Adhérer ou faire un don

Les mosaïques « kaléidoscopiques » de Numidie

Claudie Missenard-Asselain

Bernard Parzysz [1] & Amina-Aïcha Malek [2]

Résumé

Cet article étudie des mosaïques dites "à décor géométrique", c’est-à-dire utilisant des isométries (symétrie orthogonale, symétrie centrale, rotation, translation), telles que tout se passe comme si un motif générateur était inséré dans un kaléidoscope. Le déplacement de l’observateur produit des effets d’optique parfois impressionnants, en particulier dans les mosaïques de Numidie, grâce à un langage figuratif spécifique.
Deux annexes détaillent la construction de telles mosaïques (celle de Djemila, et celle du panneau de Nîmes).

Plan de l’article

  • Exemple 1 : Timgad (ancienne Thamugadi), mosaïque « Cœurs et Piques » du frigidarium de la Maison des Filadelfes (début du 3e siècle)
  • Exemple 2 : Timgad, Maison de la Piscina (début du 3e siècle)
  • Exemple 3 : Djemila (ancienne Cuicul), mosaïque de la palestre des Grands Thermes (3e siècle ?)
  • Contre-exemple : Nîmes, panneau de la mosaïque des Noces d’Admète (2ème siècle)
  • Annexe 1
    Construction du décor de Djemila (proposition)
  • Annexe 2.
    Construction du panneau de Nîmes (proposition)
  • Bibliographie

- Télécharger l’article en pdf dans son intégralité

(Article mis en ligne par Catherine Ranson)

[1] Université d’Orléans & LDAR (univ. Paris-Diderot). parzysz.bernard@wanadoo.fr

[2] UMR 8546, CNRS / ENS. aicha.malek@ens.fr