Adhérer ou faire un don

La géométrie ou le monde des formes.

Paul Louis Hennequin

- 25 janvier 2010 -

La géométrie ou le monde des formes,
par Benoît Rittaud, illustré par Hélène Maurel .

Le Pommier collection les minipommes, novembre 2009.

64 pages en 12,5 × 18. 6 €.

ISBN 978-2-7465-0435-6.

La collection « les minipommes » dont c’est le numéro 31 et dont la même équipe a déjà publié Voyage au pays des nombres (n° 17) et Les mystères du hasard (n° 23), se propose, à l’intention des jeunes de 9 à 12 ans d’aborder simplement la science en donnant la parole à des scientifiques.

La première partie de ce volume Il était une pomme invite le lecteur à suivre dans le cadre d’une fête foraine, quatre enfants à la personnalité bien typée qui découvrent par magie les formes qui nous entourent dans notre quotidien et qui ont fait l’objet d’études mathématiques, les unes depuis l’antiquité ou la renaissance, d’autres beaucoup plus récemment ; ellipse, parabole (et paraboloïde de révolution), chainette (et caténoïde), courbe du chien, fractales, polyèdres réguliers, ballon de foot défilent sous les yeux émerveillés des enfants qui posent des questions : Combien y a-t-il de formes ? Quelles sont leurs propriétés ? À quoi servent-elles ? Comment en trouve-ton de nouvelles ? Comment les dessine-ton (l’inverseur de Peaucellier) ? Quelles sont les plus étranges ? Y a-t-il des formes en relief ?

La seconde partie donne des informations complémentaires : à toi de jouer, les noms des polygones (jusqu’au Myriagone et ses dix mille côtés) ; construire des étoiles à 5 ou 7 branches, l’ellipse du jardinier, une pile de quatre billes, tétraèdre, cube et octaèdre à partir d’un patron, compter sommets, arêtes et faces des solides de Platon.

Elle s’achève par un lexique, des références, quelques pistes pour aller plus loin en classe ou à la maison et un index.

Cet ouvrage remplit pleinement l’objectif d’un éclairage nouveau pour l’introduction de la géométrie au niveau élémentaire etpour la mise en lumière du caractère vivant de la démarche mathématique, trop souvent ignoré du grand public aujourd’hui. Il est remarquable d’avoir abordé autant de questions dans un espace réduit.

Quelques regrets toutefois quant à la forme : le caractère austère de la typographie renforcé par l’emploi de la seule couleur violette, quelques coquilles, quelques abus (la chainette n’est pas la forme d’un collier qui est une courbe fermée et non plane, il aurait fallu dire « la partie en évidence d’un collier est un arc de chainette ») et un peu de flottement pour définir la courbe du chien p. 28-29 (maître comme sur la figure ou maîtresse comme dans le texte ? Maîtresse qui court en biais mais va droit devant elle…).

Un ouvrage à offrir aux enfants mais aussi à leurs parents et qui devrait en réconcilier beaucoup avec notre discipline.

Paul-Louis HENNEQUIN