Compte rendu de la commission des 16 et 17 septembre 2006

- 3 novembre 2006 -

Réunion de la commission Lycée des 16 et 17 septembre 2006 Présents : Isabelle GACHE, Roselyne CASES, Rémi BELLOEIL, Catherine COMBELLES, Ludovic LEGUY, Frédéric LAROCHE

Dates de réunion : Les invitations à la réunion ont été envoyées tardivement. Il est souhaitable de les envoyer plus tôt avec l’ordre du jour. La prochaine réunion aura lieu du samedi 27 janvier à 10 h au dimanche 28 janvier 12h30 au local à Paris, et portera à nouveau sur l’évaluation, en particulier les travaux pratiques en S et sur l’option science ; pourront s’y ajouter des sujets d’actualité. Rappelons que tout adhérent enseignant en lycée peut y participer (mais il est souhaitable d’informer le responsable de la commission avant de participer aux réunions pour recevoir les informations et ordre du jour précis). Les dates de réunion devront figurer sur le serveur de l’APMEP. Actuellement, le calendrier n’est pas à jour (alors qu’il est paru dans « Visages de l’APMEP »). Ceci est réglé. Le rôle de la commission lycée est de mener des réflexions permettant de proposer des prises de position au comité et au bureau national, et de faire remonter la réalité du terrain.

Option Sciences On observe des modes de fonctionnement différents, surtout dans les académies où l’option ne peut être considérée comme une option de détermination ; elle nécessite normalement 3h pour une demi classe, mais on trouve aussi des situations à 4h pour une classe entière. Elle apparaît sous la dénomination « atelier scientifique » en Picardie. Mais attention des ateliers de 2h avec seulement des profs de Maths ne peuvent être considérés comme faisant partie de l’Option Sciences. On trouvera en annexe la liste des lycées (35) qui font l’Option Sciences dans l’académie de Montpellier en 2006/2007. Dans ces établissements, il semble bien établi que les élèves sont recrutés sur leur intérêt pour les sciences et non pas sur leurs résultats. Les élèves qui y participent ne sont pas tous orientés en S mais certain(e)s y trouvent la confirmation de leur projet d’orientation scientifique. Roselyne confirme que les parents sont fortement demandeurs d’une Option Sciences dans certains établissements. Il serait intéressant de prendre contact avec la F.C.P.E. pour connaître sa position. Dans l’académie de Rennes, 19 lycées avaient postulé pour cette option mais le refus du rectorat de la considérer comme une option de détermination même à titre expérimental, à cause de l’opposition d’un IPR de Physique, a bloqué quasiment tous les projets. Il ressort des informations transmises au séminaire, que sur l’académie de Montpellier, l’Option Sciences n’a pas conduit à une diminution significative du nombre d’élèves inscrits en M.P.I. ; ce sont des élèves qui auraient été inscrits en S.E.S., sans motivation pour celle-ci, qui se sont inscrits dans l’Option Sciences. Isabelle signale que l’option M.P.I. fonctionne différemment en lycée technique et en lycée d’enseignement général. Nous demandons aux régionales de faire le point des établissement qui ont une option science en précisant le mode de fonctionnement (atelier, option facultative ou option de détermination, nombre d’heures et d’élèves) et en donnant un contact. Des projets ont-ils été déposés et refusés ; si oui, pourquoi ? Suite à la réunion avec les président des régionales, une coordination des informations est souhaitable avec la CII des IREM.

Création d’une commission BTS Elle se réunira aux mêmes dates et aux mêmes lieux que la commission lycée. Voir information en annexe. Bac et Travaux Pratiques Le Vrai Faux au bac S sans sanction des erreurs a surpris voire choqué, il montre une difficulté à réaliser des sujets de bac équilibré dans cette section. On a l’impression que faute d’y arriver, l’Inspection Générale cherche des moyens de donner des points aux élèves. Frédéric et Roselyne se proposent d’analyser les derniers bacs pour montrer la diversité des chapitres sollicités et montrer tout ce que les élèves doivent savoir faire. Cela pour exiger un cadrage plus précis de l’Inspection Générale. Par exemple, il a été dit que les capacités attendues sur les polynômes étaient moins importantes qu’auparavant… mais on trouve la résolution dans C d’une équation de type x 6 = z, et personne ne peut être sûr que la factorisation par (x – a) n’interviendra pas au bac.

Comme la Physique et les SVT ont des épreuves de T.P. qui apportent incontestablement des points au bac, il peut être tentant de mettre une épreuve de ce type en Mathématiques. De fait, il existe une expérimentation confidentielle sur la question. Les expérimentateurs ne peuvent même pas communiquer entre eux ! Dans ces conditions, il n’est pas possible ni d’en mesurer les enjeux ni d’évaluer le temps nécessaire pour y préparer les élèves. Nous rappelons la position de l’APMEP sur l’évolution du bac : les enseignants doivent être informés 3 ans avant que le changement soit effectif afin de pouvoir préparer les élèves. De plus, nous craignons que cette épreuve alourdisse encore le travail de cette section. Il faudra bien préparer les élèves à ce type d’épreuve. Nous craignons aussi une épreuve calquée sur les colles des classes prépas ce qui poserait problème lorsqu’on voit les grandes différences dans les pratiques (récitation de cours ou exercice technique sans aide, ou exercice guidé…). Les membres présents à la commission proposent la prise de position suivante de l’APMEP : « Une expérimentation d’une nouvelle épreuve de Travaux Pratiques de Mathématiques a lieu actuellement dans la plus grande confidentialité. Nous n’accepterons pas de découvrir en septembre 2007 que l’évaluation du bac 2008 inclus une nouvelle épreuve inconnue de tous. Nous rappelons que le principal problème de la filière S est l’horaire insuffisant en Mathématiques pour assurer une formation conséquente. »

Nous demandons à tous les membres de la commission de susciter une réflexion sur ce sujet dans leur régionale afin que le comité puisse prendre une position réfléchie sur cette question.

Evolution de la spécialité Math. Voir ci-joint l’évolution de l’académie de Rennes. Chacun peut se renseigner dans son académie (demander au proviseur les coordonnées du service concerné). A Rennes, le nombre d’élèves en S augmente mais le nombre d’élèves dans la spécialité Mathématiques diminue.

STG Nous cherchons à récupérer les documents des inter-académiques. Certaines académies ont mis leurs documents en ligne, mais pas toutes. Dans certaines réunions, l’Inspection a conseillé aux enseignants d’utiliser des HSE (heures supplémentaires) pour dédoubler les classes. Apparemment, il n’y a eu aucun moyen supplémentaire dans les établissement... autrement dit c’est à chaque prof. de se débrouiller avec les moyens du bord ! Ce n’est pas raisonnable.

Serveur Une amélioration du serveur, et en particulier de la page de la commission lycée est en cours.