Editorial du Bulletin n° 500

500 Bulletins pour cent ans d’histoire.

Eric BARBAZO

- 28 août 2012 -

L’histoire humaine n’est qu’un effort incessant d’invention, et la perpétuelle évolution est une perpétuelle création.
Jean Jaurès, Discours à la jeunesse, Albi, 1903

Ce Bulletin vert est tout à fait spécial puisqu’il est le 500ème d’une série qui commence en 1910. En cent ans, il y aura donc eu en moyenne cinq bulletins de l’ APMEP par an, malgré les interruptions des deux grandes guerres du 20ème siècle.
Ces bulletins constituent bien évidemment l’histoire de l’ APMEP. Mais ils sont également autre chose. Ils forment dans leur totalité, une véritable histoire de l’enseignement des mathématiques en France, depuis la réforme de 1902. Une histoire en continu, avec des témoignages d’enseignants, des analyses individuelles et collégiales, des textes officiels et des documents pédagogiques et mathématiques.
Plus qu’une richesse historique, ils constituent donc une véritable richesse collective de toute une discipline et d’une corporation entière, qui rend compte des différentes phases qu’a traversées l’enseignement des mathématiques et les professeurs qui l’ont exercé. Enseignants, chercheurs, mathématiciens de renom se sont succédé pour transmettre cette page d’Histoire écrite avec une majuscule. Il s’agit là d’un héritage que nous devons faire en sorte de conserver, de faire connaître, de poursuivre et de faire évoluer.

500 Bulletins et un siècle d’existence sont autant de bagages qui peuvent maintenant nous faire nous préoccuper de notre avenir. La société a changé en cent ans, l’engagement militant aussi. Depuis quelques années, et ce n’est pas propre à notre association, syndicats, associations ou groupements bénévoles ont du mal à recruter des adhérents et surtout des militants. Même s’il semble se dessiner une asymptote horizontale de la courbe de nos adhérents, peut-être que le moment est venu pour se poser quelques questions sur l’évolution de notre association, de son fonctionnement et en particulier de ses recettes pour lui permettre de se développer encore plus. Plusieurs pistes sont ouvertes, pour certaines proposées par nos adhérents.
L’une d’elles a été approuvée par notre comité de juin 2012, suite au remarquable travail des membres présents à notre séminaire de mai 2012. Il s’agit de permettre à l’ APMEP de bénéficier de l’aide de mécènes, sous des formes à préciser et bien sûr à encadrer très précisément.
Mécénat institutionnel ou subventions d’une part, sous forme par exemple d’un professeur de mathématiques détaché qui travaillerait pour l’ APMEP comme cela existe dans d’autres structures (CRAP).
Mécénat d’entreprises d’autre part, sous des conditions à rigoureusement définir, comme pour le "Café pédagogique" qui nous a présenté son fonctionnement tout en conservant sa liberté et son droit de parole.
Ces nouvelles ressources permettraient à notre association de se dégager des marges de manœuvres plus faciles pour les projets que nous avons lancés et qui nécessiteront des ressources humaines importantes : les cours en ligne, la gestion d’un site avec adhésions, vente en ligne et gestion quasi-quotidienne et beaucoup plus rapide, plate-forme collaborative pour mettre en lien le plus grand nombre de collègues. C’est un pari que celui d’investir afin de permettre à l’ APMEP d’être davantage connue de nouveaux collègues et de prendre un rôle plus important dans l’enseignement des mathématiques.
C’est un pari qui nécessite un nouveau modèle économique pour notre association, pour qu’elle évolue dans le bon sens.
Une autre piste nous est soufflée par un nombre de plus en plus important de collègues qu’il serait injuste de masquer ou de feindre d’ignorer. Celle d’élargir la base de nos adhérents élus et de transformer l’APMEP en Association des professeurs de mathématiques (APM). Les valeurs laïques ne sont bien entendu pas le seul monopole des enseignants du public et nombre de nos collègues de l’enseignement privé les partagent entièrement.

Avec un siècle de construction de valeurs et un bagage de 500 Bulletins de convictions partagées et d’esprit progressiste, l’ APMEP est prête et en mesure de réfléchir à sa propre évolution, dans un effort incessant d’invention.

Ce ne sont pas de simples adaptations au temps qui passe. C’est bien de sa survie dont il est question.