Compte-rendu de la Commission lycée professionnel de l’APMEP

JN de Bordeaux, le dimanche 21 octobre 2018

 

La commission nationale lycée professionnel a abordé plusieurs thématiques en lien avec l’enseignement des mathématiques au lycée professionnel et a fait plusieurs propositions.

Les nouveaux programmes ne sont pas édités, mais des éléments du dossier de presse de la réforme de la voie professionnelle du ministère conduisent à des réflexions et soulèvent des points de vigilance.

La commission souhaite que des échanges avec le ministère puissent se faire sur la base de documents et de projets de programmes plutôt qu’à partir de dossier de presse.

1. Nouveaux programmes

  • Enseigner les mathématiques, c’est proposer une formation mathématique en s’appuyant certes sur la contextualisation en lien avec les métiers, mais permettant de travailler sur des objets et des concepts mathématiques.

Proposition : Les programmes de mathématiques doivent définir clairement les contenus mathématiques : connaissances, capacités. Ils doivent être ambitieux afin de ne pas reléguer les mathématiques à une discipline au service de l’enseignement professionnel. Le volume horaire dédié aux mathématiques doit être revu à la hausse pour atteindre l’objectif d’une formation mathématique ambitieuse.

2. La grille horaire du baccalauréat professionnel :

  • ➢ Co-intervention
  • La notion de co-intervention apparaît et ne doit pas se limiter à des mathématiques utilitaristes mais doit permettre, en s’appuyant sur l’enseignement professionnel, de développer les compétences mathématiques et scientifiques des programmes.

Proposition : La réussite de cette modalité pédagogique doit s’appuyer sur la création de ressources au niveau national avec une référence à une programmation hebdomadaire des mathématiques et des sciences physiques.

  • ➢ Consolidation et accompagnement personnalisé

Proposition : L’accompagnement personnalisé en seconde a plusieurs objectifs. L’un d’entre eux est de consolider les acquis de mathématiques. Cet accompagnement doit être mis en œuvre exclusivement par un enseignant de mathématiques, expert en didactique et dans sa discipline. La consolidation des acquis doit se poursuivre en première selon les mêmes modalités qu’en seconde.

  • ➢ L’orientation

Certains élèves de lycée professionnel poursuivent leurs études en STS ; la commission pointe la différence, en termes de formation, entre le lycée professionnel où la démarche inductive est mise en œuvre alors qu’au lycée général et technologique, les enseignants ont recours à la démarche déductive. Cette dernière est largement mobilisée en STS. Les contenus mathématiques de lycée professionnel ne sont pas suffisants pour permettre une réussite optimale des élèves de lycée professionnel dans le cadre de leur poursuite d’études.

Proposition : en première et terminale, un renforcement en mathématiques est nécessaire et pourrait être mis en œuvre dans le cadre du processus d’orientation et/ou de l’accompagnement personnalisé avec un programme spécifique en mathématiques. Le programme, dans le cadre de cet accompagnement, devra développer des compétences mathématiques : démonstration, modélisation, initiation au raisonnement logique, méthodologie…

3. Évaluation

Former implique la nécessité d’évaluer.

  • ➢ L’évaluation certificative au lycée professionnel, à l’heure actuelle, s’appuie sur la mise en œuvre du CCF excepté pour les établissements non habilités.
    Elle s’appuie sur la notion de compétence.

Proposition 1  : Nous souhaitons :

  • o que les compétences soient les mêmes au lycée professionnel qu’au collège et au lycée général et technologique,
  • o que l’évaluation certificative s’appuie à 50 % sur le contrôle en cours de formation et à 50 % sur une épreuve ponctuelle,
  • o que les coefficients liés aux mathématiques soient renforcés.
  • ➢ La notion de chef d’œuvre est introduite dans le cursus de formation des élèves.

Proposition 2  : les professeurs de mathématiques doivent être partie prenante de ce projet et contribuer à son évaluation en lien avec le programme de mathématiques.

4. Les familles de métiers

Les familles de métiers regrouperont des métiers connexes avec un processus d’orientation personnalisé au cours des trois ans de baccalauréat professionnel avec différents statuts possibles : statut d’élève en formation initiale, statut d’apprenti.

Se posent les problèmes de mobilité des élèves, il apparaît nécessaire de proposer une offre de formation professionnelle de territoire complète pour les familles de métiers.

5. La formation des enseignants

  • ➢ La réforme de la voie professionnelle doit être suivie d’un accompagnement des enseignants au nouveau programme de mathématiques.
  • ➢ Les laboratoires de mathématiques

Ce projet est ambitieux en termes d’accompagnement et de formation des équipes. Le laboratoire de mathématiques pose la question de son fonctionnement et de sa déclinaison au niveau local en lien avec les moyens : du temps de travail, des modalités de rémunération, de la coordination du travail à moyen terme.

Les actions du laboratoire de mathématiques concernent uniquement le niveau local.

  • ➢ La réforme de la formation initiale des enseignants

Elle est en cours. La commission souhaite que la formation à l’enseignement des mathématiques soit une formation qui permette aux futurs enseignants de consolider leurs savoirs académiques, d’acquérir des savoirs didactiques et pédagogiques en lien avec l’enseignement au lycée professionnel. Cette formation doit être adossée à un master spécifique à l’enseignement des mathématiques au lycée professionnel ; la répartition des ECTS [1] estampillées mathématiques (académiques ou didactiques) doit avoir une pondération suffisante au regard des ECTS totales.


[1] European Credits Transfer System.