Lettre au ministre de l’Education Nationale : Luc Chatel

M. Eric BARBAZO
Président de l’Association
des professeurs de mathématiques
de l’enseignement public (A.P.M.E.P.)

4 rue des bruyères
33850 LEOGNAN

tel : 05 56 64 15 92
port : 06 07 64 40 74
barbazo@wanadoo.fr

à

M. Luc CHATEL
Ministre de l’Education nationale
110 rue de Grenelle
75007 Paris

Paris, le 23 novembre 2009

Monsieur le Ministre,

L’Association des professeurs de mathématiques de l’enseignement public (A.P.M.E.P.) vient de prendre connaissance de votre projet d’organisation des séries générales des lycées. Nous avons voulu en faire une analyse précise et objective qui ne s’interdit ni d’en soulever les aspects positifs ni d’attirer votre attention sur les points négatifs voire inacceptables pour notre discipline. Vous trouverez jointe à ce courrier, une déclaration commune APMEP-SMF (Société mathématique de France) présentant cette analyse. Il est donc question ici d’une démarche constructive et réfléchie.

Nous souhaitons en particulier par la présente lettre, attirer votre attention sur quelques points fondamentaux de la réforme : la grille horaire ainsi que les modalités d’organisation de certaines heures au contenu non explicitement disciplinaires soulèvent inquiétudes et questionnements.

Les heures présentées dans les grilles horaires semblent n’être que des horaires non dédoublés. Il est illusoire par exemple, de penser qu’en classe de seconde, un horaire de 4 heures sans aucun dédoublement pourra répondre aux exigences d’utilisation des outils informatiques indispensables dans la formation mathématique des élèves. Une classe de 35 élèves ne peut décemment pas travailler dans des conditions convenables dans une salle informatique contenant en général entre 15 et 18 postes. Cette très vive inquiétude est valable pour tous les niveaux.

Ainsi, votre texte précise page 7 :

« les heures affectées actuellement par disciplines aux dédoublements sont maintenues ».

Cela signifie-t-il que pour les mathématiques, en classe de seconde par exemple, l’heure dédoublée sera nécessairement réinvestie pour les mathématiques indépendamment des deux heures d’accompagnement personnalisé ?

Pouvez-vous nous confirmer par exemple, que sur les 4 heures de mathématiques de la classe de seconde, une ou plusieurs heures pourront être dédoublées ? Qu’en sera-t-il pour les 4 heures de première S ?

L’horaire de mathématiques de la classe de première S est très insuffisant. Quelle formation mathématique peut-on espérer dispenser dans cet horaire alors que nombre de nos collègues de sciences physiques, de sciences de l’ingénieur, de sciences de la vie et de la terre demandent davantage de mathématiques pour leurs disciplines respectives ?

L’option en première ES disparaît également alors qu’elle était un atout indispensable aux élèves pour leurs poursuites d’études. Quel est le but de la disparition de cette option ?

Si nous nous réjouissons de la création d’un enseignement de découverte consacré à la démarche scientifique en classe de seconde, nous vous demandons d’en établir un cadrage national. Seules les mathématiques et les sciences expérimentales doivent avoir leur place dans cet enseignement de découverte. Cet enseignement doit, de plus, être proposé et organisé dans tous les lycées de France.

Les modalités de globalisation et de redistribution des heures d’accompagnement personnalisé sont très floues. Nous vous demandons de les préciser très rapidement ; en particulier, ces heures prises sur les dédoublements existant jusqu’alors, doivent bénéficier d’un cadrage national afin de ne pas créer des vitesses d’enseignement différentes entre les établissements scolaires.

En particulier, en classe de terminale S, si ces heures doivent être redistribuées dans les disciplines majeures de la série comme l’indique le projet, il est indispensable là aussi d’avoir un cadrage national des redistributions afin que les mathématiques, déjà beaucoup fragilisées dans cette série depuis quelques années, retrouvent un horaire décent dans une classe destinée à la formation des futurs scientifiques français.

Il n’y a dorénavant plus de formation générale en mathématiques pour tous les élèves. Certains élèves des séries littéraires vont en effet arrêter l’apprentissage des mathématiques en fin de classe de seconde. Cela sera dommageable non seulement à leur culture et formation personnelles et citoyennes mais également pour la continuité de leurs études supérieures qui, même pour les plus littéraires, imposeront des utilisations de mathématiques.

La réforme ne concerne que l’enseignement général. Que devient l’enseignement technique dans ce projet ?

Vous pourrez retrouver les points détaillés ci-dessus dans notre communiqué joint.

Nous souhaiterions que vous nous apportiez des réponses précises aux différentes questions posées et aux inquiétudes légitimes soulevées, en termes de dédoublement et d’horaires.

Dans l’espoir que vous porterez toute l’attention nécessaire à notre courrier, avec autant d’objectivité et de responsabilité que nous en avons eu pour analyser votre projet de réforme, je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, en l’expression de mes sentiments les plus dévoués.

Eric Barbazo
Président de l’A.P.M.E.P.

L’APMEP

Brochures & Revues
Ressources

Actualités et Informations

Actualités et Informations avec nos partenaires

Base de ressources bibliographiques

Publimath, base de ressources bibliographiques

 

Les Régionales de l’APMEP

les Régionales de l'APMEP