Groupe Maths-Info de l’APMEP et CAPES Numérique et Science Informatique

Mis en ligne le 3 décembre 2019

 

La création d’un CAPES d’informatique, plus précisément du CAPES Numérique et Science Informatique, en 2020 va de pair avec l’ouverture d’une spécialité NSI dès 2019 dans des établissements et dans une moindre mesure, avec la création de la matière SNT en seconde. Des universités préparent d’ores et déjà les plaquettes d’un parcours MEEF, incluant la formation au métier et la préparation au concours, certaines formations ont ouvert dès septembre 2019.

Nous, le groupe informatique de l’APMEP, pouvons à la rigueur concevoir que cette mise en place demande du temps et admettre quelques incohérences de calendrier, tout en regrettant le manque d’anticipation. Ce tout premier CAPES d’informatique 2020 est un changement notable de paradigme et d’ailleurs le nombre de candidats pour cette première année est important : ils sont 1 300. On peut s’interroger sur les profils de ces candidats, constater qu’il est possible de composer lors des écrits du CAPES de mathématiques et de NSI mais que tout autre possibilité de couple de CAPES scientifique est exclue. (Le public des candidats semble donc sans doute en partie celui des candidats au CAPES de Mathématiques)

En revanche, il nous paraît peu cohérent par rapport à l’ambition affichée avec la création historique de ce CAPES d’informatique, que seul une trentaine de postes soient prévus pour cette première session.

Ce nombre de postes offerts au CAPES d’informatique en regard du nombre de postes à assurer pour la spécialité NSI nous paraît pour le moins insuffisant. C’est en outre un très mauvais signal envoyé aux actuels étudiants en informatique.

Bien évidemment la période est transitoire, mais nous considérons que débuter le recrutement d’un corps d’enseignants en informatique en offrant seulement une trentaine de postes pour la première session de ce concours, ne correspond absolument pas, ni aux besoins actuels, ni aux besoins projetés de cette nouvelle discipline.

Florence Nény, responsable du groupe mathématiques et Informatique pour l’APMEP