Réunion du 26.10.2010 (J.N. Paris)

Rémi DUVERT

- 28 novembre 2011 -

Commission formation des maîtres et enseignement supérieur de l’APMEP Réunion du 26 octobre 2010 Lycée Louis Le Grand 14h30-16h15 Responsable Serge Petit. Compte-rendu Richard Cabassut

47 participants Situation des professeurs stagiaires (c’est-à-dire des professeurs qui ont réussi le concours et qui seront titularisés ou non à l’issue de l’année de stage ) : Une situation très dégradée et disparate entre académies pour les professeurs du secondaire et du primaire, et² entre départements pour ce qui concerne les professeurs d’école. Dans le secondaire où les stagiaires doivent avoir 108h de formation au cours de l’année de stage :
- dès le début de l’année au mois d’août formations (1 jour à une semaine)
- difficultés à trouver un tuteur
- de nombreux cas où les stagiaires sont mis à temps complet avec des semaines de formations où ils seront libérés en cours d’année,
- des stagiaires avec une petite décharge (une à trois heures par semaines) complétés par des jours de formations.
- certains IUFM écartés de la formation des stagiaires Gros problèmes du remplacement des stagiaires en responsabilité : insuffisance des étudiants en master, insuffisance de TZR, recours à des vacataires parfois recrutés au-dessous du niveau licence. Dans le primaire des cas variables :
- mise en responsabilité à mi-temps, complété par formation,
- mise en observation jusqu’aux vacances de la Toussaint suivi de mise en responsabilité sur des remplacements de longue durée
- mise en responsabilité à temps complet avec des périodes libérées pour la formatiuon, sous réserve de trouver des remplaçants.

Ecrire au Ministre et aux recteurs pour enquêter sur les démissions, les congés maladie, la difficulté à recruter des tuteurs (dans la même discipline), dès le début de l’année, dans le même établissement, à quelle distance de l’établissement du stagiaire dans quel type d’établissement le stagiaire est nommé (classé REP, public difficile ou non, ...), la répartition sur plusieurs établissements, la date de mise en contact avec le tuteur. En profiter pour recenser les formations continues supprimées dans les académies.

Définir une position politique sur la réforme et sur les propositions de l’APMEP prendre contact avec d’autres associations de spécialistes et avec collectif des stagiaires ; contacter les associations de la CFEM bien implanté à l’université (SMF, SMAI, ADIREM, ARDM …) pour recenser les masters spécifiques aux métiers de l’enseignement (pour CAPES, agrégation, CAPLP, CRPE). contacter les syndicats et les associations de parents (pour les remplacements notamment) contacter les ministres (éducation, enseignement supérieur, économie) Maintien d’un cadre national pour le recrutement et la formation ; Demandes : arrêter de supprimer de postes ; éviter de recruter des contractuels et vacataires ; réduction du temps de responsabilité de stagiaire ; formation en alternance ; pour un plan pluriannuel de recrutement. Rappel des positions de l’APMEP (exprimées dans la plaquette Visages) : entrée progressive dans le métier ; formation professionnelle en deux années ; allègement du service des premières années de titulaires.

Mastérisation et concours baisse du nombre de postes pour certains concours (professeurs d’école) ; baisse du nombre de candidats aux concours ; baisse du nombre d’étudiants inscrits en master 1 et 2 par rapport aux nombres d’étudiants anciennement inscrits à l’IUFM ; problème financier de l’allongement des études qui risque de réorienter les étudiants de milieu modeste vers des études plus courtes ou avec insertions professionnelles plus visibles et plus sûres (IUT, BTS, classes préparatoires, licences professionnelles …). Nouveauté : des étudiants qui ne sont pas passés par les masters enseignement peuventse retrouver en responsabilité à temps complet sans avoir jamais rencontré une classe en situation. Auparavant ils avaient tous au moins une année de professeur stagiaire avec 1/3 temps en responsabilité et 2/3 temps en formation. Dans certaines académies, on ne sait pas si les stages d’étudiants de master pourront avoir lieu (berceau de stages inexistants, manque de financement pour le paiement des stagiaires et/ou pour la formation continue des enseignants en poste). Beaucoup de masters PLP n’ont pas ouvert faute d’un nombre suffisant d’inscrits.

Formation continue : sinistrée. Des formations continues ont été annulées au niveau rectoral pour pouvoir allouer les moyens pour financer la formation des stagiaires.

Organisation de la commission : Prochaine réunion : 30 janvier 2011, au Responsable provisoire : Richard Cabassut. La prochaine réunion proposera un responsable définitif. On peut remercier Serge Petit pour son travail au cours de ces dernières années comme responsable de la commission et comme élu sortant au comité qui a oeuvré pour la prise en compte de la formation des maîtres et enseignement de supérieur au sein de l’APMEP