et ongles par l’avocate devant la juge impartiale).
- 7) Des clés pour les maths (Métiers offerts, Sites internet, Livres et revues).

Un ouvrage très riche et varié enrichi d’illustrations pertinentes et pleines d’humour de Finzo.
Un regret cependant : l’exemple de la multiplication d’Anatolii Karatsuba p. 49 serait accessible à un élève du cycle 3, si la typographie ne respectant pas le décalage des colonnes ne le rendait pas fâcheusement incompréhensible

Paul-Louis HENNEQUIN