Discours de la présidente de l’APMEP

Journées de Nantes 2017

Mesdames, messieurs, cher-e-s collègues,

 [1]J’aimerais tout d’abord remercier les collègues de la Régionale pour l’organisation de ces journées SurpreNantes ! Tous ceux d’entre nous qui ont déjà organisé des journées savent le travail que cela représente. Un merci tout particulier à Stéphane et Marie-Line avec qui j’ai échangé quelques dizaines de mails ces dernières semaines pour organiser les réunions du bureau.

Ces journées s’annoncent SurpreNantes par la diversité des ateliers et des conférences, c’est le reflet de la richesse de l’APMEP : notre association est un lieu de rencontre et de débat assez unique je crois. Nous serons environ 800 pendant ces quatre jours, professeur-e-s de mathématiques en collège ou en lycée, professeur-e-s des écoles, formateur-rice-s, enseignant-e-s chercheur-e-s : nos préoccupations professionnelles peuvent parfois être éloignées, mais nous nous retrouvons sur le fait que nous enseignons pour les élèves, que nous souhaitons qu’ils acquièrent des savoirs et des savoir-faire dans les meilleures conditions possibles… nous nous retrouvons aussi autour de la discipline mathématique bien entendu. Rien d’étonnant à ce que ces journées soient reconnues dans certaines académies comme temps de formation comme c’est le cas ici à Nantes : je regrette que ce ne soit pas le cas partout et qu’il soit si difficile de faire reconnaître les journées nationales de l’APMEP comme temps de formation pour les professeurs des écoles en particulier. Organisation pédagogique, choix didactique, réflexion mathématique, historique, sociologique… sans oublier les moments en musique ou plus ludique : ces quatre jours permettront à chacun de trouver de nouvelles pistes de réflexion et des idées pour sa pratique en classe.

Ces journées sont l’occasion de rencontres entre adhérents : n’hésitez pas à participer aux différentes commissions, régionales et nationales. Je vous invite à vous rendre au salon des exposants, une « équipe de choc » vous attend sur le stand de l’APMEP et une présentation de Mathscope sera faite sur celui d’un des partenaires du projet. Vous pouvez aussi solliciter les membres du bureau que je vous présente maintenant.  [2]

Les journées nationales de l’APMEP sont aussi un moment important de rencontre entre acteurs du monde de l’éducation et de la communauté mathématique, aux niveaux national et international. J’en profite d’ailleurs pour saluer chaleureusement nos collègues d’Algérie, de Belgique, d’Espagne, de Tunisie et du Sénégal qui nous font l’honneur de leur présence. Dimanche matin lors de la réunion de la communauté mathématique, seront représentés : le groupe mathématique de l’inspection générale, l’ARDM (Association pour la Recherche en Didactique des Mathématiques), l’ADIREM (Association des Directeurs des IREM), la CFEM (Commission Française pour l’Enseignement des Mathématiques), l’association Femmes et Mathématiques, la SMF (Société Mathématique de France), la SIF (Société Informatique de France), la SFdS (Société Française de Statistiques), la SMAI (Société Mathématiques Appliquées à l’Industrie), le CIJM (Comité International des Jeux Mathématiques), MATh.en.JEANS et Animath.

Jean-Michel Blanquer a annoncé hier qu’il confiait mission à Cédric Villani et Charles Torossian de présenter des propositions pour l’apprentissage des mathématiques en janvier 2018. L’enseignement primaire, le goût pour les mathématiques, la culture mathématique nécessaire pour chacun, la formation initiale et continue des enseignants, … autant de sujets dont nous discuterons certainement, qui résonnent avec nos activités respectives et sur lesquels nous travaillons ensemble depuis longtemps. Je ne veux pas dire que tout est fait, que nous tenons les solutions, loin de là. Cependant les enjeux de ce débat ne se limitent pas aux réflexions didactiques, disciplinaires et pédagogiques. Le débat politique doit aussi prendre en compte la dimension sociale. Sans une véritable réflexion sur la politique de la ville et des territoires, sans une évolution du regard de la société sur les mathématiques et les sciences en général, toute la créativité, l’investissement et la compétence des enseignants ne pourront suffire à relever les défis de l’apprentissage des mathématiques.

L’APMEP est une association dynamique, toujours en éveil, comme l’illustrent l’évolution du site et celle des publications. L’année 2018 sera celle de la naissance de la revue Au Fil des Maths – le bulletin de l’APMEP.

Merci encore aux organisateurs et je vous souhaite à tous de très belles journées entre terre et mer.


[1] ©Christophe Gragnic

[2] © Gérard Coppin